Magazine

Le souk de Nour d’Egypte, la lumière du Levant se lève fin août rue de Rome

souk de Nour d'EgypteLes travaux de l’immeuble Tati angle rue de Rome-cours Saint-Louis, touchent à leur fin. A la fin du mois d’août, le restaurant et souk de Nour d’Egypte se déploiera sur quelque 1 000 mètres carrés, un monument dédié à l’art de vivre dans les pays du Levant, un souk, un grand marché, un concept-store… Les qualificatifs ne manquent pas pour qualifier le projet que portent, depuis un an et demi, Agnès et Tamer Shabana. Le rez-de-chaussée de 380 m2 plongera les visiteurs dans un souk renouant avec l’ambiance des rues du Caire. Des charrettes multicolores proposeront de la street food à emporter. Un bar-salon de thé-pâtisserie sera décoré dans la tradition égyptienne avec des chaises en bois de camphrier et des tables tripode, aux plateaux en cuivre martelé, décors de paon, papyrus et pyramides. Des coins librairie, massage et une foultitude de produits orientaux, compléteront l’offre.

Un pôle attractif pour le quartier
“En Orient, les populations raffolent du clinquant et veulent “du neuf”, avance Agnès. Nous, nous avons pris le parti d’une décoration plus traditionnelle tout en évitant l’écueil folklorique”. Au premier étage, une vaste salle de restaurant a été aménagée avec des cuisines apparentes et une centaine de places assises. Des concerts, expositions et autres événements s’y dérouleront mais “tout peut bouger, rien ne sera figé et tout pourra se dérouler partout” prévient Tamer Shabana. Une “bonne vingtaine” de personnes feront vivre cette adresse au son des répertoires de Fairouz, Oum Kalthoum et de la jeune scène artistique contemporaine.

souk de Nour d'EgypteRien ne semble arrêter le couple Shabana qui dirige la Cantine Nour d’Egypte et le Balady, deux remarquables tables dans le périmètre du boulevard Longchamp. Sur la Canebière, le duo a installé une enseigne O’P’tit Nour d’Egypte avec toujours une cuisine de tradition, rigoureuse, conforme à ce qu’on pourrait manger à des milliers de kilomètres du Vieux-Port. “Nous pensons que le quartier évolue d’une belle façon, analyse Agnès, et pour le moment, nous échappons à la gentrification. Nous souhaitons conserver l’état d’esprit de nos autres établissements, être accessibles à tout le monde et ouvrir la porte à qui veut nous découvrir”. Tout en entretenant l’espoir d’être un pôle d’attraction supplémentaire pour le quartier, le couple se félicite de l’accueil que leur ont réservé les commerçants de la rue de Rome et des rues adjacentes : – Nous nous sommes tous rencontrés et il règne une belle solidarité, une bonne ambiance d’autant que nous ne concurrençons personne, nous avons tous des activités complémentaires” assure Tamer l’égyptien, natif du petit village de Meet Yazed dans la région de Tanta.

Au premier étage, un piano trône au milieu de la salle. Il a été offert aux Shabana par un couple d’amis qui sont repartis vivre sur la côte Atlantique : – Ils nous l’ont laissé en pensant qu’il continuerait à vivre ici, sourit Agnès. Il symbolise bien cet endroit, une bulle dans cette ville qui va de plus en plus vite, un lieu pour se poser et souffler, pour être ici et ailleurs à la fois”. Ouverture prévue à la fin du mois d’août.

Le souk de Nour d’Egypte, 2, rue de Rome, Marseille 1er. Ouverture fin août 2020.

A Aix-en-Provence, Jacquèmes tire le rideau. L'enseigne aura tenu 108 ans. Jacquèmes était la plus ancienne épicerie fine-caviste de la ville implantée en centre-ville. Une boutique plongée dans le formol, un accueil épouvantable et une sélection qui ne répondait plus aux nouvelles tendances de la gastronomie expliquent le déclin de cette maison qui s'apprête à brader ses stocks dans les prochains jours. Si le coeur vous en dit...
9, rue Méjanes à Aix ; infos au 04 42 23 48 64.

Juris food Le prochain déjeuner Juris food aura lieu le lundi 4 octobre et accueillera Aïcha Sif, adjointe au maire de Marseille en charge de lʼalimentation durable, de lʼagriculture urbaine, des terres agricoles, des relais nature et des fermes pédagogiques. Sébastien Barles, adjoint au maire en charge de la transition écologique, de la lutte et de l'adaptation au bouleversement climatique et de l’assemblée citoyenne du futur comptera également parmi les invités. Ils expliqueront les politiques de la ville de Marseille en matière d'alimentation durable et de transition écologique. Inscription obligatoire jusqu'au 29 septembre. Le déjeuner sera servi au New Hôtel of Marseille (bd Charles-Livon, 7e, parking du Pharo).Paf : 29 € par personne, payable sur place par CB ou espèces (passe sanitaire obligatoire). Infos au 06 18 03 60 95.

Abonnez-vous à notre newsletter

Shabbat dinners rend hommage à la pleine diversité de la cuisine juive. Ce livre propose un voyage initiatique, spirituel et gourmand, à vocation universelle : faire revivre aux uns les émotions et saveurs des souvenirs de shabbat de l’enfance, apporter un souffle neuf dans les repas du vendredi soir ; inviter les curieux à découvrir la richesse de ces spécialités et adopter ce rituel synonyme de pause, de temps pour soi et les siens. Vanessa Zibi et Leslie Gogois ont tissé un répertoire culinaire authentique de plus de 90 recettes de famille, d’amis, de chefs. Des recettes iconiques séfarades et ashkénazes, mais aussi des plats plus modernes, inspirés du courant israélien, dont certains ont été pensés pour les enfants. Des recettes de shabbat pour les fêtes du calendrier juif (Pessah, Rosh Hashana, Pourim…), et des pas à pas pour réaliser les indispensables hallots (pains tressés). Shabbat dinners, 324 pages, La Martinière Ed., 39 €