En direct du marché

Viande des Bouches-du-Rhône, les éleveurs attendent vos commandes

Faire ses courses alimentaires pourrait bientôt virer au casse-tête. Impossibilité de se déplacer à plus d’un kilomètre de chez soi, limitation des temps de sortie et fermeture des marchés ont transformé ces gestes simples et quotidiens. Dans un contexte difficile, les éleveurs du département se mobilisent pour approvisionner en direct les consommateurs en viande des Bouches-du-Rhône. Pour retrouver le chemin des exploitations, acheter local et permettre aux consommateurs de s’approvisionner directement auprès des producteurs, une page facebook dédiée a été mise en place : @leseleveursdu13

élevage agneau“Les éleveurs présents sur le territoire des Bouches-du-Rhône ont suffisamment de production pour répondre aux demandes, assure le président de la chambre d’Agriculture, Patrick Leveque. Cependant, les consommateurs habitués à se ravitailler dans les grandes surfaces ont perdu la notion d’approvisionnements en direct”. Par la mise en place de cette page, les consommateurs adressent leurs demandes “qui seront groupées afin de réguler le retrait des colis avec des horaires et des lieux précis, la sécurité sanitaire des personnes restant, en temps de crise, la priorité”, assure Patrick Leveque. Retrouver le lien avec les producteurs de viande des Bouches-du-Rhône permet en outre d’éviter la promiscuité des foules dans les grandes surfaces et d’accéder à des produits de qualité à des prix très raisonnables.

Ce sont les présidents des filières d’élevage, Juliette Fano pour les élevages bovins, et Luc Bourgeois et Elodie Porracchia, pour les élevages ovins, qui sont à l’origine de cette initiative. Elle est accompagnée par la Chambre départementale d’Agriculture. Cette proposition est basée sur deux fondamentaux : permettre un accès sécurisé à une viande de qualité aux consommateurs, et participer en quelque sorte à l’effort collectif de limitation de mouvements en regroupant les commandes et en régulant le retrait des colis.

Comment ça marche ?
Les consommateurs s’inscrivent sur la page Facebook ou via Messenger ou par téléphone en laissant la quantité souhaitée, le produit souhaité, leur numéro de téléphone et leur lieu de domicile. A réception de leur commande, ils recevront un message récapitulant leurs souhaits et commandes puis ils seront recontactés pour les modalités (lieu de réception des colis, heure de réception et jour de réception). Toutes les précautions seront prises pour ne faire prendre aucun risque aux personnes qui se rendront sur les lieux de retrait. Les retraits seront organisés avec des horaires espacés pour éviter les contacts. Des livraisons pourront être organisées, le coût de livraison devra être rajouté à la commande.

La viande des Bouches-du-Rhône, une filière à soutenir

Viande des Bouches-du-RhôneLe département des Bouches-du-Rhône compte un important cheptel ovin et un cheptel bovin très souvent valorisé en vente directe, et un cheptel caprin destiné essentiellement à la fabrication de fromages. Ces élevages approvisionnent les circuits courts et participent au maintien de la biodiversité et à l’équilibre écologique de surfaces remarquables telles que la Camargue, la Crau ou encore les Alpilles. La superficie occupée par ces éleveurs couvre 85 000 hectares d’espaces naturels. 107 000 brebis mères sont ainsi élevées dans les Bouches-du-Rhône pour la production d’agneaux. On compte également 19 000 bovins majoritairement de race Camargue et environ 4 000 caprins.

Photos Flavio Gasperini et Fran Hogan

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Mas de Cadenet ouvre ses portes Pour célébrer la fin des vendanges, la famille Négrel vous ouvre les portes du Mas de Cadenet pour un repas champêtre et des ateliers autour du vin le 16 octobre prochain. Accueil à partir de 11h avec des ateliers des cépages (dégustation des mono-cépages tout juste sortis de fermentation) et des ateliers assemblage (jeux d'assemblages à la découverte des équilibres et personnalités des vins). Apéritif et repas champêtre à 12h30 : Cédric Aubert, du restaurant La Place à Puyloubier sera à la manoeuvre avec sa cuisine éco-responsable. Au menu du jour, un spectaculaire agneau rôti sur place, à la broche et au feu de bois et bien entendu du Mas de Cadenet pour l'accord parfait ! Le vignoble est ouvert à ceux qui le souhaitent pour une balade digestive. Mas de Cadenet, D57, 13530 Trets ; infos et inscriptions au 04 42 29 21 59.

Giuseppe Ammendola invité du Môle Passédat Le chef espagnol du restaurant Índigo cocina vegetal à Bilbao répond à l'invitation de Gérald Passédat et vient cuisiner toute la semaine du 11 octobre. Il proposera un menu végétal au tarif de 55 € par personne. Menu composé d'une mise en bouche (Truffe pas truffe, croquette de shiitake, caroube, émulsion à la truffe, salicorne), d'une entrée (betterave et célerie rave au vin rouge et jus d'orange, guacamole et pain grillé au sarrasin), d'un plat (risotto aux légumes du marché et aux algues, crème au beurre d’amande et fenouil, herbes aromatiques) et d'un dessert (caprese cacao et et aux amandes, ganache chocolat, framboise). Photo Richard Haughton. Infos et réservations ici.

A Aix-en-Provence, Jacquèmes tire le rideau. L'enseigne aura tenu 108 ans. Jacquèmes était la plus ancienne épicerie fine-caviste de la cité, implantée en centre-ville. Une boutique plongée dans le formol, un accueil épouvantable et une sélection qui ne répondait plus aux nouvelles tendances de la gastronomie expliquent le déclin de cette maison qui s'apprête à brader ses stocks dans les prochains jours. Si le coeur vous en dit... 9, rue Méjanes à Aix ; infos au 04 42 23 48 64.

Abonnez-vous à notre newsletter