Brignoles

La Foire de Brignoles dédie un week-end complet à la gastronomie, samedi 20 avril et dimanche 21 avril prochain. Durant deux jours, des chefs se succèderont en cuisine pour mettre à l’honneur le terroir, la filière ovine varoise, la pâtisserie et les Vins de Provence. Julien Tosello, Benoît Witz, Pascal Barandoni, Nicolas Pierantoni ont déjà confirmé leur participation. Recettes autour de l’agneau, démonstrations à 4 mains où les chefs déclineront un produit de saison en version salée et sucrée, astuces pour pâtisser vegan mais avec gourmandise, recettes pour composer un apéro provençal de qualité et accords mets et vins seront commentés par un oenologue en partenariat avec les Vins de Provence.
• Toutes les infos sur la foire de Brignoles, ici

Marseille

► Ouverture de la citadelle le 4 mai Après avoir ouvert temporairement l’été dernier (elle était fermée au public depuis plus de 350 ans !), la citadelle autrement connue sous les noms de Fort Saint-Nicolas ou Fort d’Entrecasteaux, ouvre ses portes au grand public, et cette fois de façon pérenne. Cet été, de nombreux évènements attendront les visiteur : visites théâtralisées, concerts, escape games, accès aux jardins, le tout avec bar et  un restaurant qui seront dorénavant ouverts toute l’année.

► Kouss-Kouss festival le rendez-vous de la rentrée revient cette année du 29 août au 8 septembre. Au programme, des centaines d’établissements qui proposeront leur version de ce plat emblématique, avec pour thème cette année : « 1001 graines ». Le 31 août, 5 000 couscous seront servis et offerts sur le Vieux-Port dans le cadre de l’Été marseillais par la Ville de Marseille et l’office de Tourisme.

Marseille

Camille Gandolfo wanted. Mais où est passée Camille Gandolfo ? Depuis son départ du restaurant de l’hôtel des Bords de Mer, Camille Gandolfo ne répond à aucune sollicitation. Nul ne sait où elle est, ni ce qu’elle fait. Alors, pour calmer ceux qui s’inquiètent, sachez que Camille Gandolfo prendra la direction des cuisines de « la Marine des Goudes » rachetée par Paul Langlère (Sépia) et ses associés du Cécile, le sandwich club du quartier de Malmousque. Ouverture prévue début juin mais n’en parlez à personne, c’est confidentiel.
Juan Pulgarin… le come back. Le plus célèbre colombien de la ville reviendra d’ici le mois de mai rue d’Aubagne pour nous y régaler des spécialités qui ont bâti sa réputation.

Une bière à la navette. Ils étaient tous là, jeudi 4 avril au soir, sur la place de Lenche, à goûter et célébrer cette nouvelle bière de la brasserie la Minotte. Une bière blanche aux accents marseillais, aux parfums des navettes des Accoules ! Bien sûr, José Orsoni dit-Jo Navettes, et ses enfants, Marie-Julie et Clément étaient de la fête, pas peu fiers de cette création à laquelle ils ont participé (surtout Clément)… Une bière ultra fraîche, très peu amère qui a nécessité 20 kg de biscuits par brassin et quelque 2 mois de fermentation. A découvrir à la Descente des Accoules (le caviste du 4, rue de l’Evêché, 2e), au Café du théâtre (12, place de Lenche, 2e) et dans tout le réseau des revendeurs des bières La Minotte.
• Infos au 04 91 90 99 42

Suis-nous sur les réseaux

Art de vivre

Ecotable, le petit label tout vert envahit l’hexagone

La jungle des labels vient de s’enrichir d’un petit dernier qui va faire du bruit. Surfant sur la nécessité de consommer écoresponsable, le label Ecotable se fait fort de soutenir et accompagner la transition écologique des restaurants. Ecotable nous aidera à choisir un restaurant en accord avec les impératifs écologiques sur la base d’un constat : notre alimentation, de l’agriculteur à l’assiette, est responsable de 36% des émissions de gaz à effet de serre (source Réseau Action Climat). A charge pour les établissements labellisés de mettre en place des pratiques écoresponsables et de sensibiliser les clients.

