Magazine

La lettre ouverte du monde de la gastronomie à l’Elysée

lettre ouvertePubliée ce dimanche 22 mars 2020, une lettre ouverte des cuisiniers-chefs d’entreprise, des artisans et producteurs en appelle au chef de l’Etat.

« Monsieur le Président de la République,
« Nous, petites, moyennes et grandes entreprises de France, sommes soumises à un état d’urgence sanitaire. Mais pour survivre, c’est d’un décret de catastrophe naturelle sanitaire dont nous avons besoin. C’est notre seule issue, à tous, car une telle mesure responsabiliserait les assurances. Conscients que l’État français ne pourra pas assumer seul les pertes abyssales que nous subissons jour après jour – et pour combien de temps encore ? –, nous vous lançons cet appel afin que les assurances participent elles aussi à l’effort de guerre. Car, comme vous l’avez souligné, la France est en guerre.

« Serait-il juste que les assurances françaises (220 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2018) et leurs réassurances (234 milliards d’euros de chiffre d’affaires cette même année) soient les seules à ne pas se montrer solidaires ? Confinés, nous devons, dans le même temps, penser à l’avenir. Nous projeter et protéger nos salariés, nos artisans, nos fournisseurs. Attentats, Gilets jaunes, grèves : commerçants, nous avons assumé. Mais qui se relèvera une fois cette guerre finie ? Elle sera fatale pour nombre d’entre nous.

« Monsieur le Président, décréter l’état de catastrophe naturelle sanitaire est capital pour l’ensemble de nos professions. Les aides annoncées, aussi réconfortantes soient-elles, suffiront-elles ? Comment dans trois, six, neuf mois, assumer des loyers, des cotisations, des charges accumulés avec une trésorerie asséchée ? C’est une crise sans précédent. Alors écrivons ensemble les lignes qui nous font défaut aujourd’hui. Pour mobiliser l’ensemble des acteurs frappés par cette crise, nous avons appelé, sur change.org, à une mobilisation autant historique qu’apolitique, afin de vous sensibiliser, Monsieur le Président.

« Quels que soient le secteur d’activité, la région, la taille de l’entreprise, nous nous sommes unis pour faire porter notre voix. Car il ne s’agit pas de prêcher pour telle ou telle paroisse. L’état de catastrophe naturelle sanitaire est notre seule issue pour pouvoir relever la tête, ensemble ».

La liste des signataires de la lettre ouverte : Pierre Augé, Bertrand Buy, Yves Camdeborde, Hélène Darroze, Alain Ducasse, Sylvain Erhardt, Philippe Etchebest, Eric Fréchon, Pierre Gagnaire, Stéphane Jégo, Stéphanie Le Quellec, Cyril Lignac, Grégory Marchand, Alessandra Montagne, Eric Roy, Michel Sarran, la Confédération des petites et moyennes entreprises, le Collège culinaire de France (pour les petits producteurs et artisans) et le Refugee food festival.

restoensemble, le site qui aide les pros des CHR dans leurs démarches administratives.

Photo Fabrizio Magoni

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.