Restaurants en Provence

Ardoise et ambiance, Romy affiche complet

RomyRomy a vu le jour au printemps dernier et a connu, en moins d’un semestre, une étonnante notoriété lui permettant de rivaliser avec les enseignes bien en place depuis plusieurs années. Tous les jours au déjeuner, la terrasse, dressée sommairement sur le trottoir de la rue de Lodi, affiche complet. Une foule de jeunes femmes en majorité, et quelques-uns de leurs copains, répondent à l’appel d’une ardoise concise et visant juste. Les propositions régulièrement remises à jour en fonction des inspirations de la cuisine, affichent des intentions sudistes et régionales : panisses mayo au yuzu, toasts mozza-tomates anciennes et jambon de Parme, tenders poulet paprika-citron affûtent les appétits.

En salle, Romane et en cuisine, Mathieu. Les deux amis ont  longtemps rêvé de ce lieu à leur image, irrigué par des vins locaux et bio, une huile d’olive régionale et des légumes de saison en provenance directe des marchés voisins. Au déjeuner, un tartare de thon coriandre et ananas accompagné de frites fraîches maison. Toutes les recettes sont servies dans des assiettes chinées en brocante et la profusion de couleurs, tant dans les décors que les compositions, confère un esprit primesautier aux tables de très bon goût. Le poisson est frais, bien assaisonné sur des notes de citron dominantes, quelques oignons à la façon de pickles, des cébettes et des pluches de coriandre. L’ananas apporte une note sucrée et exotique très plaisante. Le gâteau mi-cuit au chocolat est magnifique, mou à coeur mais sucré au point d’en altérer l’ardence du cacao. Le dessert reste, en l’état, un modèle du genre qu’il convient de goûter au détriment du crumble de nectarines, de la salade de fruits ou de la mousse chocolat.

Romy
Alors faut-il y aller ? Oui car le rapport qualité-prix est excellent, le service très appliqué et pétri de bonnes intentions. Oui pour les propositions renouvelées chaque jour et la fraîcheur des assiettes. Oui pour le cadre gentil à l’intérieur et la terrasse, atout majeur aux beaux jours. Une adresse miniature qui transforme le quotidien et redonne de l’énergie pour tout l’après-midi.

Romy, 9, rue de Lodi, Marseille 6e arr. Infos au 04 86 77 15 76. Déjeuner, 21 €.

Numa Muller chez Madame Jeanne Longtemps annoncée et attendue, l'arrivée de Numa Muller chez Madame Jeanne, le restaurant de la Maison Buon, rue Grignan (6e arr) est officielle. Le chef a pris possession de la cuisine et propose pêle-mêle une tête de thon de ligne, un loup-concombre compressé et abricot fermenté-lait ribot et chips de riz-seiche, un thon et abricot au sel-herbes et fleurs du littoral et huile de feuilles de figuier eau de concombre. A suivre, 86, rue Grignan, Marseille 1er ; infos au 04 86 26 54 16.

Elie Kalamouka n'est plus Son nom restera indéfectiblement attaché au Mas, restaurant de la rue Lulli (1er) qu'il avait cofondé avec Robert Lenoir. Elie Kalamouka s'est éteint vendredi à 87 ans non sans susciter une vive émotion chez tous ceux qui avaient pris l'habitude de dîner chez lui. Le Mas était l'une des rares tables ouvertes toute la nuit, attirant noctambules et artistes qui, en fin de spectacle, venaient s'y détendre. Il était paar ailleurs administrateur du festival Jazz des Cinq Continents. La crise sanitaire a été fatale au Mas qui a été placé en liquidation judiciaire. Ce décès tourne définitivement la page des années 1980 à Marseille...

Abonnez-vous à notre newsletter