Art de vivre

Martine Blaize, une saga familiale et toujours les plantes qui guérissent

Martine BlaizeC’est sans nul doute le livre le plus émouvant de l’année. Dans une très délicate dédicace, Martine Blaize-de Peretti signe « la dernière des Blaize ». Mais quelle erreur quand on a hissé son nom, six générations durant, au premier rang ! L’histoire débute au XIXe siècle avec la création en 1815 de l’herboristerie du père Blaize à la rue Méolan au coeur du Vieux-Marseille. Les siècles se sont déroulé, les prénoms se sont succédé : Toussaint, François, Joseph, Paul, Maxence et, enfin Martine. Avec toujours, en guise de fil conducteur, cette passion intacte pour la Nature qui guérit. Ce livre raconte tout à la fois une saga familiale ponctuée des considérations bourrées d’anecdotes de Martine, jamais avare en éclats de rire et bons conseils.

L’auteur nous ouvre ses archives familiales et nous donne tous ses conseils pour lutter contre l’anxiété, le stress, les tendinites, les crises de goutte, l’acné. Contre les piqûres de vive, de méduse, de moustique, Martine nous dit quoi faire sans oublier les soins d’une bronchite ou le meilleur moyen d’éviter la boulimie… Ce livre est tout à la fois un objet de mémoire, une fierté marseillaise (et corse, n’est-ce pas Martine ?), un ouvrage pratique… Un cadeau à très vite commander pour le retrouver au pied du sapin.

« Les Blaize, une dynastie – Six générations d’herboristes depuis 1815 », Martine Blaize-de Peretti, Edisud Ed., 218 pages, 20 €.

 

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le GP sur les réseaux

Abonnez-vous à notre newsletter

Vite lu

Concerts à la Mirande L’hôtel avignonnais accueille des concerts de musique classique avec des musiciens, habitués à se produire dans les plus grandes salles de concert. Une coupe de champagne est servie à l’entracte et, pour ceux qui le désirent, la soirée se prolonge autour d’un dîner au restaurant de La Mirande. Le prochain concert aura lieu le vendredi 18 janvier à 20h : Bach, Suite pour violoncelle ; Schulhoff, Duo pour violon et violoncelle ; Mieczysław Weinberg, Suite n°1 pour violoncelle avec Philippe Graffin (violon), Raphaël Wallfisch (violoncelle).
Mercredi 13 février, 20h, Mozart « A vous dirais-je, Maman » KV 265 ; Korngold , « Much ado about nothing », violon et piano ; Ysaye, sonate pour violon seul, opus posthume ; Schedrin, Three funny pieces pour trio avec piano Schnittke, quintette avec piano. Les artistes conviés ce soir-là : Philippe Graffin (violon), Erik Sluys (violon), Pierre-Henri Xuereb (alto), Jeroen Reuling (violoncelle), Katsura Mizumoto (piano).
Concert seul avec une coupe de champagne à l’entracte : 40 € ; concert suivi de dîner : 150 €.
À 16 heures, concert suivi d’un thé et pâtisserie au salon de thé : 40 €. Infos au 04 90 14 20.

3e festival truffes et vins Rhonéa Les samedis 19 janvier, 9 et 23 février seront dédiés à la truffe noire sous toutes ses formes. Au programme : cavage dans les truffières partenaires de la cave, découverte du marché aux truffes de Richerenches, l’un des plus importants marché d’Europe, et déjeuner gastronomique « tout à la truffe » accompagné d’une dégustation des cuvées au Dolium, le restaurant de la cave coopérative de Beaumes-de-Venise. Sur réservation, places limitées : 100 € / personne (visite du marché, cavage, dégustation et repas truffes compris). Infos auprès de Marine au  04 9012 41 15.