Marseille

► Soirée raclette à Notre-Dame-de-la-Garde Pour contribuer au financement des gros travaux d’entretien de la basilique, le père Espinosa, recteur du sanctuaire, et l’équipe qui gère le Restaurant, ont eu l’idée d’organiser des dîners dont l’intégralité des bénéfices est reversée à l’entretien du site. Chaque soirée débute à 19h par une visite privée de la crypte et de la basilique suivie, à 20 heures, d’un apéritif, puis du dîner (50 € par personne). Pour répondre aux morsures du froid hivernal, une soirée raclette est organisée le jeudi 7 mars en partenariat avec la fromagerie La Meulerie. Le dîner fondant et délicieusement parfumé sera servi sur une seule et longue table unique. Bonne humeur garantie.
• Pour la soirée raclette du 7 mars, s’inscrire ici.

Suis-nous sur les réseaux

Solidarité

► Dîners Sans Fourchette Le concept des dîners Sans Fourchette a été développé au profit des personnes victimes de troubles de la mémoire, des victimes d’Alzheimer, de sclérose en plaques ou de Parkinson. Dans l’évolution de leur pathologie, beaucoup de malades ne parviennent plus à se servir de leurs couverts et en viennent au geste premier, celui qui consiste à pincer l’aliment entre le pouce et l’index pour le porter à la bouche. Les malades ont aussi le droit de se régaler, d’aller au restaurant, de sortir, de rencontrer l’autre et de partager leur joie ; avec ces dîners, c’est le restaurant qui doit s’adapter à eux. Participer aux Dîners Sans Fourchette c’est contribuer à faire vivre l’association Mémoire et Santé qui les organise… pour sortir de l’isolement.
• À Paris le mercredi 28 février école de Paris des métiers de la table et le 6 mars ; à Toulon au lycée Anne-Sophie Pic le mercredi 13 mars : à Marseille le mardi 19 mars au lycée hôtelier J.-P.-Passédat ; à Sisteron le jeudi 21 mars à l’école hôtelière et le mercredi 3 avril à Marseille au restaurant Le République.

Art de vivre

Et ce week-end, tu fais woak ?

collage woak

J’achète mon huile d’olive en supermarchés
Jusqu’ici, l’huile d’olive produite en Provence s’achetait dans des épiceries fines et auprès de mouliniers. La marque A l’Olivier, fondée à Paris, dans le quartier du Marais, en 1822, par un pharmacien convaincu des vertus de l’or vert, fait bouger les lignes. Entreprise familiale, le groupe Bailly auquel appartient la marque, compte une soixantaine de collaborateurs partout en France. Dans la région de Nice, les ateliers sélectionnent, préparent et mettent en bouteille les huiles d’olives, huiles aromatisées et vinaigres de la marque. Huile vierge Mère Goutte, huile AOC de Haute-Provence et huile AOP de la Vallée des Baux sont désormais vendus chez Monoprix, Carrefour et dans les magasins Système U. A tester pour juger de leurs qualités…

Je visite un domaine viticole varois
Samedi, mais c’est possible tous les jours de la semaine sans exception, on poussera les grilles du château des Demoiselles, dans le Var, pour participer à la découverte des caves. Sans réservation, à partir de 11h30, la visite guidée gratuite du chai et des caves, d’une durée de 15 minutes, se poursuit par une dégustation commentée de vins rosés, rouges et blancs (Côtes de Provence AOP).
Infos ici ou par téléphone au 04 94 99 50 31.

Je sers un 51 « comme un demi »
Dimanche, on reçoit des potes pour le déjeuner alors, parce qu’on est très tendance et qu’on colle aux modes, on va leur servir un Demi 51. C’est la dernière invention du service marketing du groupe Pernod-Ricard qui propose un verre au design comparable à un demi de bière qui « adopte une base ronde, qui s’étire pour une prise en main facile et agréable, le tout marqué d’un logo 51 brut et craquelé ». La recette est simple : 3 cl de 51 + 22,5 cl d’eau + 4 glaçons. Un pastis servi comme une bière ? Why not… si c’est consommé avec modération.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.