En direct du marché

Timon et Sourrieu, la nouvelle gamme d’apéritifs « bien de chez nous »

Timon et Sourrieu
Nicolas Timon-David, Guillaume Sourrieu et Jean-Marc Timon-David

Ils ont appelé leur marque « Timon et Sourrieu » frappant du sceau de leur patronyme cette nouvelle gamme d’apéritifs aussi beaux que bons. A l’origine, il faut aller chercher trois copains des années collège, Guillaume Sourrieu, chef du restaurant l’Epuisette au Vallon des Auffes, Jean-Marc et Nicolas Timon-David. Trois potes et un même projet aux accents conviviaux et marseillais. « On ne s’est jamais perdu de vue et c’est un concours de circonstances qui nous a amenés à penser la gamme » dit Jean-Marc, par ailleurs créateur de la gamme de sirops Eloïde.

« Le mois de janvier 2021 a été celui de l’oisiveté et de la réflexion réunies, se remémore Nicolas Timon-David. On avait envie de se recentrer sur une activité marseillaise, plus épanouissante et sincère ». De là est née cette gamme de bons produits déclinés autour de plantes aromatiques, sains, composés d’ingrédients lisibles et compréhensibles « qui parlent aux Marseillais », insiste Sourrieu. « On s’est aussi rendu compte qu’il y a beaucoup de produits issus de l’océan Atlantique alors on a pensé que cette gamme méditerranéenne, plus sophistiquée que la tapenade ou l’anchoïade, permettrait de rééquilibrer les choses », poursuit Nicolas Timon-David.

Cuisiné et conditionné dans les Bouches-du-Rhône
Figure de poulpe (poulpe, tomate et thym citron), Sardinade des fadas (sardine, citron et menthe), Boucan d’ail (légumes, ail et ciboulette), Escquiché de crevettes comptent parmi les 6 recettes à tremper ou à tartiner. Trois types de crackers (Palanquée de parmesan, Empégués à la menthe et Pagaille d’olives) apportent du craquant et de l’humour au simple énoncé de leurs noms. « Nous avons mis 9 mois à mettre toutes ces recettes au point avec une quantité de tests, rappelle Guillaume Sourrieu. Et nous avons tenu à ce que tout soit fabriqué dans le département », poursuit-il en décapsulant la Tchatche, une bière à base de houblon et de thym citron brassée par la Brasserie de la Plaine.

La gamme Timon et Sourrieu est référencée auprès des commerçants du centre-ville, des fromagers, cavistes, poissonniers et écaillers, qui lui ont réservé un accueil enthousiaste. « Il y a aussi des magasins à Paris, Nantes et Bordeaux qui ont passé commande » souffle Nicolas, porté par le vent d’un projet enfin concrétisé.

@timonetsourrieu

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.