En direct du marché

La Reboule à Avignon, une ferme urbaine grandeur nature

La RebouleUne ferme urbaine, c’est rare, mais une ferme urbaine sur une île c’est unique ! Sur l’île de la Barthelasse, entre Villeneuve et le palais des Papes, ce vieux mas raconte 300 ans d’histoires. La ferme la Reboule est entrée dans la famille Cappeau, il y a un siècle. Dans un défilé quasi-ininterrompu, le public défile chaque jour en quête de fruits et légumes frais, aux origines certifiées. Aujourd’hui, la ferme la Reboule propose environ 150 variétés de légumes à l’année. Pour exemple, « une vingtaine de variétés de courges, une centaine de variétés de tomates, mais aussi des légumes anciens tel que le panais, les topinambours… » liste Clément Cappeau, en charge de l’exploitation avec ses deux frères, Mathieu et Numa. Des produits originaux tels que le pâtisson sont mis à l’honneur, afin de faire connaître à la clientèle les produits du terroir. Le défi des trois frères : « Faire découvrir la diversité des variétés ».

La RebouleEn cette période estivale, la Reboule propose « des fruits tels que les melons, des fraises mais aussi des pêches et abricots de petits producteurs locaux. Nous n’avons ni pêcher ni abricotier, alors, afin de proposer une gamme diversifiée à nos acheteurs, nous nous fournissons chez des producteurs voisins, explique Numa. Pour ce qui est des légumes, tomates, courgettes, pâtissons, aubergines, oignons, fenouil, ils proviennent tous de la ferme ». Le produit phare de la Reboule c’est la tomate. Clément conseille de la cuisiner « en salade avec un oignon de Simiane, très doux et parfumé, puis assaisonné d’un trait d’huile d’olive et parsemé de feuilles de basilic ».

« La société évolue et les consommateurs préfèrent acheter directement chez le producteur. Il n’y a rien de plus gratifiant que de savoir que nos produits plaisent aux clients ».

La ferme est en agriculture raisonnée et en bio mais les Cappeau n’ont aucun label : « Nos engrais sont d’origine naturelle et lorsque nous sommes obligés de traiter nos produits nous utilisons des produits labellisés agriculture biologique » raconte Mathieu, dans un souci de « laisser faire la nature ». Chez les Cappeau, on trouve aussi le miel d’un apiculteur de l’île de la Barthelasse, des œufs fermiers de la région, du fromage de chèvre de Bagnols-sur-Cèze ainsi que des produits transformés, type soupe, réalisés avec les légumes de la ferme. La Reboule mène des actions de sensibilisation auprès des enfants. Lors de la visite du domaine, les trois frères accompagnent les écoliers dans les champs pour une leçon de sciences naturelles grandeur nature. Le but, « valoriser le patrimoine et développer l’exploitation » est désormais atteint.

Marie Riera / Photos M.R.

Ferme La Reboule, 1250, chemin de la Barthelasse à Avignon ; horaires des visites aux 06 77 36 29 71 / 06 71 08 28 15

La RebouleUne histoire séculaire

C’est l’arrière-grand-père de Clément, Mathieu et Numa qui a acheté ce mas, en 1910. « A cette époque, la zone était très inondable et pour échapper aux futures catastrophes naturelles, il a décidé de planter des vignes, seules aptes à résister aux inondations », raconte Clément. Le papa de ce dernier reprend le vignoble, « il vinifiait dans l’actuel magasin qu’autrefois on appelait la cave ». Dans les années 80, les vignes sont arrachées et des pommiers, pêchers et des pruniers sont plantés. Durant cette même décennie, il crée sur place un stand de vente directe pour suppléer la vente en gros. Il développe l’activité en proposant davantage de tomates et salades. En 2007, Numa et Mathieu reprennent l’exploitation agricole. Ils étendent la vente en proposant leurs produits aux restaurateurs. Les vergers ont disparu, seuls subsistent des pommiers et quelques pruniers. Ils choisissent « de reprendre l’activité avec le maraîchage c’est-à-dire des cultures de légumes, et de fruits ». Quatre ans plus tard, Clément rejoint l’aventure au côté de ses deux frères. Tous les trois issus de parcours professionnels différents. Mathieu travaillait dans l’équitation, Numa a obtenu un BTS en viticulture et œnologie et Clément a fait un master en commerce et management ; il les rejoindra quatre ans plus tard.

M.R.

2 Comments

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    • Bonjour Monsieur, j’ai téléphoné à la ferme la Reboule pour vous. En cette période de confinement pour cause de Covid-19, la ferme accueille le public (pas plus de 3 personnes en même temps dans l’espace de vente) du lundi au samedi de 10h à 12h15 et de 16h à 18h. Pas de livraisons à domicile et il n’est pas utile de téléphoner avant de vous déplacer. Vous trouverez sur place toute la production de saison, les premières fraises, des asperges, la fin des légumes d’hiver, oignons, choux, poireaux…

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.