Marseille

► Soirée raclette à Notre-Dame-de-la-Garde Pour contribuer au financement des gros travaux d’entretien de la basilique, le père Espinosa, recteur du sanctuaire, et l’équipe qui gère le Restaurant, ont eu l’idée d’organiser des dîners dont l’intégralité des bénéfices est reversée à l’entretien du site. Chaque soirée débute à 19h par une visite privée de la crypte et de la basilique suivie, à 20 heures, d’un apéritif, puis du dîner (50 € par personne). Pour répondre aux morsures du froid hivernal, une soirée raclette est organisée le jeudi 7 mars en partenariat avec la fromagerie La Meulerie. Le dîner fondant et délicieusement parfumé sera servi sur une seule et longue table unique. Bonne humeur garantie.
• Pour la soirée raclette du 7 mars, s’inscrire ici.

Suis-nous sur les réseaux

Solidarité

► Dîners Sans Fourchette Le concept des dîners Sans Fourchette a été développé au profit des personnes victimes de troubles de la mémoire, des victimes d’Alzheimer, de sclérose en plaques ou de Parkinson. Dans l’évolution de leur pathologie, beaucoup de malades ne parviennent plus à se servir de leurs couverts et en viennent au geste premier, celui qui consiste à pincer l’aliment entre le pouce et l’index pour le porter à la bouche. Les malades ont aussi le droit de se régaler, d’aller au restaurant, de sortir, de rencontrer l’autre et de partager leur joie ; avec ces dîners, c’est le restaurant qui doit s’adapter à eux. Participer aux Dîners Sans Fourchette c’est contribuer à faire vivre l’association Mémoire et Santé qui les organise… pour sortir de l’isolement.
• À Paris le mercredi 28 février école de Paris des métiers de la table et le 6 mars ; à Toulon au lycée Anne-Sophie Pic le mercredi 13 mars : à Marseille le mardi 19 mars au lycée hôtelier J.-P.-Passédat ; à Sisteron le jeudi 21 mars à l’école hôtelière et le mercredi 3 avril à Marseille au restaurant Le République.

En direct du marché

Timon et Sourrieu, la nouvelle gamme d’apéritifs « bien de chez nous »

Timon et Sourrieu
Nicolas Timon-David, Guillaume Sourrieu et Jean-Marc Timon-David

Ils ont appelé leur marque « Timon et Sourrieu » frappant du sceau de leur patronyme cette nouvelle gamme d’apéritifs aussi beaux que bons. A l’origine, il faut aller chercher trois copains des années collège, Guillaume Sourrieu, chef du restaurant l’Epuisette au Vallon des Auffes, Jean-Marc et Nicolas Timon-David. Trois potes et un même projet aux accents conviviaux et marseillais. « On ne s’est jamais perdu de vue et c’est un concours de circonstances qui nous a amenés à penser la gamme » dit Jean-Marc, par ailleurs créateur de la gamme de sirops Eloïde.

« Le mois de janvier 2021 a été celui de l’oisiveté et de la réflexion réunies, se remémore Nicolas Timon-David. On avait envie de se recentrer sur une activité marseillaise, plus épanouissante et sincère ». De là est née cette gamme de bons produits déclinés autour de plantes aromatiques, sains, composés d’ingrédients lisibles et compréhensibles « qui parlent aux Marseillais », insiste Sourrieu. « On s’est aussi rendu compte qu’il y a beaucoup de produits issus de l’océan Atlantique alors on a pensé que cette gamme méditerranéenne, plus sophistiquée que la tapenade ou l’anchoïade, permettrait de rééquilibrer les choses », poursuit Nicolas Timon-David.

Cuisiné et conditionné dans les Bouches-du-Rhône
Figure de poulpe (poulpe, tomate et thym citron), Sardinade des fadas (sardine, citron et menthe), Boucan d’ail (légumes, ail et ciboulette), Escquiché de crevettes comptent parmi les 6 recettes à tremper ou à tartiner. Trois types de crackers (Palanquée de parmesan, Empégués à la menthe et Pagaille d’olives) apportent du craquant et de l’humour au simple énoncé de leurs noms. « Nous avons mis 9 mois à mettre toutes ces recettes au point avec une quantité de tests, rappelle Guillaume Sourrieu. Et nous avons tenu à ce que tout soit fabriqué dans le département », poursuit-il en décapsulant la Tchatche, une bière à base de houblon et de thym citron brassée par la Brasserie de la Plaine.

La gamme Timon et Sourrieu est référencée auprès des commerçants du centre-ville, des fromagers, cavistes, poissonniers et écaillers, qui lui ont réservé un accueil enthousiaste. « Il y a aussi des magasins à Paris, Nantes et Bordeaux qui ont passé commande » souffle Nicolas, porté par le vent d’un projet enfin concrétisé.

@timonetsourrieu

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.