Bouches-du-Rhône

Prix Agricole des Produits de Provence.- La Métropole AMP vient d’organiser la première édition du prix agricole des produits de Provence afin de valoriser l’excellence et la diversité de son agriculture et de ses productions. Vins, huiles d’olive, miels, bières et calissons : au total, onze catégories de produits ont été soumises à l’appréciation du jury composé de chefs, d’élus du Projet alimentaire territorial, de référents du réseau « Nos cantines durables », d’agents métropolitains (y compris de son directeur général des services), du président de la chambre d’agriculture Monsieur Levêque et du Grand Pastis. Etait aussi présent Christian Burle, 15e vice-président de la Métropole délégué à l’Agriculture, la Viticulture et ruralité, à l’Alimentation et Circuits courts et maire de Peynier. Chaque table a dégusté 3 produits différents, soit entre 15 et 20 échantillons au total. Un expert produit a accompagné la dégustation de chaque table sans jamais intervenir dans les notations et commentaires du jury. Les lauréats ont reçu leur prix mardi 28 mai.
Vin rouge AOP :  cuvée MIP collection AOP Côtes de Provence, Made in Provence, Puyloubier
Vin rosé AOP : Rose Bon Bon AOP Côtes de Provence, domaine des Diables, Puyloubier
Vin rosé IGP : Terre de passion IGP Méditerranée, vignobles du Roy René, Lambesc
Vin blanc IGP : cuvée tradition IGP Méditerranée, domaine Richeaume, Puyloubier
Huile d’olive AOP fruité vert vierge extra : AOP Provence château Montaurone, Saint-Cannat
Huile AOP d’olive maturée fruité noir : AOP Provence château Calissanne, Lançon-Provence
Miel de Garrigue IGP Provence :  les Ruches du Roy à Simiane-Collongue
Bière blonde :  Pacific Ale, brasserie artisanale de Provence à Rousset
Bière ambrée :  Thymbrée, brasserie Epicentre à Pertuis
Bière blanche : Gaby brasserie Zoumaï, Marseille
Calissons d’Aix :  calissons aux amandes de Provence, confiserie du Roy René, Aix-en-Pce.

Bollène

Le bronze pour Révélations. Installée dans le petit village de Bollène, l’épicerie Révélations gérée par le torréfacteur Nicolas Avon, a remporté la médaille de bronze au concours des Quintessences 2024 ! Cette distinction sera officialisée lors du salon Gourmet international qui se tiendra en septembre à Paris. « Chez Révélations, nous avons créé un lieu unique mêlant épicerie fine, bar à vin et salon de thé avec une offre de petite restauration atypique, où nos produits locaux et régionaux sont à l’honneur. Nous avons à cœur de cultiver une atmosphère chaleureuse et accueillante, propice aux échanges et aux liens sociaux », se réjouit Nicolas.
6, place Henri-Reynaud de la Gardette, 84500 Bollène ; infos au 04 90 61 86 53.

Suis-nous sur les réseaux

La Barasse

Les halles de producteurs de la Barasse fêtent leurs 5 ans. Rendez-vous jeudi 13 juin pour retrouver une trentaine de paysans-producteurs. De 17h à 19 heures, goûter offert : jus de fruit frais ou sirop, biscuits colorés d’Emacréa, et des fruits. Grande tombola gratuite, avec des produits du marché à gagner et ambiance musicale. Les halles de la Barasse, ont accueilli près de 40  000 visiteurs en 5 ans (en intégrant la fréquentation du début de saison 2024 de mars à juin). + 20% de fréquentation en 2023 par rapport à 2022. Et un très bon début de saison 2024. Le marché des 5 ans sera le 165e marché organisé depuis l’ouverture en 2020 avec près de 200 tonnes de produits vendus depuis 2020 (dont 70 tonnes en 2023). Plus de 750 000 € de chiffre d’affaire ont été générés depuis 2020 (270 000 € pour 2023). 58 paysans ou artisans ont participé à au moins 1 marché depuis 2020. En 2024 : 27 producteurs ou artisans se relaieront sur la saison. Les producteurs exercent dans un rayon de 45 km autour de Marseille depuis 2020.

