En direct du marché

Pâtisserie Sisilia, un an déjà et encore plein d’ambitions

Christopher Sisilia et Céline Brest soufflent la première bougie de leur pâtisserie inaugurée à la fin septembre 2020. Comme la suite logique d’une jeune carrière pour ce pâtissier de 34 ans, au parcours exclusivement marseillais. “Pendant 5 ans, je n’ai travaillé qu’en laboratoire pour des restaurants et de l’événementiel, raconte Christopher. Et les années passant, la demande pour un point de vente grand public s’est accrue”. “Quand j’ai vu et goûté ses créations, j’ai proposé à Christopher de sauter le pas et d’ouvrir un magasin en m’associant à lui” complète Céline, sa compagne.
Le choix de quelque huit gâteaux de table en semaine s’étoffe à 12-15 propositions le week-end. Un assortiment auquel s’ajoutent des gâteaux de voyage (cakes), des biscuits (navettes, cookies) et des entremets à partager en fin de repas. “Je travaille en circuits courts, donc je fonctionne à la saison, les fruits sont meilleurs quand ils viennent d’ici”, argumente le pâtissier. Une proximité à savourer toute l’année sous forme de confitures maison aux fraises, abricots et figues.

Sisilia se fait le chantre d’une “pâtisserie fine”, c’est-à-dire “allégée en sucre, sans crème au beurre avec une attention toute particulière portée au visuel et aux textures. Aujourd’hui, tout a été créé, chacun adapte les recettes mais plus rien n’est inventé” estime-t-il. Et un bon gâteau, qu’est-ce que c’est ? “Il doit avoir du goût et un bel équilibre de saveurs. Les clients sont de plus en plus sensibles à la légèreté et au visuel, reconnaissons qu’offrir une belle boîte de gâteaux, ça impressionne”.

Revendiquant une production intégralement artisanale et maison, Christopher Sisilia accepte la critique constructive et balaie d’un revers de main les commentaires aigris : – La critique est saine et fait avancer mais si on vous dit ‘c’est dégueulasse’ c’est contre-productif et ça ne veut rien dire. En revanche, parler d’un dosage ou d’une présentation, ça me plaît”

“Le visuel, c’est devenu primordial”

Christopher Sisilia

Avec des tarifs “supportables” pour rester au plus proche de leurs clients, les gâteaux de la pâtisserie Sisilia sont affichés à 4 € pièce, une façon pour le couple Christopher-Céline de régaler le plus grand nombre mais “l’augmentation permanente des matières premières et des charges au quotidien nous oblige à de difficiles équilibres” disent-ils. Pour l’heure, le soleil brille sur l’enseigne et Christopher rêve d’une deuxième boutique “avec pignon sur rue, un magasin bien exposé et pourquoi pas dans une autre ville du département ?”. Mais impossible de savoir où.

Pâtisserie Sisilia, 46, avenue de Saint-Barnabé, Marseille 12e arr. ; infos au 04 91 30 67 80.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Mas de Cadenet ouvre ses portes Pour célébrer la fin des vendanges, la famille Négrel vous ouvre les portes du Mas de Cadenet pour un repas champêtre et des ateliers autour du vin le 16 octobre prochain. Accueil à partir de 11h avec des ateliers des cépages (dégustation des mono-cépages tout juste sortis de fermentation) et des ateliers assemblage (jeux d'assemblages à la découverte des équilibres et personnalités des vins). Apéritif et repas champêtre à 12h30 : Cédric Aubert, du restaurant La Place à Puyloubier sera à la manoeuvre avec sa cuisine éco-responsable. Au menu du jour, un spectaculaire agneau rôti sur place, à la broche et au feu de bois et bien entendu du Mas de Cadenet pour l'accord parfait ! Le vignoble est ouvert à ceux qui le souhaitent pour une balade digestive. Mas de Cadenet, D57, 13530 Trets ; infos et inscriptions au 04 42 29 21 59.

Giuseppe Ammendola invité du Môle Passédat Le chef espagnol du restaurant Índigo cocina vegetal à Bilbao répond à l'invitation de Gérald Passédat et vient cuisiner toute la semaine du 11 octobre. Il proposera un menu végétal au tarif de 55 € par personne. Menu composé d'une mise en bouche (Truffe pas truffe, croquette de shiitake, caroube, émulsion à la truffe, salicorne), d'une entrée (betterave et célerie rave au vin rouge et jus d'orange, guacamole et pain grillé au sarrasin), d'un plat (risotto aux légumes du marché et aux algues, crème au beurre d’amande et fenouil, herbes aromatiques) et d'un dessert (caprese cacao et et aux amandes, ganache chocolat, framboise). Photo Richard Haughton. Infos et réservations ici.

A Aix-en-Provence, Jacquèmes tire le rideau. L'enseigne aura tenu 108 ans. Jacquèmes était la plus ancienne épicerie fine-caviste de la cité, implantée en centre-ville. Une boutique plongée dans le formol, un accueil épouvantable et une sélection qui ne répondait plus aux nouvelles tendances de la gastronomie expliquent le déclin de cette maison qui s'apprête à brader ses stocks dans les prochains jours. Si le coeur vous en dit... 9, rue Méjanes à Aix ; infos au 04 42 23 48 64.

Abonnez-vous à notre newsletter