Art de vivre

Avec son « Grand manuel du charcutier », Marie Caffarel s’impose sur la scène culinaire

Marie Caffarel

Sa réputation a vite débordé des frontières de la seule rue Breteuil et la sortie de son premier livre propulse Marie Caffarel au rang des charcutiers français avec qui il faudra désormais compter. Vous avez toujours rêvé de faire votre propre jambon au torchon ? De servir à vos invités votre pâté en croûte ou d’épater la galerie lors d’un barbecue avec vos saucisses maison ? le livre « Faire sa charcuterie maison » a été écrit pour vous. Il entre dans la collection des « grands manuels » chez Marabout Ed. et rejoint d’autres opus dédiés, eux, à la pâtisserie, la boulangerie ou la boucherie, par exemple.

« Le livre recense 70 recettes classiques toutes faisables à la maison, annonce Marie Caffarel feuilletant son bébé non sans fierté. On suit les photos, gestes et pas à pas pour tout apprendre des techniques et des ingrédients, où les trouver, comment les travailler… C’est très minutieux ». Séduite par la formation de Marie, qui revendique son apprentissage auprès de Monsieur Payany, « qui faisait tout maison,  à l’ancienne, même le saindoux », Marabout a donné carte blanche à la jeune artisan. « On a commencé en septembre 2020 et fini en juin 2022, dit Marie. La collection est régie par un protocole très particulier. On a travaillé avec Yannis Varoutsikos, un graphiste en charge des dessins et illustrations, avec Pierre Javelle, un photographe et on doit à Anne Cazor les compléments scientifiques ».

Marie Caffarel

« J’ai reçu la visite d’un Monsieur venu en bus tout exprès de Toulon. Il est électricien, passionné de charcuterie et voulait une dédicace sur son livre »

Marie Caffarel

Marie se souvient, avec émotion, de ses allers-retours à Paris « plusieurs fois pour réaliser les recettes dans le bureau studio de Pierre. Et là-bas, j’ai fait la connaissance de Orathay Souksisavanh, en charge du stylisme. J’ai beaucoup apprécié cette étape car Orathay et Pierre sont deux grands passionnés avec lesquels j’ai aussi beaucoup rigolé. Tout a été photographié à la verticale dans un studio-cuisine qui ne faisait même pas 15 mètres carrés ! ». Une expérience de partage « où jamais je ne me suis sentie comme la petite marseillaise montée à la capitale »…

Dans quelques jours, Marie partira pour le Festival du Livre Gourmand qui se tient tous les deux ans à Périgueux. Là-bas elle animera un cours de cuisine par équipe de 12 sur le thème des « paupiettes de volaille-farce fine pignons et parmesan ». En bonne méridionale, elle présentera un cours de cuisine sur le thème des alouettes sans tête et participera à une table ronde avec Hugo Desnoyer. Plusieurs séances de dédicaces sont aussi programmées à son agenda. « Honorer le produit sans faire de chichi » telle pourrait être sa devise. Pour notre plus grand bonheur.

« Le grand manuel du charcutier », Marabout Ed, 283 pages, 35 €. En vente en librairies et à la charcuterie, 72, rue Breteuil, Marseille 6e arr. 

Photos @mona.pix Mona Grid

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

L’Isle-sur-la-Sorgue

Œuf mayonnaise. Le concours du meilleur œuf mayo  du monde s’est tenu à Paris le 14 novembre dernier. Le vauclusien Jérémi Fontin est monté sur la deuxième marche du podium, porté par un œuf fermier bio de gros calibre, cuisson en 8 minutes, « dans de l’eau très salée pour garder un jaune orangé et onctueux » révèle le chef de l’Atelier du Jardin dans le quotidien La Provence. Le grand gagnant 2023 du concours créé par l’Association de sauvegarde de l’œuf mayonnaise (Asom) est la Grande Brasserie de Bastille, à Paris. Pour ceux qui le souhaitent, la recette œuf-mayo de Jérémi Fontin est proposée au restaurant à 8 € les quatre demi-œufs. L’Asom a été créée par feu le chroniqueur gastronomique et fondateur des Guides Lebey, Claude Lebey. Elle a été relancée en 2018 par quatre gastronomes avertis, soucieux de préserver et promouvoir ce monument de la cuisine bistrotière française.
• L’Atelier du Jardin, 34, avenue de l’Égalité,  84800, l’Isle-sur-la-Sorgue.

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter