Art de vivre

Et ce week-end, tu fais woak ?

collage woak

J’achète mon huile d’olive en supermarchés
Jusqu’ici, l’huile d’olive produite en Provence s’achetait dans des épiceries fines et auprès de mouliniers. La marque A l’Olivier, fondée à Paris, dans le quartier du Marais, en 1822, par un pharmacien convaincu des vertus de l’or vert, fait bouger les lignes. Entreprise familiale, le groupe Bailly auquel appartient la marque, compte une soixantaine de collaborateurs partout en France. Dans la région de Nice, les ateliers sélectionnent, préparent et mettent en bouteille les huiles d’olives, huiles aromatisées et vinaigres de la marque. Huile vierge Mère Goutte, huile AOC de Haute-Provence et huile AOP de la Vallée des Baux sont désormais vendus chez Monoprix, Carrefour et dans les magasins Système U. A tester pour juger de leurs qualités…

Je visite un domaine viticole varois
Samedi, mais c’est possible tous les jours de la semaine sans exception, on poussera les grilles du château des Demoiselles, dans le Var, pour participer à la découverte des caves. Sans réservation, à partir de 11h30, la visite guidée gratuite du chai et des caves, d’une durée de 15 minutes, se poursuit par une dégustation commentée de vins rosés, rouges et blancs (Côtes de Provence AOP).
Infos ici ou par téléphone au 04 94 99 50 31.

Je sers un 51 “comme un demi”
Dimanche, on reçoit des potes pour le déjeuner alors, parce qu’on est très tendance et qu’on colle aux modes, on va leur servir un Demi 51. C’est la dernière invention du service marketing du groupe Pernod-Ricard qui propose un verre au design comparable à un demi de bière qui “adopte une base ronde, qui s’étire pour une prise en main facile et agréable, le tout marqué d’un logo 51 brut et craquelé”. La recette est simple : 3 cl de 51 + 22,5 cl d’eau + 4 glaçons. Un pastis servi comme une bière ? Why not… si c’est consommé avec modération.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Abonnez-vous à notre newsletter

Vite lu

In memoriam.- Claude Criscuolo s’est éteint samedi 23 janvier dernier, à 79 ans, victime de la Covid-19. Cette figure de la nuit marseillaise était le fils de Vincent qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, avait fondé la pizzéria éponyme dans le quartier des Cinq Avenues à Marseille. Claude avait pris la succession de son père en 1977 transformant ce restaurant de quartier populaire en rendez-vous du Tout-Marseille où comédiens, chanteurs et politiques se pressaient. Les années 70 et 80 marqueront son heure de gloire, les stars de l’OM, Johnny Hallyday et autres chanteurs qui venaient de se produire sur scène, rejoignaient la pizzéria pour y dîner et festoyer jusqu’à très tôt le lendemain matin… Claude avait quitté le restaurant en 2003 pour se consacrer à bien d’autres passions. Linda, sa veuve, ses enfants Isabelle, Marie, Thomas et Stéphane ainsi que tous ses proches pleurent aujourd’hui la dernière “figure” de Marseille.

Terre Blanche annonce la nomination de Christophe Schmitt au poste de chef des cuisines.- Le Resort de Terre Blanche Hotel Spa Golf Resort 5 étoiles, a nommé Christophe Schmitt au poste de chef pour prendre les rênes des différents restaurants, dont Le Faventia, étoilé au guide Michelin (le guide rigolo qui décerne des étoiles aux restaurants fermés). Christophe Schmitt succèdera ainsi au Chef étoilé et meilleur ouvrier de France, Philippe Jourdin, qui prend sa retraite et dont il était le second, pour perpétuer une cuisine aux saveurs du Sud. Dans la continuité de cette philosophie qui allie tradition et touches innovantes, Christophe Schmitt proposera une cuisiné axée sur les meilleurs produits locaux rendant hommage au terroir. “C’est un honneur pour moi et un très grand défi de succéder à Philippe Jourdin. A Terre Blanche, ce Mof a marqué l’histoire de la gastronomie, et il m’a aussi beaucoup appris. C’est avec beaucoup d’émotion que je lui succède aujourd’hui, plus que jamais conscient des responsabilités qu’il me lègue” a déclaré Christophe Schmitt.