Magazine

Chez Scoby, Félicie Billet prône la green attitude et ses bienfaits

Félicie Billet

Matthew KenneyMatthew Kenney est né aux USA, dans le Connecticut. Cuisinier et auteur à succès de douze ouvrages de cuisine, il est spécialisé dans la cuisine des plantes et graines. Il a fondeux sociétés, Matthew Kenney Cuisine et Matthew Kenney Culinary, spécialisées dans les régimes alimentaires à base de plantes et le business du bien-être. Il donne des cours en ligne dans de multiples pays. Ancien élève de l’Institut Paul Bocuse, il a appris les techniques culinaires françaises et vénère la cuisine gastronomique française.
Un regard bleu azur, un enthousiasme débordant et une échoppe qui devrait accueillir ses premiers clients au début du mois de juin sur la place du général de Gaulle. Félicie Billet a baptisé son snack Scoby, un sympathique acronyme qui signifie Symbiotic culture of bactery and yeast. « J’ai longtemps exercé dans un cabinet, confie la naturopathe de 35 ans, et je me suis longtemps interrogée pour savoir comment conserver et diffuser les valeurs naturopathes sans s’enfermer dans un dogme ; et la solution, c’est ce petit commerce ». Confessant une passion pour la cuisine, Félicie Billet a découvert, sur les conseils d’une amie, l’univers de l’américain Matthew Kenney (ci-contre). « C’est un cuisinier qui prône le plaisir et la beauté à table ; il cuisine vegan sans jamais le dire car il ne souhaite pas s’enfermer dans une chapelle » raconte la jeune femme. Chez Scoby, Félicie Billet proposera l’élixir de vie chinois, le fameux kombucha, « une boisson chinoise millénaire à base de sucre, d’eau et de thé. C’est un miracle pour la flore intestinale, un mélange qui fermente à la façon d’un vinaigre et c’est souverain pour la santé ». Autres boissons santé, le kéfir, les laits végétaux, des jus de fruits et de légumes sous forme de smoothies, « riches en fibres ». Pour faire le plein de chlorophylle, Félicie Billet mettra à la carte un jus d’herbe de blé, garanti extrait à la main à la commande afin d’en conserver au maximum les vitamines.

Le refus des dogmes
Ouverte sur le monde, l’entrepreneuse marseillaise a parcouru la planète durant 5 ans, une fois son Deug de médiatrice culturelle en poche : « J’ai travaillé au Pakistan pour l’Unesco, vécu un an au Niger, puis en Inde. J’ai tourné un film à la recherche des minorités chamaniques entre Afghanistan et Pakistan : les Kalashs qui vivent dans l’Hindi Kouch. Au Niger, j’ai eu un flash, c’est là qu’est née mon envie de devenir naturopathe ». Félicie Billet apprend donc le corps humain, les plantes, les huiles essentielles, un univers qui la passionne mais elle l’a quitté non sans avoir dirigé un cabinet durant 6 ans : « Je souhaitais transmettre ces valeurs au grand public sans être dogmatique. je ne suis pas opposée au gluten s’il est issu de variétés de blés anciennes, je souhaite expliquer pourquoi le lait de vache ne se digère pas sans pour autant stigmatiser ceux qui en boivent ».

ScobyChaque jour, sur l’ardoise, Félicie proposera un plat du jour, des lasagnes de courgette-ricotta de cajou sauce tomate, un tartare courgettes-avocat, un taboulé brocoli-fenouil, des salades de graines germées… « Je travaille sur le cru afin de montrer combien le cru conserve les vitamines, minéraux et enzymes » précise-t-elle. Assurant qu’aujourd’hui, le grand public recherche la qualité basée sur des produits locaux, de saison et variés, la fondatrice de Scoby n’exclut pas non plus les protéines d’origine animale. Dans son mini local de 22 m2, Félicie Billet achève les préparatifs qui précèdent l’inauguration de son micro snack : « Je me fournis en fruits et légumes auprès de la Bonne Saison, l’épicerie bio la moins chère de Marseille. Avec eux, c’est du local et de la saison… Il faudra que les clients admettent qu’on ne peut pas tout trouver tout au long de l’année ». De fait, s’il n’y a pas de contraintes, ce n’est pas drôle…

Scoby, 1, rue Pythéas, Marseille 1er arr. Ouverture juin 2018. Plats/salades 9€ ; jus de 2,50 à 5,50 € ; café bio 1€.

1 Comment

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Je suis allée déjeuner mercredi 2 petites salades délicieuses avec des courgettes râpées et des graines germées délicieuses .Un jus vert excellent .J’y retournerai des que possible .La patronne à une pêche et un sourire qui vous fait un bien fou ..

Aix-en-Provence

Jean-Luc Le Formal n’est plus. 2002-2022, le  plus breton des chefs provençaux a mis 20 ans dans la cité du Roy René pour gravir tous les échelons de la notoriété. Las, ce samedi 3 décembre, le cœur de Jean-Luc Le Formal a décidé de siffler la fin de la partie. Au Grand Pastis qui lui avait demandé s’il avait des regrets, Le Formal avait répondu : – Je n’en ai pas. Il faut assumer ce qui a été fait car on ne peut plus revenir dessus ». Fort de sa devise, « Profiter du moment présent à 100%, vivre et partager sa passion », Jean-Luc Le Formal a vecu pleinement pour la cuisine avec une douleur et une incompréhension : le mutisme du guide rouge à son encontre. Généreux dans le verbe et en actes, solidaire et confraternel, Le Formal tire définitivment le rideau sur son restaurant de la rue Espariat. En ces journées pénibles, chacun pensera à Yvonne sa compagne ; une cérémonie sera célébrée à Aix, jeudi 8 décembre.
Son interview au Grand Pastis.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

L’Isle-sur-la-Sorgue

Œuf mayonnaise. Le concours du meilleur œuf mayo  du monde s’est tenu à Paris le 14 novembre dernier. Le vauclusien Jérémi Fontin est monté sur la deuxième marche du podium, porté par un œuf fermier bio de gros calibre, cuisson en 8 minutes, « dans de l’eau très salée pour garder un jaune orangé et onctueux » révèle le chef de l’Atelier du Jardin dans le quotidien La Provence. Le grand gagnant 2023 du concours créé par l’Association de sauvegarde de l’œuf mayonnaise (Asom) est la Grande Brasserie de Bastille, à Paris. Pour ceux qui le souhaitent, la recette œuf-mayo de Jérémi Fontin est proposée au restaurant à 8 € les quatre demi-œufs. L’Asom a été créée par feu le chroniqueur gastronomique et fondateur des Guides Lebey, Claude Lebey. Elle a été relancée en 2018 par quatre gastronomes avertis, soucieux de préserver et promouvoir ce monument de la cuisine bistrotière française.
• L’Atelier du Jardin, 34, avenue de l’Égalité,  84800, l’Isle-sur-la-Sorgue.

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter