Marseille Restaurants en Provence

Razzia, la déferlante dwiches sur Notre-Dame-du-Mont

Razzia

Signe des temps : chaque semaine apporte son lot d’ouvertures d’enseignes de sandwiches. La clientèle, quand elle ne télétravaille pas, se détourne de plus en plus des assiettes-couverts au profit de ces options qui proposent un plat complet et copieux pour un ticket restaurant. Les temps de pause déjeuner s’étant réduits à une heure voire 45 minutes, il faut en une bouchée réunir féculents (pain), protéines (viande ou poisson) et légumes. Et parmi les derniers-nés de la galaxie dwiches, on a eu envie de parler de Razzia car tout le monde en parle.
En lieu et place de l’ancien Flocon de Sel dont on regrettera les banh-mi, un duo cool a pris ses marques. La salle, réduite à une dizaine de toutes petites places, regarde Axelle Poittevin, cuistote et « cider drinker » s’agiter derrière le comptoir. Ecrite à la main sur l’ardoise, l’offre est vraiment toute mini avec une recette à la viande et une autre veggie. Une déclinaison à l’assiette (romanesco et celeri rave à la graisse de canard, sauce crème de chèvre et salade) avec ou sans boulettes achève le tableau.

Razzia

Le dwich boulettes (bœuf-porc) s’accompagne de sauce yaourt, de carvi-menthe, fenouil et herbes fraîches. Copieux et richement garni, le dwich remplit sa mission. En vitrine réfrigérée, la Cidrerie bretonne du Golfe présente ses bouteilles de blablabla, de Chouf ou de Ptite cuvée. Zéro sulfite et un label AB témoignant de la démarche des gars de la commune d’Arradon dans le golfe du Morbihan. Pour ceux qui préfèrent les cidres landais, le breuvage fermier de Jehan Lefevre trône en bonne place. Sur le comptoir, des brownies sésame-chocolat, des blondie noisette-chaï et un gâteau au citron-pavot sans beurre accompagnent les cafés de spécialités estampillés la Tisserie.

Alors faut-il aller chez Razzia ? C’est une adresse de passage mais pas de destination comme toutes les enseignes du genre. Le quartier y a déjà pris ses habitudes, ce qui est un évident bon point. Les sandwiches sont copieux mais il faut absolument étoffer le nombre de suggestions car on aimerait bien goûter jusqu’où peut aller la créativité des recettes. Le pain brioché est excellent, l’accueil s’avère avenant et chaleureux. Oui enfin parce que l’adresse fait de gros efforts pour offrir une démarche intègre et ça, c’est plaisant.

Razzia, 2, rue Fontange, Marseille 6e arr. Infos au 07 86 50 60 77. De 9 à 13-15 €.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à la newsletter

Marseille

Farinette c’est fini. Quatorze mois plus tard, la boulangerie de Manon et Etienne Geney tire le rideau. « Nous avons vécu une année compliquée et la hausse globale des coûts, énergie et matières confondues, a fragilisé notre modèle économique, explique Etienne Geney. Nous n’avons pas voulu fragiliser la Maison Geney voisine et on a pensé qu’il valait mieux tout arrêter ». En dépit de cette annonce, l’équipe vient de terminer une série de tournages pour la « Meilleure boulangerie de France » (M6) et le couple Geney enfonce le clou : – On y a mis tout notre cœur, on n’a proposé que du bon pain, on a fait de gros progrès et on ne retire que du bien de cette expérience ». Toujours propriétaires du nom Farinette qu’ils ont déposé, les Geney attendent que « le temps passe » et promet : « On reviendra mais on ne sait pas quand ». Fermeture le 4 février 2023.

Marrou à Saint-Barnabé. Porté par le succès de ses implantations au Prado, à Castellane et à l’opéra, Marrou ouvre un espace traiteur-pâtisserie à l’entrée de la galerie Saint-Barnabé Village (95, rue Montaigne, 12e). Il sera possible de déjeuner sur place et de profiter du salon de thé à toute heure de la journée. Une terrasse et des places en salle sont annoncées. Les Marseillais de boboboom (présents déjà à Paris, les Emirats, Londres, la Savoie , Rio et New York) signeront la déco et le style de l’enseigne.

 

Ramatuelle

Raclette à Pampelonne. Fondée par la famille Manificat dans les années 70, L’Orangerie compte parmi les historiques de la plage de Pampelonne. Ce restaurant de plage est l’un des seuls de la baie à accueillir ses clients toute l’année, 7 jours sur 7. Pour cet hiver, le chef Daniele Negrini a eu l’idée de proposer une raclette… original face à la mer ! Côté tarif, ça reste raisonnable : 35 € par personne, pour deux convives minimum.
L’Orangerie,
962, chemin des Tamaris, 83350 Ramatuelle ; infos au 04 94 79 84 74.

 

Suis-nous sur les réseaux