Carnet de cave

Des côtes-du-Rhône aux côtes-de-Provence, le début des vendanges

vendanges

Produits sur 6 départements, les vins de la vallée du Rhône pèsent 388 millions de bouteilles commercialisées en 2015/2016 dans 200 pays. Les vins de la vallée du Rhône représentent 70 000 hectares et 5 300 exploitations viticoles. 3 millions d’hectolitres ont été récoltés en 2016, générant 1,5 milliard d’euros de chiffre d’affaires. 50 000 emplois directs ou induits font de l’activité vitivinicole le 1er employeur de la vallée du Rhône.
Le coup d’envoi des vendanges pour les vins AOP de la vallée du Rhône a été donné hier lundi 21 août. Une décision pragmatique au vu de la maturité des grappes en cette deuxième quinzaine d’août. Précocité record ? “Là n’est pas la question, la qualité des raisins est au rendez-vous pour un vignoble qui a la chance de bénéficier, une fois de plus, d’une très belle matière première” assure-t-on du côté d’Inter Rhône, l’interprofession qui fédère tous les vignerons des côtes du Rhône. Les premiers coups de sécateurs ont été donnés ce lundi 21 août pour les blancs des appellations de la vallée du rhône méridionale. Dans la partie septentrionale, les vendanges devraient débuter le lundi 4 septembre, soit une avance de 15 jours par rapport à 2016. Cette décision a pu être anticipée, la précocité constatée remontant aux conditions climatiques du printemps et amplifiée par la faible charge en raisins.

Après les fortes chaleurs enregistrées au cours des dernières semaines, l’état sanitaire du vignoble est optimal : “Nous espérions que le mois de juillet puisse nous amener un peu de pluie, avoue Françoise Dijon, responsable de l’observatoire de la qualité du Vignoble. Cela n’a pas été le cas, ce qui n’empêche que selon les dernières observations, la qualité de la récolte est prometteuse, l’équilibre sucre/acidité est bon, et la couleur bien présente”. De mémoire, cela fait plusieurs décennies que les vendanges n’ont pas été aussi précoces, la qualité sera au rendez-vous cette année. En dépit des faibles volumes, le vignoble rhodanien tire bien son épingle du jeu par rapport à la majorité des vignobles de l’Hexagone.

Les Côtes de Provence Pierrefeu couvrent 1800 hectares produisant 90% de vins rosés et 10 % de rouges. L’Appellation regroupe 24 vignerons et 4 caves coopératives sur 12 communes. 5000 hectolitres de vin ont été produits en 2016 sur 150 hectares de vignes.
Les vendanges ont également débuté sur le terroir de Pierrefeu dans le Var dans la semaine du 18 août. “Cette année, nous espérons de belles vendanges, malgré une saison marquée par le manque d’eau, explique Robert Ghigo, le nouveau président de l’appellation Côtes de Provence Pierrefeu depuis juin 2017. Le terroir de Pierrefeu, situé sur 12 communes, bénéficie d’un climat chaud et de sols pauvres et caillouteux propices à l’élaboration de rosés et de rouges à l’intensité aromatique caractéristique. Nos vins, classés en AOP Côtes de Provence, répondent aux critères de la nouvelle dénomination de terroir Pierrefeu, qui est un gage d’excellence. La production de Côtes de Provence Pierrefeu représente 8 à 10% de nos meilleures parcelles. Concernant les vins de Côtes de Provence Pierrefeu, après les rosés et les rouges, nous travaillons en lien avec l’Inao à l’obtention de l’Appellation Côtes de Provence Pierrefeu pour les vins blancs, d’ici le début de l’année 2018″. Le millésime 2017 donnera-t-il les mêmes satisfactions que le 2016 ? Ce dernier s’est distingué au concours général agricole de Paris en affichant 5 médailles à son palmarès (2 médailles d’or en rosé, 2 médailles d’argent dont une en rouge et une en rosé ainsi qu’une médaille de bronze en rosé). Les vignerons nourrissent de grands espoirs…

Vite lu

Les Grandes Tables à lire ! Les grandes Tables (réseau de restaurants à Marseille, Calais, Clermont-Ferrand) viennent d’éditer un livret titré 10+4. Ce 10+4 relate les trois dernières années  marseillaises d’aventures culinaires et artistiques qui s‘inscrivent dans la continuité de cette entreprise initiée en 2006 : raconter les cuisines dans leurs diversités et leurs actualités.
À Marseille à la Friche Belle-de-Mai, à La Criée Théâtre national et au Zef-scène nationale, à Calais au Channel-scène nationale et enfin à Clermont-Ferrand à La Comédie-scène nationale, les grandes Tables dialoguent avec les lieux culturels où elles sont installées et avec leurs territoires. Elles y conduisent des projets culinaires et y inscrivent la cuisine comme une discipline artistique à part entière, qui s’épanouit dans les conversations avec les autres arts. Ce 10+4 vous permettra tout à la fois de découvrir cette belle enseigne et tout ce que ses équipes ont fait toutes ces années avec la très modeste participation du Grand Pastis. A télécharger ici.

jeremy julien au Culti

Le Matière Brut investit le Culti C’est l’un des événements annoncés de l’été prochain : l’équipe du Matière Brut, conduite par Jérémy Julien, annonce son arrivée au sein même du bar-tabac du Roucas-Blanc (Marseille, 7e arr). Avec un vaste jardin, le Culti jouit d’un magnifique espace pour servir déjeuner et dîners dans une ambiance cool comme les aime Jérémy et en totale adéquation avec son répertoire culinaire. On vous en parle dès que la réouverture des restaurants (au moins des terrasses) sera effective.

Cassis, les volets rouges certifiés vert Arnaud et Cédric sont fiers et heureux d’annoncer le changement d’identité de leur maison : l’hôtel du Joli Bois devient l’hôtel les Volets Rouges – Cassis. Le duo a a profité de l’hiver pour se livrer à de nombreuses rénovations “afin de vous apporter toujours plus de confort, de quiétude dans notre bulle de nature au cœur du parc national des calanques, assurent-ils. Et d’ajouter : – Nous venons d’être certifiés par l’écolabel international Clef Verte, ce qui fait de nous le premier hôtel de Cassis à recevoir un écolabel”. Hôtel Les Volets Rouges – Cassis, D559 – route de la Gineste, 13260 Cassis ; infos au 04 42 01 02 68.