Art de vivre

Leon Cocktail Bar, tous les plaisirs du cocktail à domicile

“Un bon cocktail c’est avant tout la bonne réponse apportée aux goûts du client. Un bon cocktail c’est un équilibre entre les mélanges et les doses, c’est oublier des phrases toutes faites du style : – Si c’est fort c’est que c’est bon’. Un bon cocktail, c’est primordial, doit être servi avec le sourire”. En quelques mots, le Cassidain Frédéric Laurence résume avec enthousiasme sa passion pour le cocktail et son cahier des charges. Le jeune bar tender a fondé son entreprise Léon cocktail bar le 26 août 2019 et court la région Provence-Alpes Côte d’Azur, avec quelques incursions à Montpellier, en Languedoc, pour y distiller la bonne parole. Leon Cocktail bar

Leon Cocktail Bar propose aux privés comme aux entreprises, un service sur-mesure, de l’animation du bar lors d’un mariage ou d’un événement familial, aux ateliers thématiques (comment faire ses sirops, la gestuelle du cocktail, les rudiments). “Le sur-mesure, j’adore ça” souffle Laurent qui reconnaît que 80% des demandes portent sur les mariages. Peu porté sur les études, le jeune entrepreneur a débuté sa carrière à 18 ans dans une boîte de Monaco pendant 5 ans. Riche de cet expérience, il s’exile ensuite à Paris, rue Montmartre avant de revenir en principauté exercer 2 ans. C’est à Sydney, lors d’un séjour australien de 2 ans, qu’il se familiarisera et se perfectionnera dans les gins autochtones, l’incitant à imaginer un gin tonic “à ma façon”, envisagé sous un angle plus contemporain : – Il y a plein de nouveaux tonics et de variantes de gins qui ouvrent les portes de la créativité” estime Frédéric Laurent.

“La tendance est à l’amertume. De la Suze, du sirop de verveine, du muscat et du tonic… C’est une merveille”

Frédéric Laurence du Leon Cocktail Bar

Si le bar et la cuisine ont de nombreux points communs, le barman voient en eux des recettes déclinables à l’infini : – Comme en cuisine, les gens raffolent du visuel ; le cocktail doit impressionner d’abord et donner du plaisir ensuite”. Revenant sur le comportement du barman, Frédéric Laurence estime qu’il doit combiner savoir-faire et savoir-être. “Il faut créer du lien et susciter l’empathie” assure celui que l’on croise occasionnellement au Gaspard, au Carry nation ou chez Copper Bay à Marseille. Quant à la tendance du moment, elle est aux amers, portés par des alcools mythiques tels la Suze ou le Campari. La mode est un éternel recommencement.

Infos contacts Leon Cocktail Bar Instagram @leon_cocktail_bar et 06 16 57 65 77.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Abonnez-vous à notre newsletter

Vite lu

In memoriam.- Claude Criscuolo s’est éteint samedi 23 janvier dernier, à 79 ans, victime de la Covid-19. Cette figure de la nuit marseillaise était le fils de Vincent qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, avait fondé la pizzéria éponyme dans le quartier des Cinq Avenues à Marseille. Claude avait pris la succession de son père en 1977 transformant ce restaurant de quartier populaire en rendez-vous du Tout-Marseille où comédiens, chanteurs et politiques se pressaient. Les années 70 et 80 marqueront son heure de gloire, les stars de l’OM, Johnny Hallyday et autres chanteurs qui venaient de se produire sur scène, rejoignaient la pizzéria pour y dîner et festoyer jusqu’à très tôt le lendemain matin… Claude avait quitté le restaurant en 2003 pour se consacrer à bien d’autres passions. Linda, sa veuve, ses enfants Isabelle, Marie, Thomas et Stéphane ainsi que tous ses proches pleurent aujourd’hui la dernière “figure” de Marseille.

Terre Blanche annonce la nomination de Christophe Schmitt au poste de chef des cuisines.- Le Resort de Terre Blanche Hotel Spa Golf Resort 5 étoiles, a nommé Christophe Schmitt au poste de chef pour prendre les rênes des différents restaurants, dont Le Faventia, étoilé au guide Michelin (le guide rigolo qui décerne des étoiles aux restaurants fermés). Christophe Schmitt succèdera ainsi au Chef étoilé et meilleur ouvrier de France, Philippe Jourdin, qui prend sa retraite et dont il était le second, pour perpétuer une cuisine aux saveurs du Sud. Dans la continuité de cette philosophie qui allie tradition et touches innovantes, Christophe Schmitt proposera une cuisiné axée sur les meilleurs produits locaux rendant hommage au terroir. “C’est un honneur pour moi et un très grand défi de succéder à Philippe Jourdin. A Terre Blanche, ce Mof a marqué l’histoire de la gastronomie, et il m’a aussi beaucoup appris. C’est avec beaucoup d’émotion que je lui succède aujourd’hui, plus que jamais conscient des responsabilités qu’il me lègue” a déclaré Christophe Schmitt.