Bouches-du-Rhône

Prix Agricole des Produits de Provence.- La Métropole AMP vient d’organiser la première édition du prix agricole des produits de Provence afin de valoriser l’excellence et la diversité de son agriculture et de ses productions. Vins, huiles d’olive, miels, bières et calissons : au total, onze catégories de produits ont été soumises à l’appréciation du jury composé de chefs, d’élus du Projet alimentaire territorial, de référents du réseau « Nos cantines durables », d’agents métropolitains (y compris de son directeur général des services), du président de la chambre d’agriculture Monsieur Levêque et du Grand Pastis. Etait aussi présent Christian Burle, 15e vice-président de la Métropole délégué à l’Agriculture, la Viticulture et ruralité, à l’Alimentation et Circuits courts et maire de Peynier. Chaque table a dégusté 3 produits différents, soit entre 15 et 20 échantillons au total. Un expert produit a accompagné la dégustation de chaque table sans jamais intervenir dans les notations et commentaires du jury. Les lauréats ont reçu leur prix mardi 28 mai.
Vin rouge AOP :  cuvée MIP collection AOP Côtes de Provence, Made in Provence, Puyloubier
Vin rosé AOP : Rose Bon Bon AOP Côtes de Provence, domaine des Diables, Puyloubier
Vin rosé IGP : Terre de passion IGP Méditerranée, vignobles du Roy René, Lambesc
Vin blanc IGP : cuvée tradition IGP Méditerranée, domaine Richeaume, Puyloubier
Huile d’olive AOP fruité vert vierge extra : AOP Provence château Montaurone, Saint-Cannat
Huile AOP d’olive maturée fruité noir : AOP Provence château Calissanne, Lançon-Provence
Miel de Garrigue IGP Provence :  les Ruches du Roy à Simiane-Collongue
Bière blonde :  Pacific Ale, brasserie artisanale de Provence à Rousset
Bière ambrée :  Thymbrée, brasserie Epicentre à Pertuis
Bière blanche : Gaby brasserie Zoumaï, Marseille
Calissons d’Aix :  calissons aux amandes de Provence, confiserie du Roy René, Aix-en-Pce.

Bollène

Le bronze pour Révélations. Installée dans le petit village de Bollène, l’épicerie Révélations gérée par le torréfacteur Nicolas Avon, a remporté la médaille de bronze au concours des Quintessences 2024 ! Cette distinction sera officialisée lors du salon Gourmet international qui se tiendra en septembre à Paris. « Chez Révélations, nous avons créé un lieu unique mêlant épicerie fine, bar à vin et salon de thé avec une offre de petite restauration atypique, où nos produits locaux et régionaux sont à l’honneur. Nous avons à cœur de cultiver une atmosphère chaleureuse et accueillante, propice aux échanges et aux liens sociaux », se réjouit Nicolas.
6, place Henri-Reynaud de la Gardette, 84500 Bollène ; infos au 04 90 61 86 53.

Suis-nous sur les réseaux

La Barasse

Les halles de producteurs de la Barasse fêtent leurs 5 ans. Rendez-vous jeudi 13 juin pour retrouver une trentaine de paysans-producteurs. De 17h à 19 heures, goûter offert : jus de fruit frais ou sirop, biscuits colorés d’Emacréa, et des fruits. Grande tombola gratuite, avec des produits du marché à gagner et ambiance musicale. Les halles de la Barasse, ont accueilli près de 40  000 visiteurs en 5 ans (en intégrant la fréquentation du début de saison 2024 de mars à juin). + 20% de fréquentation en 2023 par rapport à 2022. Et un très bon début de saison 2024. Le marché des 5 ans sera le 165e marché organisé depuis l’ouverture en 2020 avec près de 200 tonnes de produits vendus depuis 2020 (dont 70 tonnes en 2023). Plus de 750 000 € de chiffre d’affaire ont été générés depuis 2020 (270 000 € pour 2023). 58 paysans ou artisans ont participé à au moins 1 marché depuis 2020. En 2024 : 27 producteurs ou artisans se relaieront sur la saison. Les producteurs exercent dans un rayon de 45 km autour de Marseille depuis 2020.

Magazine

Le chef de l’Agape, Julien Gleize confiné à Avignon : « La reprise sera difficile »

« Je ne regarde guère les infos, je lis un peu le Point et je regarde très peu la télé ». Se détacher du flot continu d’infos pour ne plus les subir et vivre au mieux le confinement. Voilà la recette de Julien et Anne Gleize, les propriétaires de l’Agape à Avignon. Si le chef reconnaît vivre une situation compliquée, il affirme néanmoins garder « la pêche mais avoir peur. Heureusement qu’il y a les soignants, que serait-on sans eux », reconnaît-il. Le cuisinier et sa famille vivent enfermés depuis un mois « parce qu’au mieux on respectera le confinement au plus tôt on en finira » affirme-t-il. Confinement et déconfinement, pertes financières, interrogations sur le devenir touristique d’Avignon… le cuisinier se confie au Grand Pastis.

