Art de vivre

Ecotable, le petit label tout vert envahit l’hexagone

La jungle des labels vient de s’enrichir d’un petit dernier qui va faire du bruit. Surfant sur la nécessité de consommer écoresponsable, le label Ecotable se fait fort de soutenir et accompagner la transition écologique des restaurants. Ecotable nous aidera à choisir un restaurant en accord avec les impératifs écologiques sur la base d’un constat : notre alimentation, de l’agriculteur à l’assiette, est responsable de 36% des émissions de gaz à effet de serre (source Réseau Action Climat). A charge pour les établissements labellisés de mettre en place des pratiques écoresponsables et de sensibiliser les clients.

Ecotable

Un, deux ou trois macarons. Conscient que la démarche de chaque restaurateur est perfectible, Écotable repose sur un système de classification en niveaux d’écoresponsabilité. Ainsi, un, deux ou trois macarons Écotable sont délivrés à la suite d’un audit. Parce que l’engagement d’un restaurant ne s’arrête pas à la composition de ses assiettes, la cohérence écologique globale est évaluée. Huit critères sont passés en revue à partir d’un mois de factures : l’approvisionnement, le recyclage, le gaspillage, le fournisseur d’énergie, la communication, le menu, l’entretien et l’engagement santé.

L’adhésion annuelle coûte de 200 à 1 150 euros. Elle couvre : l’audit des factures et des pratiques, la remise d’un livret de conseil sur les axes d’amélioration et  la mise en avant du restaurant avec des photos professionnelles et un article syur ecotable.fr “Le prix est en principe déterminé en fonction du ticket moyen et du nombre de couvert moyen. Toutefois dans un objectif d’économie sociale et solidaire et afin de n’exclure personne, nous adaptons ce tarif aux capacités financières des établissements” assure l’équipe.
Comment ça marche ? Afin d’être labellisé Écotable, un restaurant doit remplir à minima certaines conditions comme faire le tri sélectif, bannir les oeufs de poules élevées en cage, avoir au moins 15% de produits bio ou locaux dans son approvisionnement et une carte 100% de saison comportant au moins un plat végétarien. Le label compte une grande diversité d’adresses allant de la cantine en passant par la table d’hôtes, l’auberge gastronomique et la table bistronomique.

Comment trouver les adresses Écotable ? Le site ecotable.fr retrace les démarches engagées et les efforts de l’ombre des restaurants, placés sur une carte interactive. Le macaron Écotable est accolé aux devantures des restaurants labellisés.

Accompagner les restaurants. Écotable aide les restaurateurs à mettre en pratique des éco-gestes et à se tourner vers des prestataires et fournisseurs engagés. À la suite de son audit, l’équipe est en mesure de délivrer des recommandations qualifiées et remet un annuaire de prestataires écoresponsables. Écotable intervient également dans le cadre d’ouverture ou de refonte d’établissements écoresponsables.

Qui se cache derrière Écotable ? L’association la Communauté Écotable fédère un ensemble d’acteurs impliqués dans l’alimentation durable, afin de favoriser une restauration respectueuse de l’environnement et de la santé. Le conseil d’administration rassemble des restaurateurs labellisés Écotable, des entrepreneurs de l’ESS, des producteurs, des agriculteurs et prestataires membres du réseau Écotable ou encore des journalistes, tous convaincus par la nécessité de transformer les pratiques dans la restauration, au service du monde de demain. L’association veut fédérer, être vecteur d’échanges entre professionnels de la restauration. Pour cela, elle prévoit quatre tables rondes thématiques annuelles, propices au partage de leurs problématiques et bonnes pratiques. Les activités de l’association sont aussi ouvertes aux particuliers.

