En direct du marché

Viande des Bouches-du-Rhône, les éleveurs attendent vos commandes

Faire ses courses alimentaires pourrait bientôt virer au casse-tête. Impossibilité de se déplacer à plus d’un kilomètre de chez soi, limitation des temps de sortie et fermeture des marchés ont transformé ces gestes simples et quotidiens. Dans un contexte difficile, les éleveurs du département se mobilisent pour approvisionner en direct les consommateurs en viande des Bouches-du-Rhône. Pour retrouver le chemin des exploitations, acheter local et permettre aux consommateurs de s’approvisionner directement auprès des producteurs, une page facebook dédiée a été mise en place : @leseleveursdu13

élevage agneau« Les éleveurs présents sur le territoire des Bouches-du-Rhône ont suffisamment de production pour répondre aux demandes, assure le président de la chambre d’Agriculture, Patrick Leveque. Cependant, les consommateurs habitués à se ravitailler dans les grandes surfaces ont perdu la notion d’approvisionnements en direct ». Par la mise en place de cette page, les consommateurs adressent leurs demandes « qui seront groupées afin de réguler le retrait des colis avec des horaires et des lieux précis, la sécurité sanitaire des personnes restant, en temps de crise, la priorité », assure Patrick Leveque. Retrouver le lien avec les producteurs de viande des Bouches-du-Rhône permet en outre d’éviter la promiscuité des foules dans les grandes surfaces et d’accéder à des produits de qualité à des prix très raisonnables.

Ce sont les présidents des filières d’élevage, Juliette Fano pour les élevages bovins, et Luc Bourgeois et Elodie Porracchia, pour les élevages ovins, qui sont à l’origine de cette initiative. Elle est accompagnée par la Chambre départementale d’Agriculture. Cette proposition est basée sur deux fondamentaux : permettre un accès sécurisé à une viande de qualité aux consommateurs, et participer en quelque sorte à l’effort collectif de limitation de mouvements en regroupant les commandes et en régulant le retrait des colis.

Comment ça marche ?
Les consommateurs s’inscrivent sur la page Facebook ou via Messenger ou par téléphone en laissant la quantité souhaitée, le produit souhaité, leur numéro de téléphone et leur lieu de domicile. A réception de leur commande, ils recevront un message récapitulant leurs souhaits et commandes puis ils seront recontactés pour les modalités (lieu de réception des colis, heure de réception et jour de réception). Toutes les précautions seront prises pour ne faire prendre aucun risque aux personnes qui se rendront sur les lieux de retrait. Les retraits seront organisés avec des horaires espacés pour éviter les contacts. Des livraisons pourront être organisées, le coût de livraison devra être rajouté à la commande.

La viande des Bouches-du-Rhône, une filière à soutenir

Viande des Bouches-du-RhôneLe département des Bouches-du-Rhône compte un important cheptel ovin et un cheptel bovin très souvent valorisé en vente directe, et un cheptel caprin destiné essentiellement à la fabrication de fromages. Ces élevages approvisionnent les circuits courts et participent au maintien de la biodiversité et à l’équilibre écologique de surfaces remarquables telles que la Camargue, la Crau ou encore les Alpilles. La superficie occupée par ces éleveurs couvre 85 000 hectares d’espaces naturels. 107 000 brebis mères sont ainsi élevées dans les Bouches-du-Rhône pour la production d’agneaux. On compte également 19 000 bovins majoritairement de race Camargue et environ 4 000 caprins.

Photos Flavio Gasperini et Fran Hogan

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Région

BIO. Afin de mieux connaître la consommation des Français par régions, Kantar Worldpanel a réalisé plusieurs études permettant de mettre en lumière les disparités régionales. Ces études démontrent que le Sud-Est est la région du bio avec une consommation de produits bio 18% supérieure au total France. L’étude assure que les magasins bio et primeurs sont fréquentés 75% de plus que dans les autres régions de France. Les habitudes de courses diffèrent elles aussi car le Sud-Est est une région où le poids des seniors est important (30% de plus que la moyenne nationale) ; cela influe sur la fréquence et les paniers d’achat :  les paniers sont plus petits mais le nombre d’actes d’achats est plus élevé. En d’autres termes, on dépense moins mais plus souvent et davantage dans les commerces de proximité et de bouche. Cela s’explique notamment par l’accès aux produits locaux, à portée de main dans cette région. Les études révèlent aussi la place importante des végétaux de substitution : ils sont 24% plus consommés dans le Sud-Est que dans le reste de l’Hexagone.

Abonne-toi à la newsletter

Suis-nous sur les réseaux