Art de vivre

Mondanités au Marriott, Marco propose un quatre mains et Tous au Restaurant cartonne

Tous au Restaurant 2016 : la 7e édition a cartonné
 La grande fête nationale des restaurants qui s’est déroulée du 19 septembre au 2 octobre s’est achevée avec un parfum de réussite. Le site de l’opération a enregistré 1 350 000 visiteurs si on en croit le communiqué publié à cette occasion. Si 1 200 cuisiniers ont aprticipé à l’opération, on peut citer Ile-de-France, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Rhône-Alpes, Nord-Pas de Calais et Aquitaine parmi les 5 régions les plus engagées dans l’opération. Toujours selon l’organisateur de l’opération, quelque 600 000 personnes ont participé à l’événement.

MarriottAu-revoir Sophie, bonjour Loïc
 Le tout jeune hôtel AC Marriott Vélodrome a organisé une grande soirée cette semaine pour saluer le départ de sa directrice Sophie Henri. Elle sera remplacée par Loïc Lastapis, qui prend les rênes de cet hôtel d’un an à peine. Autre changement notable : le départ du chef Damien Aldebert et la nomination au poste de chef cuisinier de son second, Alexandre Abbes-Louslaty. « Je quitte l’hôtel un an jour pour jour après avoir porté son inauguration, a déclaré Sophie Henri. J’ai plein de projets personnels à mettre en oeuvre, je veux m’y consacrer ». De son côté, Loïc Lastapis, affichait un large sourire : « Nous sommes en excellents termes avec Sophie, je prends la relève avec un bel hôtel pour lequel je compte organiser des événements récurrents afin de l’installer dans le paysage marseillais ». Ancien du groupe Accor pour lequel il a dirigé le Paris Bastille Boutet – MGallery Collection, Loïc Lastapis a vécu deux années durant entre Paris et Marseille, le voilà enfin stabilisé dans le Sud.

Marco Giupponi invite le chef Hubert Vergoin
La Salumeria Giuppo nous prépare deux jours exceptionnels avec des menus surprise étonnants. Marco a invité le chef lyonnais Hubert Vergoin, propriétaire de Substrat, pour deux jours de repas à quatre mains mémorables. Pour ceux qui ne le connaissent pas, Vergoin a installé son resto sur les pentes de la Croix-Rousse et son bistrot « à l’architecture croisée d’un atelier d’artisan et d’une maison de campagne » propose une « cuisine de goût articulée autour des produits de la cueillette » dixit le patron. Faut-il y aller ? Oh que oui ! Primo parce que Marco est un homme de goût et son restaurant mérite tout votre intérêt et, ensuite, parce que la cuisine d’Hubert Vergoin, colle à l’époque et renoue avec les évidences que beaucoup ont oublié : des produits locaux, issus de la cueillette, arrosés de « vin à boire ».
Menu 6 plats, thème surprise, 44 € par personne. Salumeria Giuppo, 7, bd de la Libération, Marseille 1er arr. ; réservations obligatoires au 09 81 86 35 95. 

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.