En direct du marché

Philippe Colonna veut croire en l’organisation d’un Savim d’automne 2020

Le salon des vins et de la gastronomie, le Savim, édition de printemps, a été reporté pour cause de confinement. A l’époque, Philippe et Florent Colonna ses organisateurs, promettaient de revenir à la saison d’automne plus forts et enthousiastes. Prévue du 19 au 23 novembre prochain, cette dernière fait l’objet de toutes les spéculations. Et Philippe Colonna balaie d’un revers de main toute incertitude, affichant un esprit combatif et positif d’autant plus vigoureux qu’il est rare dans le secteur en ce moment : – Une annulation du Savim d’automne 2020 serait un drame pour bon nombre de nos exposants car ce salon représente l’essentiel de leurs ventes », assure-t-il.

Depuis un mois, toute l’équipe s’est mise en ordre de bataille et a totalement remis en cause l’organisation du salon : les stands déménageront des halls 1 et 2 au hall 3, « ce qui nous fait passer de 10 000 m2 à 14 000 m2, se réjouit Philippe Colonna. Nous en profiterons pour doubler la taille des allées, c’est à  la fois indispensable et une chance ». Comme on s’en doute, les questions sanitaires et sécuritaires monopolisent l’essentiel des discussions entre les Colonna, les responsables du parc Chanot et le chargé de sécurité, en lien avec les marins pompiers. Le déploiement sur le hall 3 est salvateur, selon tous les interlocuteurs, et sera intéressant pour les salons futurs car il permettra d’instaurer un sens de circulation. « Je suis très confiant car notre clientèle est très responsable, calme et je sais qu’elle respectera ces règles dans la quiétude », juge Philippe Colonna.

Déploiement de mesures
L’organisateur du Savim d’automne 2020 en profite pour rappeler que jamais personne ne touche ni ne manipule les produits et que ça continuera, « ce qui est loin d’être le cas dans les grandes surfaces », glisse-t-il avec malice. Le public ne pourra plus manger de sandwich au foie gras ou au jambon dans les allées : obligation sera faite de s’asseoir pour manger. « On peut compter sur un service de sécurité très étoffé pour faire respecter les mesures », souffle Colonna. Bien sûr, les masques obligatoires, les bornes de gel hydroalcoolique et quantité d’autres mesures compléteront les mesures prises pour la bonne tenue du salon : « Personnellement, je pense que le climat va s’améliorer, il suffit d’appliquer des mesures de protection draconiennes. De toute façon, tant qu’il n’y aura pas de vaccin ni de médicament, le virus va perdurer ; la vie économique et sociale doit perdurer » assure Philippe Colonna. Qui n’est pas le seul à avancer cet argument…

Photos Thibault Daguzan

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

L’Isle-sur-la-Sorgue

Œuf mayonnaise. Le concours du meilleur œuf mayo  du monde s’est tenu à Paris le 14 novembre dernier. Le vauclusien Jérémi Fontin est monté sur la deuxième marche du podium, porté par un œuf fermier bio de gros calibre, cuisson en 8 minutes, « dans de l’eau très salée pour garder un jaune orangé et onctueux » révèle le chef de l’Atelier du Jardin dans le quotidien La Provence. Le grand gagnant 2023 du concours créé par l’Association de sauvegarde de l’œuf mayonnaise (Asom) est la Grande Brasserie de Bastille, à Paris. Pour ceux qui le souhaitent, la recette œuf-mayo de Jérémi Fontin est proposée au restaurant à 8 € les quatre demi-œufs. L’Asom a été créée par feu le chroniqueur gastronomique et fondateur des Guides Lebey, Claude Lebey. Elle a été relancée en 2018 par quatre gastronomes avertis, soucieux de préserver et promouvoir ce monument de la cuisine bistrotière française.
• L’Atelier du Jardin, 34, avenue de l’Égalité,  84800, l’Isle-sur-la-Sorgue.

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter