En direct du marché

Ô’Corse 75, quand maquis rime avec Paris

Ô'Corse 75

On dit du XIVe arrondissement de Paris qu’il était celui des Bretons mais mais Franck assure qu’il est aussi l’arrondissement des Corses de Paris. D’où l’installation, presqu’évidente, de Ô’Corse 75, un rendez-vous insulaire sur lequel souffle le Libecciu. Inaugurée le 8 novembre dernier, cette épicerie fine se double d’une “cave à manger” réunissant les amateurs de figatellu et de lonzo. “C’est un lieu comme on aimerait l’avoir chez soi, explique Franck, originaire de Prunelli-di-Fiumorbo. Un lieu convivial, chaleureux, décoré comme en Corse avec l’esprit corse” sourit le jeune patron qui travaille avec Mary sa compagne.

Canistrelli et Mattei
Sur les étagères de Ô’Corse 75, quelque 20 références de vins parmi lesquelles un domaine Gentile (patrimonjo), un clos Culombu star du Montegrosso, un comte Peraldi en ajaccio et, “la bonne surprise du moment, un Fratelli composé de pinot noir corse, un rouge léger pour un apéritif mais avec une identité bien marquée pour accompagner un repas”, dit Franck, le sourire dans la voix. A savourer sur place, à offrir ou à emporter, la confiture de myrte le dispute aux figues et clémentines. “On propose un assortiment de canistrelli, des pots de miel, de la charcuterie et des fromages frais” énumère le maître des lieux désignant aussi quelques bocaux de plats cuisinés qu’il suffit de réchauffer pour se régaler…

“Eh bien sûr, il y a les alcools de toujours, le casanis, le Cap corse, le Mattei auxquels s’ajoutent désormais le gin, la vodka et le whisky corses”, confie Franck qui est fier de faire vivre cette enclave 100% insulaire, “les gens sont en immersion totale, quand ils arrivent, il y a les chants corses et le parfum des charcuteries qui embaument”. Quand maquis rime avec Paris.
Ô’Corse 75, 24, rue Brézin, Paris XIVe arr. Infos au 01 45 43 62 42. Déjeuner : salades, sandwiches, bruschetta et planches. Soirées, planches et bruschetta.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Notez-le

Christian Qui “meilleure table de l’année” selon le Fooding classement 2021 A l’heure où la restauration française vit les heures les plus noires de son histoire, le guide Fooding, lui, continue à vivre comme si tout allait bien. Le guide, qui vient d’être intégralement racheté par le guide Michelin, a révélé ce lundi 16 novembre son palmarès de l’année 2021. Une approche d’autant plus cynique que la quasi totalité des guides français a décidé de ne pas établir de classement tant la période est dramatique pour la profession.

Meilleur bar d’auteur : Bambino (Paris)
Meilleur bistrot : Café Les Deux Gares (Paris)
Meilleur sandwich : Penny Lane (Paris)
Meilleur chef résistant : Antonin Bonnet chez la Boucherie Grégoire (Paris)
Meilleur cuisinier : Daniel Morgan chez Robert (Paris)
Meilleure table : Christian Qui (Marseille)
Meilleure table : Bistrot Bao (Groix)
Fooding d’Amour : Comète (Saint-Lunaire)
Fooding d’Amour : Rita, la Vierge à la Mer (Saint-Jean-de-Luz)
Meilleure chambre de style : château de la Haute Borde (Rilly-sur-Loire).