Marseille

► Les réservations pour dîner sur l’île Degaby sont ouvertes. De mai à octobre, l’île Degaby accueille un restaurant et un bar éphémères, une première dans l’histoire séculaire de ce fortin construit pour une vedette de music-hall au début du XXe siècle. Le restaurant proposera tout l’été  une cuisine tournée vers la Méditerranée, faisant la part belle à la saison, aux producteurs et artisans de la région. Des plats signatures pourront être partagés accompagnés d’une carte de vins sélectionnés avec soin. La réservation est indispensable afin d’assurer le transport en bateau. La carte proposera 3 entrées, 3 plats et 3 desserts, ainsi que des plats signature pensés comme des pièces à partager.C’est Sébastien Dugast qui assurera la partition comestible.

Originaire de Nantes et après avoir bossé dans des restaurants étoilés, il fut un temps le chef de la SMA Stéréolux à Nantes où il a pu associer ses deux passions, la cuisine et la musique. Après avoir roulé sa bosse en Auqstralie et aux USA, il s’installe à Marseille en 2012 au côté de Gérald Passédat au Môle, au cœur du Mucem. Attaché aux techniques de la cuisine traditionnelle française, Sébastien Dugast cherche la simplicité dans le travail du produit rigoureusement choisi. La maîtrise des cuissons et des jus sont fondamentaux pour lui. En 2021, Sébastien Dugast co-crée Mensa avec Romain Nicoli. Ils accompagnent l’île Degaby depuis 2023 pour la création de son bar et de son restaurant.
• Pour réserver vos soirées, c’est ici.

► Ouverture de la citadelle le 4 mai Après avoir ouvert temporairement l’été dernier (elle était fermée au public depuis plus de 350 ans !), la citadelle autrement connue sous les noms de Fort Saint-Nicolas ou Fort d’Entrecasteaux, ouvre ses portes au grand public, et cette fois de façon pérenne. Cet été, de nombreux évènements attendront les visiteur : visites théâtralisées, concerts, escape games, accès aux jardins, le tout avec bar et  un restaurant qui seront dorénavant ouverts toute l’année.

Camille Gandolfo wanted. Mais où est passée Camille Gandolfo ? Depuis son départ du restaurant de l’hôtel des Bords de Mer, Camille Gandolfo ne répond à aucune sollicitation. Nul ne sait où elle est, ni ce qu’elle fait. Alors, pour calmer ceux qui s’inquiètent, sachez que Camille Gandolfo prendra la direction des cuisines de « la Marine des Goudes » rachetée par Paul Langlère (Sépia) et ses associés du Cécile, le sandwich club du quartier de Malmousque. Ouverture prévue début juin mais n’en parlez à personne, c’est confidentiel.

Suis-nous sur les réseaux

5e Arrondissement Marseille Restaurants en Provence

Maison Lê, inspirations vietnamiennes à la Plaine

Maison Lé, restaurant de La Plaine à Marseille

C’est une adresse très curieuse, qui propose le matin un petit-déjeuner composé de tartines beurrées et confiture, café et jus d’orange, et se transforme, au déjeuner, en adresse d’inspirations vietnamiennes. En ce jeudi, jour de marché à la Plaine, les forains ont quasiment fini de plier bagages et les terrasses, dont celle de la Maison Lé, reprennent leurs droits en plein soleil. En salle, beaucoup de voisins et de riverains sont venus tirer la chaise. L’ardoise annonce des poireaux brûlés-vinaigrette miso-sésame furikake (condiment japonais usuellement travaillé avec le riz), un porc au caramel-riz thaï et un chou pak choï-purée de carottes, kimchi et riz thaï. La bonne humeur est partout, la lumière éclaire cette salle au décor mi-bistrot mi-asiat’, repeinte récemment.

les palourdes au lait de coco de Maison Lé à MArseille

La curiosité est trop forte, comment résister à cette sauce magique qui assaisonne une salade vietnamienne composée de carottes, coriandre, cerfeuil, oignos et cacahuètes ? « On a deux vinaigres et puis… c’est magique », sourit la serveuse qui veut garder pour elle sa magie. En tout cas, c’est frais,  équilibré et ça fait évoque les garnitures de banh mi. Ne surtout pas s’arrêter en si bon chemin et poursuivre avec des palourdes au lait de coco-citronnelle et riz thaï. Un bijou dans le genre, un peu trop salé mais très harmonieux avec le riz blanc, collant comme il faut. Sur les tables, des bouteilles de blanc (IGP Oc, chardonnay 2022 du domaine de Saumarez dans l’Hérault) et ce rouge que nos voisins ont choisi pour trinquer, un Vignes de Jo 2021 (VDF, bio) du domaine de Fontavin. Un rouge vauclusien sur le fruit, friand et réglissé… Un excellent rapport qualité-prix (mais qu’on a oublié de relever).

Maison Lê pour les banh mi aussi

Et pour prolonger le plaisir, pas de cheesecake banane ni de moelleux choco-gingembre, non. Le bol de perles de tapioca-maïs et cacahuètes au lait de coco sera parfait pour sa légèreté, sa fraîcheur et sa saveur douce mais pas sucrée. Un excellent dessert que vous partagerez à deux. Alors faut-il aller chez Maison Lé ? Oui bien sûr car ce sont des êtres humains souriants qui vous accueillent et vous servent. Parce qu’on n’est pas dans le show et que le rapport qualité-prix est très satisfaisant. Oui parce qu’on peut y grailler un simple banh mi aux boulettes de porc ou prendre un vrai repas. Et oui enfin, parce qu’ici, il n’y a pas à supporter les conversations des habitants de la rue Montorgueuil et des Batignolles qui trouvent Marseille « trop ouf parce qu’ici vous avez le soleil et les calanques ».

Maison Lê, 40, place Jean-Jaurès, Marseille 1er arr. ; infos au 04 84 26 10 29. De 10 à 30 €.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.