Magazine

Les Bricoleurs de Douceurs ouvrent un deuxième magasin aux Cinq Avenues

Un nouveau magasin et un nouveau concept pour accueillir les clients (lire ci-dessous) : la pâtisserie de Clément Higgins et Aurélie Pauletto, alias les Bricoleurs de douceurs, ouvre à la fin du mois d’octobre un deuxième magasin dans le quartier des Cinq Avenues. « On pensait à un local de 30 m2 à l’égal de celui que nous avons au Vallon de l’Oriol et on a beaucoup cherché, confesse Clément Higgins. On a même pensé s’installer à Aix et puis cette opportunité nous a été proposée. Pour nous c’était intéressant car il n’y avait plus de pâtissier dans ce périmètre depuis le départ de Dites-moi Tout en 2014″. Une aubaine pour le jeune couple qui « depuis deux ans, entendait dire du bien de ce quartier en plein essor », évoquant pêle-mêle le tramway, le métro et un marché immobilier vigoureux.

bricoleurs de douceurs Outre la gamme de pâtisseries servies dans la maison mère du 7e arrondissement, le jeune duo souhaite proposer une carte de cafés exigeante : le double, l’expresso, le latte macchiato, le cappuccino et le café filtre, « c’est mon préféré » sourit Clément Higgins. « Parallèlement, nous servirons des salés renouvelés au jour le jour avec une salade végétarienne, un poke bowl, une tartine végétarienne, un pain focaccia et un traditionnel jambon-beurre, poursuit Aurélie Pauletto. On se donne du mal pour une offre cuisinée et exigeante qui soit raccord avec l’offre sucrée » poursuit-elle. Un tel concept sur une telle amplitude horaire s’appuiera évidemment sur une offre enrichie en gâteaux de voyage, cakes, mi-cuits, sablés, brownies et cookies. Chaque jour, le magasin sera approvisionné par le laboratoire attenant à la boutique du Vallon de l’Oriol dans le 7e arr. Lequel laboratoire a fait l’objet de travaux d’agrandissement cet été et est désormais opérationnel.

« Pierre Lamour, de la Table Cinq, fait tout pour faciliter notre installation dans le quartier, reconnaît Clément Higgins. Ça faisait plusieurs année qu’il insistait pour qu’on vienne s’installer dans son voisinage, il nous présente à tout le monde et c’est très réconfortant ». L’ouverture de cette nouvelle adresse est espérée pour l’extrême fin du mois d’octobre.

Bricoleurs de Douceurs-pâtisserie atypique, 35, boulevard Philippon, 4e arrondissement.

S’inspirer des concepts qui marchent

Inaugurer une pâtisserie ne suffit plus pour espérer en vivre. Pour animer leur nouvelle adresse, Aurélie et Clément ont cherché à comprendre le succès de la chaîne des Starbucks coffee : « Aujourd’hui, les gens s’attardent dans les lieux publics. Ils boivent un café, mangent un cake ou un brownie, lisent le journal ou travaillent avec leur portable. Alors l’idée de proposer une adresse du petit-déjeuner au déjeuner jusqu’au goûter a vite germé ». Les Bricoleurs de Douceurs ont pensé une version artisanale du concept « sans jamais oublier la qualité », selon les propres termes d’Aurélie Pauletto. « Pourquoi y a-t-il toujours du monde dans les chaînes Américaines de coffee shops ? Interroge Higgins. Parce qu’on y mange facilement, à la main, un gâteau de voyage, parce qu’on y boit du café sous de multiples formes. On a analysé le marché et il se divise en deux familles : les pâtissiers traiteurs et les pâtissiers-chocolatiers. Le salon de thé avec service à table a vécu et il faut renouveler le genre. Nous sommes convaincus que l’artisanat français de qualité peut concurrencer les chaînes américaines de coffee shops. Pour l’heure personne ne les concurrence sur ce créneau, nous devons tous nous y engouffrer ». Prises électriques pour recharger les téléphones, brancher les portables, wifi performant et ambiance « à la cool » prédomineront avec, évidemment, la possibilité de commander un café à emporter… Comme chez Starbucks mais en meilleur !

1 Comment

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.