En direct du marché

Lionel Guarnaccia ouvre les portes de sa toute jeune épicerie fine

Lionel Guarnaccia adore nager à contre-courant et en a fait même une signature. Ce « docteur des papilles » a fondé en janvier 2017 le Papillologue, une structure hybride mi-restaurant, mi-traiteur proposant des livraisons de repas au déjeuner. « L’entreprise se portait bien et faisait vivre huit personnes, relève ce solide gaillard de 37 ans. Mais la Covid-19 a eu raison de cette expansion et a rebattu les cartes : – J’avais en tête de créer une boutique-traiteur et lorsque le confinement a été décrété, j’ai stoppé net toute activité. Un confinement c’est un confinement et je ne voulais pas mettre la santé de mon personnel en danger. En outre, je ne me voyais pas livrer avec des gants et des masques ».
Lionel GuarnacciaLionel Guarnaccia a mis à profit ce temps pour donner corps à son rêve : installer sa boutique-épicerie fine. Dans les banques réfrigérées, un petit choix de fromages fermiers et des charcuteries maison qui font la fierté de ce corse-sicilien : lonzo, coppa, jambon blanc aux herbes ou truffé, « et sans nitrites » prévient le cuisinier. Chaque jour, Guarnaccia présente de savoureuses recettes à emporter, terrines de foies de volailles, soupe de poissons, jarret de porc braisé, épaule d’agneau confite et ses fameux croque aux truffes dont il fabrique lui-même le pain de mie !
Sur les étagères, l’ami Jérôme Richet est venu composer une gamme de vins provençaux (des luberons, des varois, des corses) de 9 à 20 € le col, et deux champagnes (dont un Charles Heidsieck) dont on sait que Jérôme est l’un des grands promoteurs. « Comme je suis un ardent défenseur de la production locale, il y a le cristal Limiñana et les spiritueux de Maristella Vasserot » poursuit Lionel qui est tout fier également de présenter les bières de la brasserie des Malfaiteurs dans le 13e arr.
Fourmillant d’idées, Lionel espère lancer sous sa propre marque, quelques uns de ses plats emblématiques comme la soupe de roche de Méditerranée avec un seul credo : « Promouvoir les produits français et conserver leur excellence ». Dans quelques semaines, un site de vente en ligne sera activé et portera loin l’enthousiasme de ce passionné qui fit ses armes au Clos de la Violette, à la Bastide de Moustiers et au Sofitel les Trois-Forts.

Le Papillologue, 225, bd Paul-Claudel, Marseille 10 e ; infos au 04 91 86 21 20.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

pub jeudi

Suis-nous sur les réseaux

Nécrologie

Jean-Paul Passédat n’est plus.- Le père du chef Gérald Passédat est décédé ce mercredi 10 août à l’âge de 88 ans, dans son sommeil, à son domicile de Marseille. Jean-Paul Passédat était le deuxième maillon d’une chaîne dont les premières attaches datent de 1917. Germain Passédat, père de Jean-Paul et grand-père de Gérald, est alors propriétaire d’un bar-tabac. Un matin, par hasard, une baronne entre dans le bar pour utiliser le téléphone et informer son notaire de la mise en vente de son bien arrimé à la roche blanche de l’anse de Maldormé. «Pas la peine de chercher, je vous l’achète», aurait lancé Germain Passédat. La saga familiale s’écrit ensuite avec la création d’un restaurant qui aura la mer et les îles du Frioul pour décor. La villa Corinthe est débaptisée et devient Le Petit Nice pour attirer une clientèle huppée, la ville des Alpes-Maritimes étant alors très à la mode. Germain s’installe avec sa femme, Lucie, cantatrice et muse des frères Lumière, les inventeurs du cinématographe, dont des photos ornent les murs du restaurant. Des célébrités comme Pagnol ou Fernandel hantent les lieux qui, à la mort de Germain, sont repris par son fils Jean-Paul. Chanteur d’opéra, il tourne le dos à sa carrière pour se consacrer à la gastronomie avec sa femme Albertine. Il transforme le Petit Nice en hôtel de standing, creuse une piscine d’eau de mer, et gagne une étoile au Michelin en 1977 puis une seconde en 1981. À l’aube du nouveau millénaire, son fils unique Gérald Passédat revient dans le giron familial et décroche sa 3e étoile en 2008 avec une cuisine radicalement différente de celle de son père. Jean-Paul, lui, continuera à vivre au Petit Nice dans lequel il avait un appartement.