En direct du marché

Thierry Baucher a inventé la « vinaigrette gastronomique parfaite »

Thierry Baucher

« Tout est parti d’une idée simple : je voulais faire une sauce qui rende les gens addicts et qu’ils puissent l’utiliser toute l’année, raconte Thierry Baucher, ancien propriétaire du restaurant les 5 Sens à Avignon (vendu, depuis, à Mathieu Desmarest). J’avais créé cette vinaigrette qui accompagnait de nombreux plats. Plusieurs clients nous en réclamaient pour la maison, alors avec mon épouse Christelle, on a décidé de la rendre accessible à tous ! »

Mais qu’y a-t-il dans cette fameuse vinaigrette pour la rendre aussi addictive ? De l’huile de colza, de l’huile de maïs, de l’huile d’olive et du vinaigre de xérès. Auxquels il faut ajouter de l’eau, de la moutarde de Dijon forte, du vinaigre de cidre, du sel, de l’huile de noix, du jus de citron, de la sauce de soja bio avec du sucre, du poivre noir moulu et un peu d’épaississant (de la gomme xanthane).
Avec BCR la Vinaigrette, le chef au col tricolore a composé un condiment suscitant surprise et étonnement chez qui la découvre. Prête à l’emploi, elle est composée de douze ingrédients qui, combinés, agissent comme un exhausteur de goût qui met en exergue les produits qui l’accompagnent. Ainsi, vous pourrez l’utiliser, « avec toutes sortes de salades bien-sûr mais aussi sur des légumes crus ou cuits, des poissons et viandes rouges et blanches, voire des fromages, le tout sans qu’elle prenne le dessus ! », explique son concepteur.
Cette vinaigrette est issue d’une recette douce au caractère bien trempé qui exige d’être bien secouée avant usage afin de s’assurer du mélange des ingrédients et de ses arômes. Produite et embouteillée dans la région d’Avignon, dans des bouteilles en canne à sucre pour bannir le plastique, BCR La Vinaigrette est riche en oméga 3 avec ses huiles d’olive, colza et noix lui conférant, en plus de ses qualités gustatives, de véritables atouts pour notre santé.

BCR La Vinaigrette de Thierry Baucher, 500 ml, prix de vente public : 13 € (points de vente ici).

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.