En direct du marché

La Reboule à Avignon, une ferme urbaine grandeur nature

La RebouleUne ferme urbaine, c’est rare, mais une ferme urbaine sur une île c’est unique ! Sur l’île de la Barthelasse, entre Villeneuve et le palais des Papes, ce vieux mas raconte 300 ans d’histoires. La ferme la Reboule est entrée dans la famille Cappeau, il y a un siècle. Dans un défilé quasi-ininterrompu, le public défile chaque jour en quête de fruits et légumes frais, aux origines certifiées. Aujourd’hui, la ferme la Reboule propose environ 150 variétés de légumes à l’année. Pour exemple, « une vingtaine de variétés de courges, une centaine de variétés de tomates, mais aussi des légumes anciens tel que le panais, les topinambours… » liste Clément Cappeau, en charge de l’exploitation avec ses deux frères, Mathieu et Numa. Des produits originaux tels que le pâtisson sont mis à l’honneur, afin de faire connaître à la clientèle les produits du terroir. Le défi des trois frères : « Faire découvrir la diversité des variétés ».

La RebouleEn cette période estivale, la Reboule propose « des fruits tels que les melons, des fraises mais aussi des pêches et abricots de petits producteurs locaux. Nous n’avons ni pêcher ni abricotier, alors, afin de proposer une gamme diversifiée à nos acheteurs, nous nous fournissons chez des producteurs voisins, explique Numa. Pour ce qui est des légumes, tomates, courgettes, pâtissons, aubergines, oignons, fenouil, ils proviennent tous de la ferme ». Le produit phare de la Reboule c’est la tomate. Clément conseille de la cuisiner « en salade avec un oignon de Simiane, très doux et parfumé, puis assaisonné d’un trait d’huile d’olive et parsemé de feuilles de basilic ».

« La société évolue et les consommateurs préfèrent acheter directement chez le producteur. Il n’y a rien de plus gratifiant que de savoir que nos produits plaisent aux clients ».

La ferme est en agriculture raisonnée et en bio mais les Cappeau n’ont aucun label : « Nos engrais sont d’origine naturelle et lorsque nous sommes obligés de traiter nos produits nous utilisons des produits labellisés agriculture biologique » raconte Mathieu, dans un souci de « laisser faire la nature ». Chez les Cappeau, on trouve aussi le miel d’un apiculteur de l’île de la Barthelasse, des œufs fermiers de la région, du fromage de chèvre de Bagnols-sur-Cèze ainsi que des produits transformés, type soupe, réalisés avec les légumes de la ferme. La Reboule mène des actions de sensibilisation auprès des enfants. Lors de la visite du domaine, les trois frères accompagnent les écoliers dans les champs pour une leçon de sciences naturelles grandeur nature. Le but, « valoriser le patrimoine et développer l’exploitation » est désormais atteint.

Marie Riera / Photos M.R.

Ferme La Reboule, 1250, chemin de la Barthelasse à Avignon ; horaires des visites aux 06 77 36 29 71 / 06 71 08 28 15

La RebouleUne histoire séculaire

C’est l’arrière-grand-père de Clément, Mathieu et Numa qui a acheté ce mas, en 1910. « A cette époque, la zone était très inondable et pour échapper aux futures catastrophes naturelles, il a décidé de planter des vignes, seules aptes à résister aux inondations », raconte Clément. Le papa de ce dernier reprend le vignoble, « il vinifiait dans l’actuel magasin qu’autrefois on appelait la cave ». Dans les années 80, les vignes sont arrachées et des pommiers, pêchers et des pruniers sont plantés. Durant cette même décennie, il crée sur place un stand de vente directe pour suppléer la vente en gros. Il développe l’activité en proposant davantage de tomates et salades. En 2007, Numa et Mathieu reprennent l’exploitation agricole. Ils étendent la vente en proposant leurs produits aux restaurateurs. Les vergers ont disparu, seuls subsistent des pommiers et quelques pruniers. Ils choisissent « de reprendre l’activité avec le maraîchage c’est-à-dire des cultures de légumes, et de fruits ». Quatre ans plus tard, Clément rejoint l’aventure au côté de ses deux frères. Tous les trois issus de parcours professionnels différents. Mathieu travaillait dans l’équitation, Numa a obtenu un BTS en viticulture et œnologie et Clément a fait un master en commerce et management ; il les rejoindra quatre ans plus tard.

M.R.

A propos de l'auteur

Marie Riera

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Bon à savoir

 L’olive dans tous les sens ! La 3e édtion de la fête de la Gastronomie de Marseille se déroule le 22 septembre de 9h à 17h, à la découverte d’un des éléments fondateurs de la culture et de la gastronomie en Méditerranée.
De nombreux producteurs, des artisans, des cuisiniers, des auteurs… partageront leur passion pour l’olive. Des animations gratuites et ouvertes à tous permettront de découvrir les multiples bienfaits de ce fruit précieux et ses déclinaisons en cuisine, en littérature ou en cosmétique.
Les restaurateurs du quartier mettront aussi les petits plats dans les grands pour célébrer la gastronomie et mettre en avant leurs savoir-faire et accueil.

Matinées vendanges au domaine de Fontenille tous les vendredis, samedis et dimanches du 14 septembre au dimanche 07 octobre inclus ainsi que le lundi 8, mardi 9 et mercredi 10 octobre. Le domaine de Fontenille ouvre ses portes pour des matinées vendanges de 8h à 10h30, au programme : balade dans le vignoble, vendange d’un bout de parcelle, visite de cave avec dégustations des jus directement à la cuve, puis casse-croûte du vigneron dans les vignes. Sur réservation (45 € par personne et 15€ pour les enfants). Infos au 04 13 98 00 70 et 06 23 85 87 53.

A lire

wahid Le Best of Sylvestre Wahid Avec 2 étoiles à l’Oustau de Baumanière, 2 étoiles au Strato à Courchevel, 2 étoiles Chez Sylvestre Wahid à Paris… Sylvestre Wahid est à 43 ans une figure montante de la gastronomie française. Sa cuisine « sans sel, sans gras, sans sucres ajoutés » a fait son succès partout dans le monde. Homme de passion, il consacre son temps libre à cueillir des ingrédients sauvages et à cuisiner à quatre mains avec des chefs qui partagent sa vision du monde. Formé aux côtés de Thierry Marx et d’Alain Ducasse, le projet de Sylvestre Wahid vise à revisiter la cuisine traditionnelle française en donnant de la mémoire à l’éphémère. Ses plats signatures ? La variation autour de la betterave cuite en croûte de sel-brioche-foie gras et truffe noire, le caneton laqué aux épices-radicchio et croûte d’agrumes-poivre Sansho… Des plats au « goût simple et direct ».
Best of Sylvestre Wahid, chez Ducasse Ed., 116 pages, prix de vente : 14 €.