Ecotable

Un, deux ou trois macarons. Conscient que la démarche de chaque restaurateur est perfectible, Écotable repose sur un système de classification en niveaux d’écoresponsabilité. Ainsi, un, deux ou trois macarons Écotable sont délivrés à la suite d’un audit. Parce que l’engagement d’un restaurant ne s’arrête pas à la composition de ses assiettes, la cohérence écologique globale est évaluée. Huit critères sont passés en revue à partir d’un mois de factures : l’approvisionnement, le recyclage, le gaspillage, le fournisseur d’énergie, la communication, le menu, l’entretien et l’engagement santé.

L’adhésion annuelle coûte de 200 à 1 150 euros. Elle couvre : l’audit des factures et des pratiques, la remise d’un livret de conseil sur les axes d’amélioration et  la mise en avant du restaurant avec des photos professionnelles et un article syur ecotable.fr « Le prix est en principe déterminé en fonction du ticket moyen et du nombre de couvert moyen. Toutefois dans un objectif d’économie sociale et solidaire et afin de n’exclure personne, nous adaptons ce tarif aux capacités financières des établissements » assure l’équipe.
Comment ça marche ? Afin d’être labellisé Écotable, un restaurant doit remplir à minima certaines conditions comme faire le tri sélectif, bannir les oeufs de poules élevées en cage, avoir au moins 15% de produits bio ou locaux dans son approvisionnement et une carte 100% de saison comportant au moins un plat végétarien. Le label compte une grande diversité d’adresses allant de la cantine en passant par la table d’hôtes, l’auberge gastronomique et la table bistronomique.

Comment trouver les adresses Écotable ? Le site ecotable.fr retrace les démarches engagées et les efforts de l’ombre des restaurants, placés sur une carte interactive. Le macaron Écotable est accolé aux devantures des restaurants labellisés.

Accompagner les restaurants. Écotable aide les restaurateurs à mettre en pratique des éco-gestes et à se tourner vers des prestataires et fournisseurs engagés. À la suite de son audit, l’équipe est en mesure de délivrer des recommandations qualifiées et remet un annuaire de prestataires écoresponsables. Écotable intervient également dans le cadre d’ouverture ou de refonte d’établissements écoresponsables.

Qui se cache derrière Écotable ? L’association la Communauté Écotable fédère un ensemble d’acteurs impliqués dans l’alimentation durable, afin de favoriser une restauration respectueuse de l’environnement et de la santé. Le conseil d’administration rassemble des restaurateurs labellisés Écotable, des entrepreneurs de l’ESS, des producteurs, des agriculteurs et prestataires membres du réseau Écotable ou encore des journalistes, tous convaincus par la nécessité de transformer les pratiques dans la restauration, au service du monde de demain. L’association veut fédérer, être vecteur d’échanges entre professionnels de la restauration. Pour cela, elle prévoit quatre tables rondes thématiques annuelles, propices au partage de leurs problématiques et bonnes pratiques. Les activités de l’association sont aussi ouvertes aux particuliers.

EcotableLe label Ecotable arrive en Provence-Alpes-Côte d’Azur

Six mois après son lancement parisien, Écotable gagne la France entière. Après avoir référencé une trentaine d’adresses à Paris et fondé un réseau de producteurs et prestataires en Ile-de-France, Écotable s’attaque à l’hexagone. Créé par Fanny Giansetto, Camille Delamar et Rodney Paul, trois amis souhaitant voir émerger une restauration durable, le label a été, dès son lancement, qualifié de « Michelin de la restauration durable ». En Provence-Alpes-Côte-d’Azur on compte quatre adresses labellisées :
Des Cotés Café (La Ciotat), coffeeshop engagé, fervent défenseur du goût et des produits locaux
Hygge (Avignon), cantine gourmande et conviviale aux produits 100% bio et locaux
Restaurant La Place (Puyloubier), bistrot responsable à l’ombre des platanes de Puyloubier
Le Réfectoire (Arles), cantine écoresponsable du Parc des Ateliers

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.