Julien Gleize
Julien Gleize confiné à la maison prépare des œufs à la Florentine : le moral passe aussi par l’assiette

Le Grand Pastis : Comment se sont déroulées les heures qui ont suivi la fermeture du restaurant dans la nuit du 14 au 15 mars ?
Julien Gleize : On s’en doutait un peu quand on a prévenu que les enfants ne retourneraient pas à l’école, on a senti le vent tourner. On était en plein service, le samedi soir quand la femme de mon second qui était à la maison et venait de regarder la télé nous a téléphonés pour nous dire que le restaurant devait fermer à minuit. Le dimanche 15, on est allé déjeuner chez des amis producteurs et tout le monde était assommé. Les jours qui ont suivi, on a fait le ménage au restaurant, on a tout rangé et le mardi à midi, à l’annonce de l’ouverture du confinement… On a fermé. Là, sur le chemin de retour à la maison, j’ai senti qu’il se passait vraiment quelque chose.

Comment vivez-vous ces heures avec l’équipe ?
Ça fait 11 ans que je travaille avec mon second et 10 ans avec le chef pâtissier, ce restaurant, c’est comme un autre bébé. Il a grandi avec nous. Avec le personnel, nous avons noué des relations semblables à celles d’une famille, on discute beaucoup, bien sûr on a nos coups de gueule mais tout est question d’adaptation les uns avec les autres. On se téléphone tous les jours, ou un jour sur deux ; j’aime la nature de ces liens avec mes gars, il y a une bonne entente entre nous et j’essaie de garder nos liens soudés.

Comment envisagez-vous les prochains jours, les prochaines semaines ?
La priorité absolue, c’est que tout le monde soit en bonne santé et le confinement reste une priorité. Après, le chef d’entreprise dira que j’avais deux mois de trésorerie disponible ; deux mois de confinement auront suffi à engloutir 6 années de travail. Les salariés sont tous en chômage technique mais je ne trouve pas normal qu’on ne leur verse que 80% de leur salaire net, je le dis. Si les salariés se sentent aujourd’hui lésés, demain, quand il faudra travailler ça va compliquer les choses. Alors moi, je leur ai maintenu leur salaire en mars et je vais essayer de le maintenir en avril. Notre perte de CA s’élève à 80 000 € ; certes le loyer et les charges sont suspendus, mais ils ne sont que suspendus… Julien Gleize
Je vais être obligé de souscrire un prêt pour redémarrer… On a mis 6 ans pour tenir debout et c’est dur de refaire des prêts. Mon sentiment, c’est que j’ai 48 ans et que je travaille depuis 33 ans. En deux mois, je viens de réaliser combien notre monde est fragile, la situation économique m’inquiète, c’est sûr.

Quels sont les échos qui vous viennent de vos fournisseurs ?
Il y a des situations diverses. Certains se sont organisés pour livrer des particuliers, pour d’autres c’est beaucoup plus compliqué car ils ne travaillaient qu’avec les restaurants, ils se battent, c’est très compliqué.

Comment se vivent les choses à Avignon ?
Je n’ai été joint ni par la mairie, ni par le département. Je garde le contact avec quelques confrères, on s’envoie des messages de soutien, et s’il y a des initiatives, je n’ai pas été mis au courant. Aujourd’hui, je prie pour que le festival d’Avignon ait lieu et je me demande ce que pourraient faire la mairie ou le département dans une crise planétaire. Agir à plusieurs ? Ça me semble compliqué car nous n’appartenons pas tous à la même génération et avons des objectifs divergents.

Le festival c’est important pour vous ?
D’avril à octobre, ce sont mes plus gros mois de l’année, ce serait super de recommencer à travailler durant cette période. Je le répète, ma grande peur, c’est l’annulation du festival car il pèse pour deux mois de chiffre d’affaires, c’est une période où on travaille différemment, c’est un événement qui fait parler de la ville. Il faut que les Français partent en vacances en France cette année sinon, on perdrait en plus une année de tourisme.

Dans l’idéal, que souhaitez-vous ?
J’attends impatiemment la réouverture. Je ne comprends pas que les assurances refusent de sous aider alors qu’elles sont assises sur de confortables matelas financiers. A mon petit niveau, je ne veux pas endetter plus encore mon pays mais j’ai huit salariés, nous sommes combien en France, comme moi, à créer des emplois ? Dans l’idéal, si on pouvait me rembourser un mois de chiffre d’affaires, ce serait pas mal ; ce n’est pas un argent que je me mettrais dans la poche, ça me permettrait de redémarrer. La reprise va être très compliquée pour nous tous et pis encore pour ceux qui étaient déjà ric-rac…

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.