Restaurants en Provence

Shaboo, une marmite, des vapeurs et le bonheur

Rare en France et unique à Marseille, le Shaboo, restaurant de marmites et vapeurs, accueille ses premiers clients depuis quelques jours. Dans le périmètre Thiars-Vieux-Port, le concept, ludique et coloré, propose une cuisine saine, sans friture, à base de produits frais et des formules déclinables à l’infini.
L’idée ? Des coupelles défilent devant les clients accoudés à des comptoirs blancs. Dans une marmite, un bouillon : on choisit le boeuf façon phô (Vietnam), la volaille tom yam (Thaïlande), le poisson façon miso (Japon), le végétarien ou l’authentique bouillon shaboo dont l’ami Ippei Uemura, du restaurant Tabi sur la corniche, a soufflé la recette.
Ensuite ? Il suffit de plonger dans la marmite qui bouillonne devant soi des crevettes crues, des feuilles de chou chinois, des champignons shiitake, des algues wakame, du saumon, du poulet mariné et quantité d’autres ingrédients qui se combinent élégamment entre eux. Le fondateur du Shaboo, Jean-François Sengkouvanh, a mesuré tout l’intérêt que cette forme de restauration revêt. Ancien manager pour une entreprise dans le secteur du design, l’homme a découvert Marseille en 2003, il y a rencontré celle qui est devenue sa femme et tous deux ont décidé de construire ici leur avenir… Le Shaboo raconte un peu tout ça, de la reconversion passée par l’école de cuisine Alain Ducasse à Argenteuil, à la rencontre d’artisans et producteurs au solide curriculum vitae.
Les glaces et sorbets sont signés d’un meilleur ouvrier de France glacier 2004, David Wesmael, lequel propose également une épatante gamme de mochis framboise-eau de rose-litchi, thé matcha  et mangue, d’une grande suavité et souplesse. La carte des vins nature se double de superbes sakés titrant à 15° dont un Ninki Ichi aux notes finales de fleurs de pêche et à l’ampleur propre aux sakés de type junmai.
Alors faut-il y aller ? Oui car la carte, non content de proposer des bouillons, aligne de sévères propositions de bouchées vapeur à l’instar des très raffinés dim-sum au homard de Bretagne-crevettes sauvages, et des crêpes vietnamiennes à la crevette. Superbe illustration de la cuisine fusion, les dim-sun à la truffe noire-mozzarella-scarmoza et volaille sont uniques dans la région. Oui, pour le service détendu qui accompagne le client dans sa découverte suscitant le sentiment d’avoir vécu une expérience sympa. Oui, enfin, car les formules en mode bouillon illimité ont la cote en ce moment.

Shaboo, 19, rue de la paix-Marcel-Paul, Marseille 1er arr. Fermé le dimanche. Tarif déjeuner : 19 € ; soir : 25 et 29 € – boissons et desserts en sus.

1 commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Une belle surprise et surtout un moment de plaisir exceptionnel !
    Le concept, entre tradition et modernité, le raffinement du cadre design mais surtout de la cuisine notamment dû à la grande qualité des produits proposés, l’accueil, le professionnalisme, la convivialité enrobée de vraie gentillesse de tout le personnel ont eu raison de nous. Ma femme et moi, alors que nous ne faisions que passer, sommes tombés en amour de ce restaurant un peu hors norme et tellement authentique à la fois. Un grand bravo au chef et à son épouse. Nous reviendrons dès que possible.
    Lieu à connaître , à faire connaître et à reconnaître ! Merci pour ce super moment.
    Bruno et Nathalie of Marseille AF

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

En bref

Le grand marché de la friche sera poulpesque A chaque nouvelle saison, les grands marchés mettent en vedette un produit et le lundi 7 octobre, pour la session d’automne, le poulpe fera l’objet de toutes les attentions. Ce soir-là, 40 producteurs de la région seront présents (fruits et légumes d’automne, des fromagers, viande de volaille et de bœuf, du vin et du pain, des épices et des infusions, des herbes aromatiques ainsi que du poulpe frais, séché, fumé, en conserve…)
En cuisine, Philippe Ivanez (Les Jnoun Factory / Gargantuart) cuisinier, artiste, plasticien et photographe fera chanter les supions, encornets, seiches sur sa plancha accompagnés de panisses frites nappées de black (encre de seiche, wasabi) ou orange mayo (paprika basque fumé). La brigade des grandes Tables préparera une marmite de daube de poulpe, pour rassasier les plus affamés. Au four à bois, une pizza de la mer. Au micro de Pierre Psaltis (Le Grand Pastis) et Jonah Senouillet (Radio Grenouille), on examinera le poulpe avec passion aux côtés d’invités et experts qui se succéderont à table de 18h à 20h. De 20h15 à 21h30, place au solo poulpesque et psychédélique de LpLpo, créature énigmatique qui se nourrit de courant électrique et de sons cabalistiques. Sans oublier la plongée sous-marine et lunaire avec les photos de Denis Cartet. Toutes les infos ici.

Abonnez-vous à notre newsletter