Magazine

Le souk de Nour d’Egypte, la lumière du Levant se lève fin août rue de Rome

souk de Nour d'EgypteLes travaux de l’immeuble Tati angle rue de Rome-cours Saint-Louis, touchent à leur fin. A la fin du mois d’août, le restaurant et souk de Nour d’Egypte se déploiera sur quelque 1 000 mètres carrés, un monument dédié à l’art de vivre dans les pays du Levant, un souk, un grand marché, un concept-store… Les qualificatifs ne manquent pas pour qualifier le projet que portent, depuis un an et demi, Agnès et Tamer Shabana. Le rez-de-chaussée de 380 m2 plongera les visiteurs dans un souk renouant avec l’ambiance des rues du Caire. Des charrettes multicolores proposeront de la street food à emporter. Un bar-salon de thé-pâtisserie sera décoré dans la tradition égyptienne avec des chaises en bois de camphrier et des tables tripode, aux plateaux en cuivre martelé, décors de paon, papyrus et pyramides. Des coins librairie, massage et une foultitude de produits orientaux, compléteront l’offre.

Un pôle attractif pour le quartier
« En Orient, les populations raffolent du clinquant et veulent « du neuf », avance Agnès. Nous, nous avons pris le parti d’une décoration plus traditionnelle tout en évitant l’écueil folklorique ». Au premier étage, une vaste salle de restaurant a été aménagée avec des cuisines apparentes et une centaine de places assises. Des concerts, expositions et autres événements s’y dérouleront mais « tout peut bouger, rien ne sera figé et tout pourra se dérouler partout » prévient Tamer Shabana. Une « bonne vingtaine » de personnes feront vivre cette adresse au son des répertoires de Fairouz, Oum Kalthoum et de la jeune scène artistique contemporaine.

souk de Nour d'EgypteRien ne semble arrêter le couple Shabana qui dirige la Cantine Nour d’Egypte et le Balady, deux remarquables tables dans le périmètre du boulevard Longchamp. Sur la Canebière, le duo a installé une enseigne O’P’tit Nour d’Egypte avec toujours une cuisine de tradition, rigoureuse, conforme à ce qu’on pourrait manger à des milliers de kilomètres du Vieux-Port. « Nous pensons que le quartier évolue d’une belle façon, analyse Agnès, et pour le moment, nous échappons à la gentrification. Nous souhaitons conserver l’état d’esprit de nos autres établissements, être accessibles à tout le monde et ouvrir la porte à qui veut nous découvrir ». Tout en entretenant l’espoir d’être un pôle d’attraction supplémentaire pour le quartier, le couple se félicite de l’accueil que leur ont réservé les commerçants de la rue de Rome et des rues adjacentes : – Nous nous sommes tous rencontrés et il règne une belle solidarité, une bonne ambiance d’autant que nous ne concurrençons personne, nous avons tous des activités complémentaires » assure Tamer l’égyptien, natif du petit village de Meet Yazed dans la région de Tanta.

Au premier étage, un piano trône au milieu de la salle. Il a été offert aux Shabana par un couple d’amis qui sont repartis vivre sur la côte Atlantique : – Ils nous l’ont laissé en pensant qu’il continuerait à vivre ici, sourit Agnès. Il symbolise bien cet endroit, une bulle dans cette ville qui va de plus en plus vite, un lieu pour se poser et souffler, pour être ici et ailleurs à la fois ». Ouverture prévue à la fin du mois d’août.

Le souk de Nour d’Egypte, 2, rue de Rome, Marseille 1er. Ouverture fin août 2020.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.