Restaurants en Provence

A Cavaillon, l’éternelle Maison Prévôt

Prévôt

Jean-Jacques Prévôt est à Cavaillon ce que le calisson est à Aix, partageant un point commun avec la cité du Roy René :  une passion pour le melon. A Cavaillon, on va chez Prévôt pour célébrer les grandes occasions de la vie. C’est le restaurant institution qui ouvre les portes gourmandes du Luberon. Jean-Jacques a eu les honneurs du guide Michelin avec une étoile il y a quelques années et puis il est tombé en disgrâce sans qu’on sache ni comprenne pourquoi.
Plusieurs années, quatre ou cinq de mémoire, s’étaient écoulées depuis un dernier repas à Cavaillon jusqu’à ce que le mistral de la semaine dernière ne pousse la voiture jusqu’au restaurant du cuisinier poète. Et rien n’a changé : la salle toujours aussi vaste respire encore le confort bourgeois, l’argenterie brille toujours sur les tables et le personnel, s’il a changé, garde le sourire et la bonne humeur insufflés par le patron. Comme tout bon aubergiste qui se respecte, Jean-Jacques est partout, de l’accueil à la cuisine jetant toujours un oeil en salle pour vérifier que tout se passe bien.

Le menu du jour est une petite merveille qui donne un bel aperçu du style Prévôt. Quelques mises en bouche donnent le la : un croustillant de pomme de terre, un cannelé aux lardons et poivron, un velouté de butternut et crème de châtaignes. Tout est bon, bien assaisonné, les textures sont contrastées… Tous les indices d’un repas qui sera irréprochable sont réunis.

Prévôt

Dans une assiette, joliment dressés à la façon d’un jardin, quelques légumes de saison s’organisent autour d’un jaune d’oeuf cuisson parfaite. Cerfeuil tubéreux, betterave, carottes, navet, champignons pickles se combinent en notes acides, sucrées, terreuses, c’est fondant et coloré, joli comme un week-end d’automne. Le boudin de homard déclinaison de fenouil est nappé d’une sauce nantua dont  on garde en mémoire la persistante saveur des carcasses broyées. La poire pochée enfin s’accompagne de céleri confit et d’une glace poire gingembre au caractère bien trempé et puissant.

Alors faut-il y aller ? Oui car la cuisine de Prévôt est légumière et n’a pas besoin de mots barbares (flexitarisme, végétarisme) pour prouver à quel point elle colle à l’époque. Le repas est léger, bien tourné et joyeux, on sent que la cuisine maîtrise son sujet. Oui car le service est très sympa, détendu en dépit des costumes, des nappes et de l’argenterie qui pourraient rebuter de prime abord. Oui, enfin, car le chef est un poète, un artiste, un passionné qui aime ses clients et cultive un sens rare de la fidélité. Tout ce que vous aimerez.

Maison Prévôt, 353, avenue de Verdun, 84300 Cavaillon ; infos au 04 90 71 32 43. Menu du jour 39 €, formules 60 et 82 €.

2 commentaires

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Comment ne pas aimer la vie après de si gentils mots concernant ce (Pastis ) partage aux amoureux de la cuisine régionale.
    Un grand merci à vouloir nous encourager et à continuer sur des valeurs du patrimonial culinaire.

    « Les joyeux guérissent toujours »
    Jean -Jacques Prévôt

Abonne-toi à la newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Paris

Championnats de France de Pizza. Le ridicule ne tue pas, pour preuve, ce énième concours pompeusement qualifié de « championnat de France de la pizza ». Alors sachez que sa 18e édition sera organisée par l’Association des Pizzerias françaises et se tiendra les 13 et 14 mars sur le salon Parizza. Sur les 400 candidats qui s’étaient portés candidats, 130 d’entre-eux ont été retenus lors des étapes régionales du France Pizza Tour. Les 13 et 14 mars donc, les 130 concurrents se mesureront tout au long de 6 épreuves (pizza classique, «pizza a due», rapidité) dont certaines s’apparentent aux jeux du cirque (pizza la plus large, pizza dessert et pizza acrobatique). Les candidats des Bouches-du-Rhône sont : Kévin Vernet de Gardanne (Pizzeria Il Grano ), Jean-François Cortez des Pennes-Mirabeau (Capo Pizzeria), Guillaume Martinez d’Allauch (Pizza Lea), Lucas Palazzo d’Aix-en-Provence (Chez Ratatouille), Mathieu Boisseau de Plan de Cuques (Pizzeria da Matteo), Laurent Pavia de Marignane (Les 3 M) et Yvan Cotta de Saint-Victoret (Allô Pizza).

Marseille

► Rencontres des Cuisines africaines En 2020, à l’occasion de la Saison Africa2020, la Mission française du patrimoine et des cultures alimentaires (MFPCA), les Grandes Tables-I.C.I et Chefs In Africa se sont réunis pour organiser des rendez-vous culinaires et artistiques à Calais, Tours, Dijon, Clermont-Ferrand et Marseille. Les événements des Cuisines africaines ont permis de questionner et explorer les identités culinaires de tout un continent. Au cours des quatre dernières années, de nombreux projets ont été entrepris pour poursuivre cette démarche : la publication d’un numéro de la revue Papilles, intitulé Stirring the Pot, Les Cuisines Africaines, l’organisation de tables rondes, des participations à des festivals (Village international de la gastronomie, Omnivore, …) et des actions développées dans plusieurs territoires d’Afrique. En 2024, les Rencontres des Cuisines africaines rassembleront, pour une première édition, plus de 70 acteurs et actrices culinaires d’Afrique et de ses diasporas afin d’explorer les identités des cuisines africaines, célébrer leur richesse et développer des synergies communes. Au programme : des tables rondes explorant les grands enjeux des cuisines africaines, des ateliers pour découvrir et échanger, des entretiens avec des personnalités et des démonstrations culinaires autour de produits phares.
• Les Rencontres des Cuisines Africaines, les 1 et 2 mars 2024 à la Friche de la Belle de Mai à Marseille.