En direct du marché

Une journée à l’Isle-sur-la-Sorgue en quatre adresses gourmandes

Vacances d’un mois, d’une semaine, escapade d’un jour, l’Isle-sur-la-Sorgue est le repaire des brocanteurs, antiquaires et chineurs. Pour y flâner ou acheter, nous y avons sélectionné quatre adresses de bon goût au rythme d’une journée d’été. Suivez le guide…

Lilamand à l'Isle-sur-la-Sorgue11 heuresLa confiserie Lilamand est une affaire familiale, dont le fils de Robert, Pierre, tient les rênes depuis le passage de relais en 1998 : « Depuis lors, je m’efforce de donner un nouveau souffle à la confiserie tout en conservant les mêmes techniques de confisage », confie-t-il en présentant l’une de ses créations, l’olive confite. Cette dernière s’accorde à merveille avec une figue ou du foie gras. Pierre a innové encore en s’essayant aux légumes confits, des aubergines aux tomates grappe : « J’ai eu la chance que mon père me laisse faire les choses et la transmission s’est faite en douceur. Dans ce métier, d’habitude, le père ne veut jamais rien lâcher alors que le mien m »a fait confiance ». En 2009, Pierre décide de diversifier son offre et il crée un atelier de calissons à Saint-Rémy-de-Provence. « Le calisson, c’est un tant pour tant d’amandes et de fruits confits, précise-t-il tout en déplorant la raréfaction des champs d’amandiers en Provence : – J’ai donc été contraint de planter 2000 arbres autour de la fabrique ». En 2013, Pierre inaugure une nouvelle boutique à l’Isle-sur-la-Sorgue, un village au centre du Luberon qui « parle au coeur » de cet ancien antiquaire. Jamais à court d’idées, Pierre Lilamand a commercialisé des calissons au gingembre, de la crème de calisson nature ou gingembre, parfaite pour être étalée sur une tranche de pain. La gourmandise sans limite.
13, rue de la République, l’Isle-sur-la-Sorgue ; infos au 04 90 92 13 45.

Café Fleurs à l'Isle-sur-la-Sorgue12h30 Le Café fleurs appartient au domaine viticole du Tourbillon, à Lagnes, entre Coustellet et Fontaine-de-Vaucluse. La gestion de ce havre gourmand a été confiée, il y a 2 ans, à Morgan Yvon et sa compagne, Marie Huolot. Très complémentaires et issus tous les deux du sérail, ils se sont connus voilà 6 ans à l’Aubinière, un hôtel-restaurant d’Indre-et-Loire. Marie supervise la salle tandis que Morgan est au piano. Avant d’occuper le poste de chef au Café Fleurs, Morgan a exercé au château d’Artigny (Val-de-Loire) et à Londres. Fort de son expérience, le cuisinier propose une cuisine traditionnelle, dictée par les saisons où qualité et fraîcheur priment. Entre autres produits fétiches, Morgan confesse une tendresse pour le turbot ou le thon en tataki accompagné d’une purée de petit pois/menthe. En cave, une centaine de références voisine avec les cuvées et millésimes du domaine Tourbillon. Déjeuner ou dîner, service en terrasse ou en salle.
9, rue Théodore-Aubanel, l’Isle-sur-la-Sorgue ; infos au 04 90 20 66 94. Déjeuner : 21 et 26 € ; formules 36,50 – 46,50 €, carte : 55€.

Bao Bar à l'Isle-sur-la-Sorgue16 heuresLa maison Mastro, c’est l’histoire d’une famille marseillaise qui a tout plaqué pour racheter une fabrique de glaces à Briançon. Les années sont passées et, le succès aidant, la maison Mastro rachète, il y a 5 ans, Isabella, une enseigne très connue à l’Isle-sur-la-Sorgue. Comme le raconte Marine Vatinet, fille de la gérante,  « élaborer des glaces dans les Hautes-Alpes nous apporte un plus qualitatif indéniable car la qualité de l’eau joue pour beaucoup dans la saveur de nos glaces et sorbets. A Briançon, nous avons imaginé une centaine de recettes mais ici, à l’Isle-sur-la-Sorgue nous proposons quelque quarante parfums à déguster sur place ou à emporter ». L’incontournable glace vanille figure au best-of des ventes talonnée par la snickers élaborée à partir de peanut butter, chocolat et cacahuètes entières. En vitrine, on retrouve une glace saveur rose, litchi et framboise, inspirée de l’Ispahan, gâteau star de Pierre Hermé.
3, esplanade Robert-Vasse, l’Isle-sur-la-Sorgue ; infos au 04 90 20 85 42.

19 heuresLe Bao Bar, c’est le bar à cocktail des deux cousins, Anthony et Pascal Nguyen qui fêtent cet été leur deuxième saison à l’Isle-sur-la-Sorgue. Formés à l’European Bartender school de Barcelone il y a trois ans, les deux compères y ont appris la mixologie et les recettes de plus d’une centaine de cocktails. Derrière le bar, Anthony fait le show en élaborant le Zombie, l’Attrape-Cœur, le Rasta Rocket ou encore le What’s up à base de rhum, jus de citron vert et ananas, sirop de vanille, feuille de basilic fraîche, purée de fruit de la passion et concombre.  Il confectionne lui-même ses sirops mais aussi ses jus d’ananas, de mangue, citron et cranberry qui seront ensuite mélangés aux alcools. « La culture du cocktail est très développée dans les grandes villes mais très peu dans les petites », reconnaissent-il. C’est pourquoi ils proposent des cocktails à des tarifs abordables, aux environs de 10 €, afin que la clientèle la plus large puisse partager leur passion.
28, quai Jean-Jaurès, l’Isle-sur-la-Sorgue ; infos au 04 90 92 29 62.

Marie Riera / photos M.R.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.