En direct du marché

Provisions, l’épicerie-librairie ouvertement nature

Provisions

C’est une enclave de nature, une parenthèse de campagne dans la ville. C’est aussi un bastion et l’incarnation des idéaux de Saskia et Jill qui, depuis le 19 octobre dernier, ont donné vie à une épicerie fine-librairie dans la rue de Lodi (6e). Les deux associées sont tombées sous le charme de cette ancienne librairie, « une véritable institution dans le quartier », rencardées par l’amie Iris, de la Brûlerie Moka, qui les a informées de la vacance du lieu. Les travaux ont été menés tambour battant en juillet, non pas pour effacer les stigmates du passé mais, au contraire, pour en magnifier l’empreinte. Façade repeinte, meubles en bois de rangement, carrociment début XXe… Provisions peut désormais développer sa ligne éditoriale.

Choix très perso
A l’entrée, une collection de livres de cuisine et d’alimentation donne le la d’une gastronomie française, italienne et anglo-saxonne… « Bientôt, on aura aussi des livres hispanophones », promet Saskia dont la famille exerce dans le milieu de l’édition et qui, à l’instar de Jill, « ne pouvait pas concevoir cette adresse sans livres ni BD ».  L’épicerie de Provisions en fond de magasin se raconte en mode très personnel : –  Il y a ici des producteurs et des productrices que j’ai découverts au gré de mes reportages » explique Jill, journaliste dans la presse culinaire. Un casting gourmand avec une prédominance pour des produits de la Drôme-Ardèche où Jill et Saskia ont fait une tournée l’été dernier, l’utilitaire se chargeant toujours plus étape après étape… « Dénicher des produits locaux, les sélectionner pour leur valeur nutritive et les histoires qu’ils véhiculent, tout ceci fait sens » assure Jill.

Provisions

« C’est primordial, nous connaissons chacun de nos producteurs qui garantissent des spécialités sans intrants, répète Jill tendant le bras vers une étagère chargée de bouteilles de vins nature, de cidres et de poirés. Nous avons de nombreuses références en poirés du Finistère et du Perche ». « Le monde agricole a le cul entre deux chaises, estiment les épicières-libraires qui jugent inutile de confronter l’ancien modèle agricole avec les nouvelles voies qui se dessinent ». Un discours qui séduit une clientèle essentiellement issue du quartier et des cuisiniers attirés par cette sélection très personnelle : – On ne cherche pas à tout avoir mais plutôt à proposer ce qu’on aime vraiment. Provisions n’est pas une épicerie du quotidien mais une adresse de produits d’agrément et de complément », avertit Saskia.

Avec l’ambition de proposer quelque chose de nouveau à chaque visite, les deux associées présentent non sans fierté les bouquets de Fleurs d’Arles que Marie Varenne propose chaque semaine : des bouquets de fleurs sauvages et cultivées, poussant en Camargue dans le plus strict respect des saisons. « Les bouquets s’inspirent de la nature, ils mêlent fleurs, feuillages et graminées » sourit Saskia qui rappelle qu’on n’achète pas n’importe quelle fleur toute l’année. Trop impatientes pour attendre “le monde de demain”, Saskia et Jill le disent d’une même voix : – Beaucoup de métiers devront se repenser et nous sommes convaincues que l’on peut façonner la vie professionnelle dont on a envie ». Elles en font la brillante démonstration.

Provisions, 95 bis, rue de Lodi, Marseille 6e ; ouvert le vendredi et samedi de 9h à 20h.

La sélection du Grand Pastis chez Provisions

  • Les cornichons de la Ferme Noyer aromatisés à l’aneth de Leslie et Michaël.
  • Un vin blanc, 100% sémillon, du domaine de l’Astré dans le Bergeracois. Un vin de macération en jarres de terre cuite pendant 15 jours qui porte le nom de la fille de Sylvain et Aude. Chaque verre en appelle un autre, parfait sur une tarte aux abricots ou un poulet en croûte.
  • Une BD, « l’Oasis » de Simon Hureau (Dargaud Ed., 20 €, 116 pages) Le récit poétique d’un citadin qui s’offre une maison avec un petit bout de campagne et qui se prend de passion pour son jardin. Le dessin, réaliste et sincère, sert de vecteur à un récit évoquant les embûches et succès d’un homme qui cherche plus à comprendre la nature qu’à la domestiquer. Suprême récompense, les insectes, fleurs et plantes  reprennent vie grâce à lui .

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.