Art de vivre

Plantes et infusions pour passer des fêtes en pleine forme

Le grand marathon des fêtes de fin d’année débute dans 7 jours avec le réveillon de Noël. Du 24 décembre aux premiers jours de janvier, invitations, réceptions et repas s’enchaînent mettant notre organisme à rude épreuve. Comment prévenir et soigner les aléas dus à nos excès alimentaires ? Avec les plantes et infusions bien sûr ! Martine Blaize de Peretti, pharmacien et herboriste nous aide et conseille. plantes et infusions« A une semaine du début des fêtes, c’est le moment d’alléger notre alimentation, prévient Martine. Vous allez considérablement limiter voire stopper la consommation d’alcools et limiter la consommation de protéines animales au bénéfice des protéines végétales » explique-t-elle. En clair, on oublie les steacks et saucissons et on les remplace par des pois chiches et des lentilles. On augmente sa consommation de salades composées de carottes râpées et de germes de soja : « Pensez aux endives et à la trevise, elles sont au top en ce moment, s’enthousiasme Martine Blaize de Peretti. Un bon truc encore, saupoudrez vos salades de spiruline, c’est un excellent anti-fatigue, souverain pour les personnes sujettes aux problèmes thyroïdiens puisque c’est une algue d’eau douce, sans iode »… Et pour les sportifs, la spiruline est excellente car elle permet de gagner en masse musculaire !

Ayez le réflexe bouillon de légumes à raison d’un litre par jour et, si vous préférez, buvez un litre de rooibos en tisane : « Ça donne une boisson, couleur cognac, agréable en goût et sans théine. Le roibos a des vertus drainantes donc diurétiques, analyse le pharmacien. Comptez deux cuillères à soupe de rooibos dans un litre d’eau bouillante par personne. C’est la boisson nationale en Afrique du Sud que l’on peut aromatiser avec des fruits ». Autre précieux conseil : « Evitez les sucres rapides comme les bonbons, viennoiseries, sucre en poudre, chocolat, sodas. Optez pour les sucres lents comme les pâtes et le riz complets al dente, on peut en manger même le soir mais en petite quantité » préconise Martine Blaize de Peretti.

« Les plantes et infusions oui mais c’est toujours sans sucre ! »

Autre star de la saison : la camomille. « Les fleurs de camomille romaine en infusion sont un excellent anti-nauséeux, un anti-vomissement si vous avez des nausées et êtes barbouillé ». Martine conseille 5 fleurs de camomille romaine pour une tasse à thé d’eau bouillante, laissez infuser 5 minutes : Vous boirez ça le matin à jeûn ou au moment des malaises digestifs ». Si vous aimez le gingembre, mâchez des lamelles de gingembre : « C’est idéal contre le mal au coeur, on le prescrit aux personnes qui sont malades en bateau ou en voiture ».

Contre les ballonnements et flatulences, ayez le réflexe badiane de Chine, « c’est celle qu’on appelle anis étoilé, à huit branches, précise Martine. On en prend contre la mauvaise digestion. Comptez 5 étoiles de badiane pour une tasse à thé d’eau bouillante ; faites bouillir 5 minutes puis laissez infuser 5 minutes, feu à l’arrêt ».
Et puis, pour ceux qui y parviennent, juste avant de partir bringuer chez vos potes ou en famille, vous pouvez essayer d’avaler une cuillère à soupe d’huile d’olive : « Vous éviterez ainsi le syndrome de l’ivresse rapide et protégerez légèrement la muqueuse gastrique ». Toutes ces plantes et infusions prises, gardez cependant à l’esprit qu’elles ne vous préservent pas d’une recommandation simple : seule la modération vous permettra de profiter à plein des fêtes…

A lire, le livre de la magicienne des plantes et infusions : « Les Blaize, une dynastie ».

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aix-en-Provence

Jean-Luc Le Formal n’est plus. 2002-2022, le  plus breton des chefs provençaux a mis 20 ans dans la cité du Roy René pour gravir tous les échelons de la notoriété. Las, ce samedi 3 décembre, le cœur de Jean-Luc Le Formal a décidé de siffler la fin de la partie. Au Grand Pastis qui lui avait demandé s’il avait des regrets, Le Formal avait répondu : – Je n’en ai pas. Il faut assumer ce qui a été fait car on ne peut plus revenir dessus ». Fort de sa devise, « Profiter du moment présent à 100%, vivre et partager sa passion », Jean-Luc Le Formal a vecu pleinement pour la cuisine avec une douleur et une incompréhension : le mutisme du guide rouge à son encontre. Généreux dans le verbe et en actes, solidaire et confraternel, Le Formal tire définitivment le rideau sur son restaurant de la rue Espariat. En ces journées pénibles, chacun pensera à Yvonne sa compagne ; une cérémonie sera célébrée à Aix, jeudi 8 décembre.
Son interview au Grand Pastis.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter