En direct du marché

Marcel et Marie, le miel de grands-parents en petits enfants

Marcel et Marie
Christophe et Philippe, deux frères, un duo de passionnés de miel

Ils revendiquent leur attachement au terroir et affichent la plus grande transparence pour leurs gammes de « miels qui n’ont rien à cacher ». Après avoir un temps exercé dans la logistique et le journalisme, les deux frères Christophe et Philippe Mathieu, ont décidé de mettre leurs pas dans ceux de leurs grands parents. Depuis 2018, ils commercialisent non pas le miel mais les miels, à la marque Marcel et Marie, avec le souci de la transparence, des origines, des terroirs et de la seule vérité qui vaille : le goût. « Importer ne veut pas dire mauvais, assure Philippe. Il suffit de se procurer ce que chaque pays produit de meilleur. Pour nous, ce qui compte c’est le bon, en goût et organoleptiquement ».

« Attention, toutes les fleurs ne sont pas mellifères ! »

Petit à petit, les miels Marcel et Marie gagnent des parts de marché et séduisent une part croissante d’adresses renommées : Christian Etienne à Avignon, Clément Higgins (Bricoleurs de douceurs) et l’Intercontinental à Marseille, le Pavillon Ledoyen à Paris. Parce qu’un miel se compose « à 17% d’eau, 80% de sucre et 3% de mystère », les deux entrepreneurs ont compris que ce qui prime, c’est le terroir. En revenant aux premières amours familiales par le négoce, les deux hommes ajoutent une nouvelle corde à leur arc désormais en se lançant dans la production. « Le talent de l’apiculteur c’est de trouver le bon endroit au bon moment, annonce Philippe avec un goût prononcé pour la formule. Il faut trouver un bon endroit, c’est-à-dire installer les ruches là où il y a des fleurs mellifères et de l’eau au moment de la floraison, c’est ce qu’on appelle la miellée »

abeillesLa société commercialise peu ou prou huit miels et une gamme de 6 références cosmétiques. Elle propose aussi de louer des ruches : – C’est un service que nous proposons aux entreprises mais attention, il ne faut pas faire n’importe quoi, tempère Philippe Mathieu. Il faut opérer dans un cadre précis avec une question de base : y a-t-il assez de fleurs mellifères sur le site pour que les abeilles puissent en vivre ? » Et l’apiculteur de sourire ironiquement lorsqu’on lui demande si le miel des villes est moins pollué que celui des champs : – Je préfère un miel provenant du plateau de Sault qu’un miel du centre-ville de Marseille ou Paris, quitte à décevoir ». Plein de bon sens.

Ô tempora, ô mores

« Marcel et Marie étaient nos grands-parents, assène Philippe. Il venaient tous deux de Haute-Loire bien que Marie fût avignonnaise déjà depuis quelques années ». Dans les années 50, « en pleine crise de la quarantaine », Marcel a voulu se mettre à son compte et s’occuper des abeilles, de 300 à 400 ruches au maximum mais les débuts furent difficiles. Les années sont passées et la situation a dramatiquement changé au point d’inquiéter les deux frères, Christophe et Philippe Mathieu. « En 1995, la France produisait 36 000 tonnes de miel pour une consommation annuelle de 40 000 tonnes, nous étions presque autosuffisants. Désormais, une bonne année affiche 20 000 tonnes et 2019 n’atteindra pas les 10 000 tonnes… Il faudra importer ».

2 Comments

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • une fois de plus ou peut on trouver leur miel?
    Vous nous faites souvent saliver avec de bons produits mais vous nous dites pas où les trouver.
    Merci d avance

    • Bonjour Franck ! En tapant sur votre moteur de recherche préféré « marcel et marie miel » vous arriverez directement sur le site de nos amis : https://marcel-marie.com/
      Merci pour votre compliment (« Vous nous faites souvent saliver avec de bons produits ») et nous essaierons d’être plus rigoureux sur les infos contacts à l’avenir. Belle année à vous 🙂

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.