Restaurants en Provence

A Mallefougasse, le bistrot du Fougassais fidèle à ses promesses

MallefougassaisIl faut quitter les autoroutes qui nous relient aux Alpes, prendre les départementales sinueuses entre Haute-Provence et Luberon pour faire escale dans ce petit village de pierre sèche. On connaît Mallefougasse pour son boulanger, Thierry, et peut-être moins pour son bistrot de pays. C’est un tort car Sabine et Florent se démènent pour accueillir, animer et faire vivre cette petite adresse qui a fait de cet aphorisme sa devise : « Mieux vaut près que tout prêt« . Terrine de la maison Coquillat à Château-Arnoux, escargots d’Apis Helix à Forcalquier, fromages de chèvre de Marie Gouly et de la ferme des Gipières, pieds et paquets de chez Richaud et Badet à Sisteron donnent un bref aperçu de l’ancrage local de ce petit restaurant intègre. Sur chaque page de la carte, le logo du fait maison vient comme un pléonasme : l’industriel n’est pas le bienvenu ici et la salade de crostini de foies de volaille, la salade de tourtons du Champsaur et le jarret d’agneau au thym en témoignent.
Au déjeuner, parce que le soleil y invite, on mange en terrasse et le service, assuré par une toute jeune fille parfaite en tout point, contribue à votre bonheur. Ce déjeuner, les cannelloni brousse-épinards le disputent à une plantureuse côte de boeuf persillée. La sauce tomate est acidulée et gourmande de quelques feuilles de thym qui y ont distillé des arômes de garrigue. La viande, servie saignante, est passée par le four à pizza, posée sur un lit de braises. Elle dégage des arômes de feu de bois, le petit ramequin de sauce aux cèpes, posé sur un chauffe plat, surligne ses saveurs sylvestres. Cette pizzéria de campagne domine le village et au fil des années, est devenue l’incontournable halte de tous les motards qui y reprennent des forces.

Mallefougasse bistrotLa carte des cafés Richard prouve qu’ici, on pousse le soin du client jusqu’au détail final : un Colombie supremo suave redonne le sourire à tous ceux qui s’étonnent de ne pas être venus ici plus avant. Alors faut-il y aller ? Oui parce que c’est une adresse de campagne qui respecte ses clients ; oui parce que les Bistrots de pays garantissent un lien social vital dans les petits villages et parce qu’ils proposent une carte toujours en accord avec leur région. Oui enfin, pour l’excellent rapport qualité-prix qui, en dépit des années, ne déçoit jamais.

Le Fougassais, Mallefougasse-Augès ; infos au 04 92 77 00 92. Menu 23,50 € ; carte 25 €.

 

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à la newsletter

Marseille

Loury en vente. Il a 74 ans et a consacré 54 années de sa vie à la cuisine et à son restaurant. Loin de l’écume ambiante, Loury a incarné la lame de fond de la cuisine traditionnelle provençalo-marseillaise avec la soupe de poissons, la bouillabaisse et autres pieds-paquets. A regrets, le restaurant du 3, rue Fortia (1er arr.) a été mis en vente. Il est urgentissime d’aller y déjeuner ou dîner, pour ne rien regretter.
• Infos au 04 91 33 09 73

Farinette c’est fini. Quatorze mois plus tard, la boulangerie de Manon et Etienne Geney tire le rideau. « Nous avons vécu une année compliquée et la hausse globale des coûts, énergie et matières confondues, a fragilisé notre modèle économique, explique Etienne Geney. Nous n’avons pas voulu fragiliser la Maison Geney voisine et on a pensé qu’il valait mieux tout arrêter ». En dépit de cette annonce, l’équipe vient de terminer une série de tournages pour la « Meilleure boulangerie de France » (M6) et le couple Geney enfonce le clou : – On y a mis tout notre cœur, on n’a proposé que du bon pain, on a fait de gros progrès et on ne retire que du bien de cette expérience ». Toujours propriétaires du nom Farinette qu’ils ont déposé, les Geney attendent que « le temps passe » et promet : « On reviendra mais on ne sait pas quand ». Fermeture le 4 février 2023.

Marrou à Saint-Barnabé. Porté par le succès de ses implantations au Prado, à Castellane et à l’opéra, Marrou ouvre un espace traiteur-pâtisserie à l’entrée de la galerie Saint-Barnabé Village (95, rue Montaigne, 12e). Il sera possible de déjeuner sur place et de profiter du salon de thé à toute heure de la journée. Une terrasse et des places en salle sont annoncées. Les Marseillais de boboboom signeront la déco et le style de l’enseigne.

 

Suis-nous sur les réseaux