Art de vivre

Le Refugee Food festival 2021, s’ancre plus encore à Marseille

Refugee Food festival 2021
Chez Gingko, Charlène et son frère Raphaël ont accueilli Tina, cuisinière éthiopienne.
Du 15 au 20 juin prochain, le Refugee Food festival 2021 revient à Marseille pour la cinquième édition !  Cette année encore, ce sont 10 restaurants et adresses marseillaises qui s’engagent en confiant leurs fourneaux à autant de cuisiniers réfugiés pour faire découvrir des saveurs venues d’ailleurs, sensibiliser à la situation des réfugiés en France, et leur offrir un tremplin professionnel pour réussir leur intégration en France.
La carte de ces restaurants s’enrichira de plats syriens, kazakhs ou encore éthiopiens à savourer le temps d’un déjeuner ou d’un dîner. Un geste fort pour des restaurateurs qui rallument à peine leurs fourneaux et retrouvent un début d’activité après plusieurs mois de crise sanitaire. Marseille n’est pas en reste et, à l’instar de Strasbourg, Paris, Lille, Lyon, Rennes, Nantes, Dijon, Bordeaux et Montpellier, ce sont en tout 65 restaurants, de l’étoilé à la cantine de quartier, qui ouvrent grand les portes de leur cuisine à l’occasion du Refugee Food Festival 2021.
 
Un réfugié est une personne qui a fui son pays car elle risquait d’y être victime de persécutions et de graves atteintes à ses droits humains en raison de son appartenance ethnique, religieuse, de ses options politiques, de sa nationalité, de son orientation sexuelle ou de son appartenance à un certain groupe social
Au-delà de ce festival, qui sensibilise le grand public à la situation des réfugiés, et fait découvrir les cultures culinaires du monde, il y a une association : Food Sweet Food. Cette association anime un restaurant d’insertion dédié aux cuisiniers réfugiés au coeur même de Paris. Elle propose des formations gratuites aux métiers de la restauration à des réfugiés et les aide à trouver un emploi. Food Sweet Food, c’est aussi un traiteur et un programme d’aide alimentaire qui a distribué 50 000 repas aux nécessiteux lors de la pandémie Covid dans la capitale. Elle gère en outre des programmes pédagogiques pour les jeunes écoliers. Souhaitant s’ancrer plus encore à Marseille, Food sweet food (à l’origine du Refugee Food) s’associe avec l’association phocéenne Départ (la Table de Cana, des étoiles et des femmes, les Beaux Mets) pour, par exemple, porter des projets de sensibilisation de la société civile et d’insertion professionnelle des réfugiés…
Refugee Food festival 2021

Les grandes dates du Refugee Food festival 2021 à Marseille

Mardi 15 juin, cinéma-brasserie La Baleine (cours Julien, 6e arr.), dîner et projection. Cuisine syrienne par Asieh Kentar
Mercredi 16 juin, la Femme du Boucher (rue de Village, 6e arr.), dîner de cuisine afghane par Mohammad Amin
Jeudi 17 juin, bar à cocktails Gaspard (7, bd Notre-Dame, 6e arr.), pairing cocktails, cuisine kazakhe par Roza Akhmetova
Vendredi 18 juin, chez Ouréa (72, rue de la Paix Marcel-Paul, 6e arr.), déjeuner, cuisine afghane par Homa Karimi
Vendredi 18 juin, au couvent Levat x Alf ( 52, rue Levat, 3e arr.), street food de cuisine syrienne par Abdul Rahman El Khatib
Samedi 19 juin, restaurant les Eaux de Mars (135, rue Consolat, 1er arr.), déjeuner de cuisine turque par Enes Bilgin
Samedi 19 juin, opéra Zoizo (rue Beauvau, 1er), dîner, cuisine libanaise par Rita El Laffee
Du 15 au 19 juin, boulangerie Pain Pan (29, rue 3 Frères Barthélémy, 6e arr.), pain afghan avec Suleyman Khanfiroz
Du 15 au 19 juin, la laiterie marseillaise (86, rue Sainte, 7e arr.), fromages éthiopiens et syriens par Tina Demeke Eneyew et Abdul Rahman El Khatib (et son fameux chenklish)
Dimanche 20 juin, Maison Montgrand x la Crème (35, rue Montgrand, 6e arr.), food market sur le thème des cuisines éthiopienne, vénézuelienne, libanaise et syrienne par Tina Demeke Eneyew, Veronica Garcia Rodriguez, Rota El Laffee et Asieh Kentar.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aix-en-Provence

Jean-Luc Le Formal n’est plus. 2002-2022, le  plus breton des chefs provençaux a mis 20 ans dans la cité du Roy René pour gravir tous les échelons de la notoriété. Las, ce samedi 3 décembre, le cœur de Jean-Luc Le Formal a décidé de siffler la fin de la partie. Au Grand Pastis qui lui avait demandé s’il avait des regrets, Le Formal avait répondu : – Je n’en ai pas. Il faut assumer ce qui a été fait car on ne peut plus revenir dessus ». Fort de sa devise, « Profiter du moment présent à 100%, vivre et partager sa passion », Jean-Luc Le Formal a vecu pleinement pour la cuisine avec une douleur et une incompréhension : le mutisme du guide rouge à son encontre. Généreux dans le verbe et en actes, solidaire et confraternel, Le Formal tire définitivment le rideau sur son restaurant de la rue Espariat. En ces journées pénibles, chacun pensera à Yvonne sa compagne ; une cérémonie sera célébrée à Aix, jeudi 8 décembre.
Son interview au Grand Pastis.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter