Bouches-du-Rhône

Prix Agricole des Produits de Provence.- La Métropole AMP vient d’organiser la première édition du prix agricole des produits de Provence afin de valoriser l’excellence et la diversité de son agriculture et de ses productions. Vins, huiles d’olive, miels, bières et calissons : au total, onze catégories de produits ont été soumises à l’appréciation du jury composé de chefs, d’élus du Projet alimentaire territorial, de référents du réseau « Nos cantines durables », d’agents métropolitains (y compris de son directeur général des services), du président de la chambre d’agriculture Monsieur Levêque et du Grand Pastis. Etait aussi présent Christian Burle, 15e vice-président de la Métropole délégué à l’Agriculture, la Viticulture et ruralité, à l’Alimentation et Circuits courts et maire de Peynier. Chaque table a dégusté 3 produits différents, soit entre 15 et 20 échantillons au total. Un expert produit a accompagné la dégustation de chaque table sans jamais intervenir dans les notations et commentaires du jury. Les lauréats ont reçu leur prix mardi 28 mai.
Vin rouge AOP :  cuvée MIP collection AOP Côtes de Provence, Made in Provence, Puyloubier
Vin rosé AOP : Rose Bon Bon AOP Côtes de Provence, domaine des Diables, Puyloubier
Vin rosé IGP : Terre de passion IGP Méditerranée, vignobles du Roy René, Lambesc
Vin blanc IGP : cuvée tradition IGP Méditerranée, domaine Richeaume, Puyloubier
Huile d’olive AOP fruité vert vierge extra : AOP Provence château Montaurone, Saint-Cannat
Huile AOP d’olive maturée fruité noir : AOP Provence château Calissanne, Lançon-Provence
Miel de Garrigue IGP Provence :  les Ruches du Roy à Simiane-Collongue
Bière blonde :  Pacific Ale, brasserie artisanale de Provence à Rousset
Bière ambrée :  Thymbrée, brasserie Epicentre à Pertuis
Bière blanche : Gaby brasserie Zoumaï, Marseille
Calissons d’Aix :  calissons aux amandes de Provence, confiserie du Roy René, Aix-en-Pce.

Bollène

Le bronze pour Révélations. Installée dans le petit village de Bollène, l’épicerie Révélations gérée par le torréfacteur Nicolas Avon, a remporté la médaille de bronze au concours des Quintessences 2024 ! Cette distinction sera officialisée lors du salon Gourmet international qui se tiendra en septembre à Paris. « Chez Révélations, nous avons créé un lieu unique mêlant épicerie fine, bar à vin et salon de thé avec une offre de petite restauration atypique, où nos produits locaux et régionaux sont à l’honneur. Nous avons à cœur de cultiver une atmosphère chaleureuse et accueillante, propice aux échanges et aux liens sociaux », se réjouit Nicolas.
6, place Henri-Reynaud de la Gardette, 84500 Bollène ; infos au 04 90 61 86 53.

Suis-nous sur les réseaux

La Barasse

Les halles de producteurs de la Barasse fêtent leurs 5 ans. Rendez-vous jeudi 13 juin pour retrouver une trentaine de paysans-producteurs. De 17h à 19 heures, goûter offert : jus de fruit frais ou sirop, biscuits colorés d’Emacréa, et des fruits. Grande tombola gratuite, avec des produits du marché à gagner et ambiance musicale. Les halles de la Barasse, ont accueilli près de 40  000 visiteurs en 5 ans (en intégrant la fréquentation du début de saison 2024 de mars à juin). + 20% de fréquentation en 2023 par rapport à 2022. Et un très bon début de saison 2024. Le marché des 5 ans sera le 165e marché organisé depuis l’ouverture en 2020 avec près de 200 tonnes de produits vendus depuis 2020 (dont 70 tonnes en 2023). Plus de 750 000 € de chiffre d’affaire ont été générés depuis 2020 (270 000 € pour 2023). 58 paysans ou artisans ont participé à au moins 1 marché depuis 2020. En 2024 : 27 producteurs ou artisans se relaieront sur la saison. Les producteurs exercent dans un rayon de 45 km autour de Marseille depuis 2020.

Art de vivre

« Y a -t-il du son dans mon KoussKouss ? » sur les planches de La Criée

Y a -t-il du son dans mon KoussKouss

Dans le droit fil du festival KoussKouss, qui a animé Marseille du 27 août au 4 septembre, dans plus de 60 restaurants associés, le théâtre de la Criée propose, en guise d’épilogue, de venir assister au spectacle culinaro-artistique « Y a-t-il du son dans mon KoussKouss ? », samedi 18 septembre prochain. Marie-Josée Ordener, cuisinière, co-directrice des Grandes Tables et aussi metteur en scène, a réuni avec l’association Because U. ART, une dizaine de femmes, entre 19 et 70 ans originaires du Maghreb, pour créer avec la collaboration d’Eléonore Bovon,
compositrice et musicienne un spectacle savoureux.

« Y a-t-il du son dans mon KoussKouss ? » invite à entrer au cœur de la fabrication du couscous avec des gestes d’avant et des paroles de maintenant. Un spectacle tout autant musical que culinaire, interprété par un chœur de femmes, au rythme d’une partition qui mêle sons de cuisine, chants, voix… au rythme des gestes de la préparation d’un couscous. Ce spectacle révèle tout à la fois la musicalité de la cuisine et des histoires. Des histoires inspirées de celle du couscous et de ses traditions et de la place, parfois imposée, que ce plat emblématique de leurs origines, tient ou a tenu, dans les petits et grands moments de vie des Lady’s de Because U.Art.

Rouler la graine pour le Couscous est un savoir-faire ancestral qui interroge les cuisiniers et cuisinières contemporains. Mais qu’en est-il du ressenti des femmes qui, depuis leur plus jeune âge, sont « mises » devant les couscoussiers : « C’est long, c’est fatiguant, ça brûle… ». Ces mots, prononcés sans aucune rancœur, sont souvent rattrapés par des : « c’était comme ça, on n’avait pas le choix » mais aussi par « on s’amusait bien, on était toutes ensemble ». La fabrication du Couscous s’accompagne traditionnellement de chants et de musiques qui ponctuent les différents moments de la recette. Les chansons racontent les évènements qui s’y rattachent : le mariage, la mort, la naissance, les départs. À chaque évènement son couscous, à chaque moment son histoire, à chaque cuisinière ses paroles.
Sur le plateau du théâtre, le public entre dans l’intimité de la cuisine des femmes. Ce ne sont pas des comédiennes qui sont là, mais bien elles, dans leur quotidien de cuisinières. Le public, sur le plateau, est le témoin de cette expérience sensorielle où chaque geste, chaque son, chaque voix est une tranche de vie au présent, racontant chacune à cet instant. Une immense toile blanche recouvre le sol au centre du plateau.
Les couscoussiers sont là, en train de chauffer, la vapeur, la graine, l’eau, le feu, les légumes, les tamis… Une fois le public installé, la partition peut commencer… et bien sûr on termine par le partage du Couscous !

Du son dans mon kousskouss, samedi 18 septembre à 12h30 à La Criée, théâtre national de Marseille, 30, quai de Rive-Neuve, Marseille 7e arr. Tarif : 5 € sur place. Réservation indispensable au 06 03 39 14 75 (pass sanitaire obligatoire).

Y a -t-il du son dans mon KoussKouss

Avant « Y a-t-il du son dans mon kousskouss ? », il y a Rabelais, Dumas et Passard

L’introduction du couscous en France a été analysée par Mohamed Oubahli, dans « Une histoire de pâte en Méditerranée occidentale » rappelant que c’est dans l’œuvre de François Rabelais que le couscous est mentionné pour la première fois. En 1532, le « Coscosson » est servi avec « renfort de potages » au souper donné par Grandgousier pour fêter le retour de son fils Gargantua. Plus tard en 1546, du couscous est offert en présent, avec des langues de bœuf fumées, à Sibylle de Panzoult pour qu’elle prédise à Panurge son futur mariage, et en 1564 dans le Cinquième Livre, les « Coscotons à la mauresque » font partie d’un repas pantagruélique. En complément de ce (rapide) historique, rappelons que dans ses récits sur la Provence, Jean-Jacques Bouchard, écrivain proche de la Cour, évoque en 1630 une dégustation de couscous à Toulon, sous le nom « Courcousson » décrit comme « un plat de pâtes en forme de grain dégustés en potage » et qu’Alexandre Dumas évoquera lui le « Coussou coussou » en 1873 dans son Grand Dictionnaire de Cuisine.

Le vrai développement de la consommation du couscous ne commencera sur la rive nord méditerranéenne qu’au XXe siècle, dans les familles des Algériens envoyés en métropole pour remplacer ceux partis au front de la Première Guerre mondiale. Par la suite, les pieds-noirs ont intégré le couscous en France, au moins autant que les travailleurs immigrés. Aujourd’hui hissé parmi les 5 plats préférés des Français, il est un fait culturel, pouvant susciter de multiples créations culinaires, comme chez Alain Passard qui ose à l’Arpège une « Jardinière de légumes, fine semoule à l‘huile d‘Argan » ou une « harissa et jeunes carottes en léger couscous ».

photos © Caroline Dutrey

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.