EcotableLe label Ecotable arrive en Provence-Alpes-Côte d’Azur

Six mois après son lancement parisien, Écotable gagne la France entière. Après avoir référencé une trentaine d’adresses à Paris et fondé un réseau de producteurs et prestataires en Ile-de-France, Écotable s’attaque à l’hexagone. Créé par Fanny Giansetto, Camille Delamar et Rodney Paul, trois amis souhaitant voir émerger une restauration durable, le label a été, dès son lancement, qualifié de « Michelin de la restauration durable ». En Provence-Alpes-Côte-d’Azur on compte quatre adresses labellisées :
Des Cotés Café (La Ciotat), coffeeshop engagé, fervent défenseur du goût et des produits locaux
Hygge (Avignon), cantine gourmande et conviviale aux produits 100% bio et locaux
Restaurant La Place (Puyloubier), bistrot responsable à l’ombre des platanes de Puyloubier
Le Réfectoire (Arles), cantine écoresponsable du Parc des Ateliers

Infos express

Brunches du dimanche À partir du 27 septembre, et jusqu’à la fin de l’année, La Benvengudo propose aux gourmands (et aux lève-tard) un brunch concocté par la chef Julie Chaix. Sous forme de buffet, les hôtes disposeront d’une sélection de mets salés et sucrés, cuisinés à partir de produits locaux et de saison. Une pause gourmande parfaite avant de partir se balader dans le village des Baux-de-Provence. Brunch servi tous les dimanches de 11h30 à 15h, prix : 49 € par personne. Infos au 04 90 54 32 54.

Glenn Viel, chef du restaurant l’Oustau de Baumanière, aux Baux-de-Provence, a été élu « chef de l’année 2020 » par ses pairs à l’occasion de la 34e édition des Trophées du magazine Le Chef ce lundi 21 septembre. Né en janvier 1980 dans une famille de militaires, son aventure à Baumanière a démarré en 2015 quand Jean-André Charial, le propriétaire, l’a appelé pour redonner vie à ce restaurant mythique. Dès son arrivée, Glenn Viel a mis en place une cuisine écoresponsable avec le développement d’un potager bio, de ruches ainsi qu’une ferme pédagogique. En janvier 2020, il décroche sa 3e étoile. Il est aussi distingué au titre de la “gastronomie durable”, lancé par le guide rouge qui honore les restaurants ayant une démarche écoresponsable. Côté pâtisserie, c’est Brandon Dehan du même restaurant qui est distingué. Originaire de Noyon dans l’Oise, il avait été désigné jeune chef pâtissier de l’année en 2019 par le guide Gault et Millau. Ce sont les chefs référencés dans le Guide Michelin qui votent chaque année pour élire les meilleurs de la profession lors de cette 34e édition des Trophées du magazine Le Chef, seule élection des professionnels de la gastronomie française par leurs pairs.

Samedi 10 octobre « Plus beau village de France » du nord Vaucluse, Séguret organise toute la journée, une dégustation des vins du village, une découverte de nombreux artistes et créateurs du village, une découverte de boulange à l’ancienne avec démonstration en direct (confection de pains, de brioches et de tartes au sucre à l’ancienne dans le four banal du village). A 10 h, accueil au portail de la Bise pour la remise du programme de la journée. À 10 h, 11 h, 15 h et 18 h : visites guidées du village médiéval au départ du portail de la Bise. Durée environ 1h (3 € par adulte et gratuit pour les mineurs).
10 h 30 et 15 h 30 : atelier « la vie des Abeilles » suivi d’une dégustation des miels bio de Jérôme Busato au château Cohola à Sablet. A 11 h et 16 h : atelier « les 3 goûts de l’huile d’olive en Provence » à l’atelier les 3 Souquets à Séguret.  12 h : dégustation des bières artisanales de Jean-Pierre Meffre de Chante-Grenouille. A 16 h 30 : cooking show sur le thème des Traditions de Séguret avec présentation de plusieurs mini recettes (au restaurant Le Mesclun – durée 1 h, gratuit, 20 personnes max). 17 h 30 : petit historique sur le métier de santonnier avec explication des différentes étapes de création artisanale d’un santon avec Denis Voeux. Plus d’informations au 04 90 46 91 06.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Abonnez-vous à notre newsletter