Art de vivre

Sauve ton resto ! le 2e service est annoncé

2e service
En avril, rendez-vous pour un 2e service à La Ciotat le 3 et 4 ; à Lançon-de-Provence les 10 et 11 ; les Saintes-Maries-de-la-Mer le 12 et le 26 ; Port-Saint-Louis-du-Rhône le 14 ; Gardanne le 16 ; Auriol, le 17.
Le Département des Bouches-du–Rhône, la Métropole Aix-Marseille-Provence et l’association Provence Tourisme poursuivent leur soutien auprès des restaurateurs contraints à la fermeture pour cause de crise sanitaire. En lançant un food-truck sur les routes du département, Provence Tourisme invite tous les restaurateurs, quels qu’ils soient, à rejoindre le mouvement. Et ce, gratuitement.
A la suite du dispositif “Sauve ton Resto” qui s’était déployé d’octobre 2020 à janvier 2021, l’élan de solidarité envers le secteur de la restauration impulsé par Martine Vassal, présidente du Département et de la Métropole, se poursuit avec de nouvelles propositions sur l’ensemble des Bouches-du-Rhône. Dès le vendredi 26 mars prochain, un food truck aux couleurs de l’opération “Sauve ton Resto”, sillonnera les routes pour des étapes solidaires et gourmandes dans les villes et villages des Bouches-du-Rhône. Les chefs seront invités par les communes à participer à ce dispositif de vente à emporter.

2e service, comment ça marche ?

Les communes des Bouches-du-Rhône doivent d’abord contacter Provence Tourisme (demander Véronique Valton au 04 91 13 84 08) pour demander la venue du food truck sur leur territoire et décider d’une, deux ou trois dates de présence. A charge ensuite aux mairies de lancer un appel pour que des cuisiniers participent à l’opération. Lorsque la liste de chefs est fixée, elle est communiquée en retour à Provence Tourisme qui se chargera de la communication et incitera le public à commander des plats, menus et formules qu’il suffira de venir chercher le jour-dit au food truck. Bien sûr, les relais sociaux des restaurants jouent aussi à fond (Facebook et Instagram) permettant aux cuisiniers de faire passer à leurs clients la composition et les tarifs des menus ainsi que la date de l’opération.
Infos complémentaires sur l’opération 2e service sur myprovence.fr

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

pub jeudi

Suis-nous sur les réseaux

Nécrologie

Jean-Paul Passédat n’est plus.- Le père du chef Gérald Passédat est décédé ce mercredi 10 août à l’âge de 88 ans, dans son sommeil, à son domicile de Marseille. Jean-Paul Passédat était le deuxième maillon d’une chaîne dont les premières attaches datent de 1917. Germain Passédat, père de Jean-Paul et grand-père de Gérald, est alors propriétaire d’un bar-tabac. Un matin, par hasard, une baronne entre dans le bar pour utiliser le téléphone et informer son notaire de la mise en vente de son bien arrimé à la roche blanche de l’anse de Maldormé. «Pas la peine de chercher, je vous l’achète», aurait lancé Germain Passédat. La saga familiale s’écrit ensuite avec la création d’un restaurant qui aura la mer et les îles du Frioul pour décor. La villa Corinthe est débaptisée et devient Le Petit Nice pour attirer une clientèle huppée, la ville des Alpes-Maritimes étant alors très à la mode. Germain s’installe avec sa femme, Lucie, cantatrice et muse des frères Lumière, les inventeurs du cinématographe, dont des photos ornent les murs du restaurant. Des célébrités comme Pagnol ou Fernandel hantent les lieux qui, à la mort de Germain, sont repris par son fils Jean-Paul. Chanteur d’opéra, il tourne le dos à sa carrière pour se consacrer à la gastronomie avec sa femme Albertine. Il transforme le Petit Nice en hôtel de standing, creuse une piscine d’eau de mer, et gagne une étoile au Michelin en 1977 puis une seconde en 1981. À l’aube du nouveau millénaire, son fils unique Gérald Passédat revient dans le giron familial et décroche sa 3e étoile en 2008 avec une cuisine radicalement différente de celle de son père. Jean-Paul, lui, continuera à vivre au Petit Nice dans lequel il avait un appartement.