Restaurants en Provence

Est-il judicieux de réserver sa table au NHow hôtel Palm Beach ?

NHow hôtel Palm Beach Benjamin MathieuLe bel endormi est sorti de sa torpeur. Avec l’arrivée de Benjamin Mathieu au piano, le restaurant du NHow hôtel du Palm Beach joue son va-tout. Enfant du pays qui fit ses classes chez Dominique Frérard (Sofitel), chez Charial (Baumanière) et chez Ducasse (Louis XV), Mathieu s’est surtout fait connaître dans la capitale, bossant au gré des modes pour le groupe Costes (le Germain), puis le Vava ou les Chouettes. Le voici de retour sur ses terres, tout particulièrement inspiré pour une mise en scène très personnelle de son style méditerranéen. Alignant des arguments imparables, Mathieu invite le monde à sa table, jonglant avec le vinaigre de riz japonais, les pickles, la harissa, le homos et les classiques du coin, pois chiches, ail, rougets et focaccia.

Un déjeuner au soleil, en terrasse, face à la mer et à la piscine chauffée à l’eau chaude de la source qui jaillit dans l’hôtel, fait naître les émotions. La dorade crue agrémentée de salicorne, de feuilles d’huître et d’un vinaigre de riz sanbaizu à la bonite joue la carte de l’umami. La carte compte nous mener loin autour de quelque tentacule de poulpe posés sur une enivrante crème de hareng fumé-cocos de Paimpol et piment d’espelette copeaux de poutargue et tuile au charbon pickles d’échalotes. Classique des classiques, le foie gras s’éclaire chez Benjamin Mathieu d’une gelée à la crème de mûre : les cuissons, assaisonnements et textures sont parfaits.

NHow hôtel Palm Beach Benjamin MathieuEn écho avec la mer environnante, les filets de rouget se parent d’un aïoli safrané, quelques palourdes, des couteaux cuits à cru et une bisque de poissons de roche. Bluffant, épatant, c’est rugueux, la longueur en bouche sur le calcaire révèle des saveurs rustiques ; avec sa rouille à l’ail confit pour être plus digeste, Benjamin Mathieu tient-là son plat signature. Pour les tenants des saveurs terriennes, la selle et côte d’agneau de lait frottée aux épices-harrissa douce-pois chiches sautés s’emporte dans un tourbillon de menthe fraîche-coriandre et citron confit. C’est une cuisine inspirante et inspirée, certainement le plus bel hommage à rendre aux rives de la Méditerranée, un très bel exercice de style, une assiette aux parfums suaves, aux goûts arrondis, une composition chaleureuse et opulente…

Alors faut-il y aller ? Oui car le travail est imaginatif et met en exergue des saveurs et un style assurément virils qui n’ont pas d’égal à Marseille. On y va parce que tout est imaginé sur la base de précieux dosages des condiments, épices et aromates qui défilent dans un ordre bien précis. Le dessert, qui déjà trottait dans la tête du chef lorsqu’il exerçait dans la capitale, une variation autour du calisson avec une madeleine à la fleur d’oranger-huile d’olive et pointe de fleur de sel, jette l’ancre dans une baie qui n’attendait que lui. Benjamin Matthieu est revenu chez lui.

NHow hôtel Palm Beach, 200, corniche John Fitzgerald Kennedy, Marseille 7e ; infos au 04 91 16 19 00. Formules déjeuner 27 et 35 € ; soir à la carte et propositions autour de 65 €.

A propos de l'auteur

le grand pastis

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bon à savoir

Loustic, le nouveau rendez-vous café Une nouvelle adresse pour savourer un excellent café et se régaler vient de voir le jour en centre-ville. On déjeune chez Loustic de toasts au pain de campagne-oeuf mollet-champignons et ricotta, des sandwiches mayo-bacon, des salades de riz aux amandes-feta, betterave et la fameuse assiette éponyme. Les petits-déjeuners (granola, tartines et confiture, oeufs brouillés) et les desserts ( brownie, cake, cookie, scone crème-confiture) valent à eux seuls le détour. Mignonnette terrasse, service jeune et cool, un torréfacteur et une barista complètent l’offre. 5, rue de la Tour, Marseille 1er. Infos au 09 51 38 34 39.

 Hervé Bizeul chez Chicoulon Hervé Bizeul du Clos des Fées, figure emblématique du Roussillon, sera au Chicoulon jeudi 25 octobre pour une grande soirée dégustation. Le vigneron fait désormais partie de l’élite de cette magnifique région et viendra présenter ses plus grandes cuvées sur des millésimes anciens et prêts à boire (le Clos des Fées et la Petite Sibérie). Deux blancs, 3 rouges et 1 liquoreux seront dégustés et commentés dans la bonne humeur. En cuisine, Tomi fera fumer les fourneaux. Soirée sur réservation uniquement pour 35 personnes (premiers réservés, premiers servis) ; tarif : 65 € par personne. Résas au 04 91 33 46 59.

Sylvestre Wahid à Marseille chez Sébastien Richard Le cuisinier 2 étoiles au guide Michelin, Sylvestre Wahid, inaugurera le 27 octobre prochain, la toute première édition du « Dialogue de chefs », une série de dîners organisée par Sébastien Richard, à sa table du Panier de Sébastien. Les deux artisans profiteront de ce dîner à 4 mains, dans un cadre intimiste, pour laisser libre cours à leur imagination et partager un moment unique avec leurs hôtes d’un soir. L’amitié complice entre les deux hommes remonte à plus de 25 ans lors du passage de Sébastien Richard au Cheval Blanc que dirigeait alors Thierry Marx, à Nîmes. Les deux cuisiniers ont tous les deux fait leur chemin depuis partageant la même vision et la même envie de revisiter la gastronomie française. Infos : lepanierdesebastien@gmail.com