En direct du marché

Thierry Baucher a inventé la « vinaigrette gastronomique parfaite »

Thierry Baucher

« Tout est parti d’une idée simple : je voulais faire une sauce qui rende les gens addicts et qu’ils puissent l’utiliser toute l’année, raconte Thierry Baucher, ancien propriétaire du restaurant les 5 Sens à Avignon (vendu, depuis, à Mathieu Desmarest). J’avais créé cette vinaigrette qui accompagnait de nombreux plats. Plusieurs clients nous en réclamaient pour la maison, alors avec mon épouse Christelle, on a décidé de la rendre accessible à tous ! »

Mais qu’y a-t-il dans cette fameuse vinaigrette pour la rendre aussi addictive ? De l’huile de colza, de l’huile de maïs, de l’huile d’olive et du vinaigre de xérès. Auxquels il faut ajouter de l’eau, de la moutarde de Dijon forte, du vinaigre de cidre, du sel, de l’huile de noix, du jus de citron, de la sauce de soja bio avec du sucre, du poivre noir moulu et un peu d’épaississant (de la gomme xanthane).
Avec BCR la Vinaigrette, le chef au col tricolore a composé un condiment suscitant surprise et étonnement chez qui la découvre. Prête à l’emploi, elle est composée de douze ingrédients qui, combinés, agissent comme un exhausteur de goût qui met en exergue les produits qui l’accompagnent. Ainsi, vous pourrez l’utiliser, « avec toutes sortes de salades bien-sûr mais aussi sur des légumes crus ou cuits, des poissons et viandes rouges et blanches, voire des fromages, le tout sans qu’elle prenne le dessus ! », explique son concepteur.
Cette vinaigrette est issue d’une recette douce au caractère bien trempé qui exige d’être bien secouée avant usage afin de s’assurer du mélange des ingrédients et de ses arômes. Produite et embouteillée dans la région d’Avignon, dans des bouteilles en canne à sucre pour bannir le plastique, BCR La Vinaigrette est riche en oméga 3 avec ses huiles d’olive, colza et noix lui conférant, en plus de ses qualités gustatives, de véritables atouts pour notre santé.

BCR La Vinaigrette de Thierry Baucher, 500 ml, prix de vente public : 13 € (points de vente ici).

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à la newsletter

Marseille

Loury en vente. Il a 74 ans et a consacré 54 années de sa vie à la cuisine et à son restaurant. Loin de l’écume ambiante, Loury a incarné la lame de fond de la cuisine traditionnelle provençalo-marseillaise avec la soupe de poissons, la bouillabaisse et autres pieds-paquets. A regrets, le restaurant du 3, rue Fortia (1er arr.) a été mis en vente. Il est urgentissime d’aller y déjeuner ou dîner, pour ne rien regretter.
• Infos au 04 91 33 09 73

Farinette c’est fini. Quatorze mois plus tard, la boulangerie de Manon et Etienne Geney tire le rideau. « Nous avons vécu une année compliquée et la hausse globale des coûts, énergie et matières confondues, a fragilisé notre modèle économique, explique Etienne Geney. Nous n’avons pas voulu fragiliser la Maison Geney voisine et on a pensé qu’il valait mieux tout arrêter ». En dépit de cette annonce, l’équipe vient de terminer une série de tournages pour la « Meilleure boulangerie de France » (M6) et le couple Geney enfonce le clou : – On y a mis tout notre cœur, on n’a proposé que du bon pain, on a fait de gros progrès et on ne retire que du bien de cette expérience ». Toujours propriétaires du nom Farinette qu’ils ont déposé, les Geney attendent que « le temps passe » et promet : « On reviendra mais on ne sait pas quand ». Fermeture le 4 février 2023.

Marrou à Saint-Barnabé. Porté par le succès de ses implantations au Prado, à Castellane et à l’opéra, Marrou ouvre un espace traiteur-pâtisserie à l’entrée de la galerie Saint-Barnabé Village (95, rue Montaigne, 12e). Il sera possible de déjeuner sur place et de profiter du salon de thé à toute heure de la journée. Une terrasse et des places en salle sont annoncées. Les Marseillais de boboboom signeront la déco et le style de l’enseigne.

 

Suis-nous sur les réseaux