Magazine

Le sobrelier Benoît d’Onofrio et le chef Johann Barichasse pour dîner en toute sobriété

Sobrelier de métier, Benoît d'Onofrio (à g.) travaillera avec Johann Barichasse (à d.)
Sobrelier de métier, Benoît d’Onofrio (à g.) travaillera avec Johann Barichasse (à d.)

Les 13 et 14 janvier prochain, deux dîners seront servis chez Eugénie Flippo à la cave du 197 boulevard de la Libération. Deux repas en mode confidentiel, de 14 convives à chaque fois, et « tout en sobriété »  annonce la maîtresse des lieux. D’un côté, le chef Johann Barichasse, pépite importée à Marseille, l’été dernier, aux Grandes Tables de la Criée, et, de l’autre, Benoît d’Onofrio, sobrelier invité pour l’occasion, à imaginer les accords boissons-mets. Un sobrelier ? « C’est comme un sommelier mais Benoît travaille les boissons non alcoolisées, précise Eugénie Flippo. Ce repas tout en sobriété a pour vocation de prouver qu’un repas sans alcool ça ne veut pas dire chiant ».
Et la sommelière de métier de s’agacer : – Beaucoup de gens pensent qu’une soirée c’est du vin, donc de l’alcool. Et s’il n’y a pas d’alcool, tout de suite on vous imagine malade. Notre société a du mal à concevoir une soirée sympa, créative et innovante sans alcool ». Pour le menu concocté par Johann Barichasse, d’Onofrio proposera des créations uniques et exclusives, en accord avec le menu imaginé par le chef. Le paradoxe d’un sommelier qui propose des repas sans alcool« C’est pour ça que ce nouveau mot de sobrelier est né ».

« On a le droit de ne pas picoler et lâchez-nous la grappe ! On peut boire du vin aujourd’hui et pas demain »

Eugénie Flippo

« La première fois que j’ai rencontré Benoît, il a proposé des boissons en accord avec les plats de notre repas et on était tous sous le charme. C’est intéressant de proposer des vins, des alcools et des sans-alcool au cours d’un même repas, argumente Eugénie Flippo. C’est une manière de faire qui ouvre l’esprit car jusqu’ici, dans mon parcours de restauratrice, je n’avais jamais vraiment réfléchi au sans alcool ».

Sobrelier, un métier d’avenir ?

La tendance sobrelière fait également le distingo entre les boissons industrielles désalcoolisées, les faux-gins ou les faux mojito et les vraies créations artisanales : – Boire un verre de rosé désalcoolisé, ça ne rime à rien et je préfère boire du vrai rosé. Idem des sans-alcools industriels ». Un concept qui vire à la tendance avec son cortège de snobismes et de tarifs dingues : – Je suis bien consciente de cette nouvelle mode, c’est déjà cher et c’est ça qui m’inquiète, dit Eugénie Flippo. Un produit, bien fait, artisanal, sans trop de sucre, bon, sain et pas cher, ça va être compliqué si on veut contenir les prix pour démocratiser la démarche », reconnaît Eugénie Flippo.
Si beaucoup de restaurants proposaient, ici et là, des boissons sans alcools, des infusions, décoctions et autres mélanges, cela se faisait sans grand bruit et semblait accepté par le microcosme. Preuve que le sans alcool est possible sans être montré du doigt ni caricaturé. « On assiste peut-être à la naissance d’un nouveau métier car on peut imaginer à l’avenir, des cartes de boissons sans alcool qui changeraient au même rythme que la carte ». L’avenir nous le dira.

Les 13 et 14 janvier 2024, les Trois Coups, 197, bd de la Libération, Marseille 4e arr. ; infos au 09 88 40 34 18. Tarif 70 € par personne.

Photos M6 et le G.P.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.