Art de vivre

Drive ou livraison, quelques solutions et bonnes adresses

Les restaurants des villes d’Aix et Marseille ont tiré le rideau et se sont lancés, condition ultime de leur survie, dans les plats à emporter ou la livraison. Il suffit de téléphoner ou de consulter les comptes Facebook/Instagram de vos adresses préférées pour en connaître les menus, mises à jour et tarifs. Le Grand Pastis a sélectionné quelques adresses dans des styles et tarifs très différents pour vous inspirer et vous inciter à faire vivre la fillière qui pèse pour quelque 45 000 emplois dans les Bouches-du-Rhône.

Le Fémina-Kachetel. Mustapha vous propose de savourer à domicile ou au bureau ses couscous (dont le fameux berbère à la graine d’orge) et ses pâtisseries aux saveurs miellées. « Les conditions de travail sont très difficiles mais on s’efforce de maintenir un sentiment de sécurité en étant intransigeant sur les gestes barrière », assure Mustapha. Commandes et infos sur les plats et tarifs en téléphonant au 04 91 54 03 56 et au 06 83 71 48 01.

Le Seiiki Yen propose de vous livrer les plats de la nouvelle carte où vous le souhaitez ! Le midi pour une déjeuner au bureau (bento, sushis…), et le soir (apéro japonais ou plats plus élaborés). Le restaurant, institution depuis bientôt 20 ans sur le Prado s’est refait une beauté en janvier dernier et son maître sushi, Irfan Lesmana, présent depuis la première heure, a été rejoint par le chef Mathieu Dugas qui propose une cuisine fusion franco-japonaise. Livraisons du 1er au 12e arrondissement ; commande en livraison sur votre lieu de travail ou à domicile, au 04 91 53 00 09 (carte sur www.leyen-prado.fr) ; départ des commandes dès 11 heures le matin et 18h le soir.

Maison Geney est ouvert de 10h à 16h pour la vente à emporter. Chaque semaine, tout les menus sont remis en ligne sur le facebook de ce traiteur-pâtissier spécialisé dans l’emporté-livré. Sauté d’agneau aux amandes, semoule aux fruits secs, purée de butternut au cumin, pavé de saumon rôti, purée de pomme de terre aux herbes, vinaigrette au lait de coco et citron vert, fondant au chocolat, clafouti poire- chocolat au lait-crumble aux noix, focaccia, cake framboise-fleur d’oranger… Comptez de 10 à 16 € selon les appétits. 38, rue Caisserie, 2e arr. ; infos au 04 91 52 44 82.

Frédéric Charlet et Nicolas Giansily ont servi leurs premiers repas estampillés Popote en août 2019. Petite entreprise a bien grandi et dessert désormais un point de distribution à Marseille. Au menu de Popote, « une cuisine saine réalisée à partir des produits issus du bassin aubagnais » résume Charlet , citant la bière Craint Degun ou les fromages de la ferme de la Colle à Gréoux-les-Bains. On regarde sur le site ce qui nous fait envie, on commande et on se fait livrer du 1er au 10e arr. de Marseille sinon on passe chercher sa commande au 34, rue d’Isly (5e, infos au 04 65 57 36 05). Livraison sur la zone des Paluds, Aubagne, Gémenos, Carnoux-en-Provence, Roquefort-la Bédoule et la Penne sur Huveaune (sinon on récupère au 112, ave du Vent d’Aut à Aubagne ; infos au 04 869 33 01 49).

Le Chicoulon a rénové sa cuisine cet été et propose à tous ses clients de venir récupérer sur place des repas complets. Tomi en cuisine a imaginé cette semaine des lasagnes à la puttanesca (anchois, aubergines, sauce tomate basilic), un émincé de boeuf-salade de riz vinaigrette soja gingembre, une salade de crabe, un tartare de thon herbes et avocats-vinaigrette passion. Petits plats : 12 €, desserts : 4 €, formule 18 € avec boisson. Mise en ligne des menus sur le site et sur l’instagram de la cave @chicoulon_la_cave.

On connaissait Gilles Carmignani pour ses livraisons de bouillabaisse, voici le chef de la table de l’Olivier qui invite à consulter son Facebook pour nous livrer le meilleur de sa cuisine. On commande la veille pour le lendemain et on pose ses questions par mail latabledelolivier@free.fr. Sinon, on consulte la page Facebook pour les menus du marché. Infos livraison au 04 91 91 17 04.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

pub jeudi

Suis-nous sur les réseaux

Nécrologie

Jean-Paul Passédat n’est plus.- Le père du chef Gérald Passédat est décédé ce mercredi 10 août à l’âge de 88 ans, dans son sommeil, à son domicile de Marseille. Jean-Paul Passédat était le deuxième maillon d’une chaîne dont les premières attaches datent de 1917. Germain Passédat, père de Jean-Paul et grand-père de Gérald, est alors propriétaire d’un bar-tabac. Un matin, par hasard, une baronne entre dans le bar pour utiliser le téléphone et informer son notaire de la mise en vente de son bien arrimé à la roche blanche de l’anse de Maldormé. «Pas la peine de chercher, je vous l’achète», aurait lancé Germain Passédat. La saga familiale s’écrit ensuite avec la création d’un restaurant qui aura la mer et les îles du Frioul pour décor. La villa Corinthe est débaptisée et devient Le Petit Nice pour attirer une clientèle huppée, la ville des Alpes-Maritimes étant alors très à la mode. Germain s’installe avec sa femme, Lucie, cantatrice et muse des frères Lumière, les inventeurs du cinématographe, dont des photos ornent les murs du restaurant. Des célébrités comme Pagnol ou Fernandel hantent les lieux qui, à la mort de Germain, sont repris par son fils Jean-Paul. Chanteur d’opéra, il tourne le dos à sa carrière pour se consacrer à la gastronomie avec sa femme Albertine. Il transforme le Petit Nice en hôtel de standing, creuse une piscine d’eau de mer, et gagne une étoile au Michelin en 1977 puis une seconde en 1981. À l’aube du nouveau millénaire, son fils unique Gérald Passédat revient dans le giron familial et décroche sa 3e étoile en 2008 avec une cuisine radicalement différente de celle de son père. Jean-Paul, lui, continuera à vivre au Petit Nice dans lequel il avait un appartement.