Art de vivre

Le top quatre des adresses pour boire un café à Marseille

Quelle est la recette d’un bon expresso ? Il n’y en a pas. Ce qui compte, c’est le moment qu’on passe, seul ou en famille, avec des amis ou des collègues. Ensuite vient la dégustation et là encore, il n’y a pas de règle, l’idée consistant à aimer ce que l’on aime et pas ce qu’on vous dit d’aimer. Alors pour sacrifier à la mode des « top quelque chose », nous nous sommes creusé la tête pour vous dire quelle sont les trois adresses marseillaises où on boit un petit noir. Nos critères de sélection s’appuient tout à la fois sur la connaissance du métier des patrons, le feeling et le plaisir qu’on a eu à y boire un expresso. Notre top quatre du meilleur café de Marseille serait-il subjectif ? A fond, et alors ? !

Yoann Fisel meilleur café de marseille Le Coogee Yoann Fisel a vécu un an en Australie puis en alternance 6 mois sur douze durant plusieurs années. « Je me fournis auprès d’André Luciani car j’aime travailler avec des gens dont je mesure l’envie, la gentillesse et la connaissance du produit, assure Yoann, 29 ans au compteur. J’adore aller dans sa torréfaction, lui et moi, ce sont deux générations différentes ». Conscient que le Français a une approche très différente du café des Australiens (« là-bas on trimbale son café dans la rue et on mange des choses avec »), ou des Italiens (« à Milan, on prend le café aussi rapidement que le métro. N’importe où, n’importe quand, une gorgée et voilà »), le fondateur de Coogee ne se revendique pas barista et n’aime guère qualifier son « lieu » de coffee shop. « C’est ma maison, mon monde ultra personnel, je bosse ici avec ma soeur », dit-il. Son expresso, c’est un 100% arabica « moins caféiné que celui des bars alentour » ; testé et approuvé.
100, bd Baille, Marseille 5e arr. Infos au 06 86 57 52 22.

meilleur café de marseille Deep Deep C’est le dernier arrivé sur la place : Tony Collins, un franco-américain qui a vécu à New York, Paris et Los Angeles, souhaitait ouvrir un coffe shop à Brooklyn. En parallèle, Tony mène une carrière de DJ et de producteur, court le monde pour y distiller un son aussi velouté que ses cafés. Une sélection de viennoiseries et sucreries vegann, des étagères chargées de machines, filtres et autres mugs, des magazines et mooks branchés… C’est un peu tout ça Deep. A l’accueil aussi, Adrien le complice de la première heure et une clientèle bobo qui reste baba devant tant de bonnes choses.
15, rue Glandevès, 1er arr.

café x café meilleur café de marseille Café x Café Cyril Verde a ouvert son tout petit, tout mini espace en novembre dernier. Plasticien et parisien d’origine, c’est à Marseille que Cyril voulait s’installer et assouvir sa soif de café : « Il y a dans le café une dimension sociale et une part de créativité dans chaque gorgée » assure-t-il. Le goût d’un café dépend des origines du grain, de sa torréfaction, de son mode de préparation : Verde travaille beaucoup sur les méthodes d’extraction. En vitrine, un beau système de verre permet d’extraire la quintessence de la mouture à l’eau glacée en plusieurs heures. Le résultat ? Une essence de café dont on se servira en cuisine, en pâtisserie… Bluffant. Sur une ardoise, Cyril Verde propose plusieurs méthodes douces d’extraction : aeropress, V60, kalita, kinto, chemex… L’homme est intarissable et consulte les goûts de chacun avant de proposer un café sur mesure. « J’ai voulu créer un labo, on expérimente tout le temps » lance-t-il en servant une tasse de café salvadorien velouté au nez acidulé. « Ici, c’est un endroit qui se découvre et les gens viennent une fois puis reviennent », dit Cyril.
2B, rue Fontange, Marseille 6e arr. Infos au 06 95 32 72 98.

7vb café meilleur café de marseille 7VB – 7 vie est belle Dans le quartier où est née Marseille, cette adresse sise entre hôtel de ville et rue Caisserie respire les ambiances anglo-saxonnes à plein nez. Pour preuve, les délicieux cinnamon rolls et addictifs double-croquant qui ne restent guère longtemps sur les comptoirs. Costa Rica, Ethiopie, Guatemala… la carte invite à parcourir le monde et les modes d’extraction réveillent la curiosité. Adresse paisible pour se retrouver entre amis ou en famille en semaine avec un petit rab le dimanche, entre 13h et 17 heures.
9, rue Caisserie, Marseille 2e arr. Infos au 07 69 27 71 45.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

pub jeudi

Suis-nous sur les réseaux

Nécrologie

Jean-Paul Passédat n’est plus.- Le père du chef Gérald Passédat est décédé ce mercredi 10 août à l’âge de 88 ans, dans son sommeil, à son domicile de Marseille. Jean-Paul Passédat était le deuxième maillon d’une chaîne dont les premières attaches datent de 1917. Germain Passédat, père de Jean-Paul et grand-père de Gérald, est alors propriétaire d’un bar-tabac. Un matin, par hasard, une baronne entre dans le bar pour utiliser le téléphone et informer son notaire de la mise en vente de son bien arrimé à la roche blanche de l’anse de Maldormé. «Pas la peine de chercher, je vous l’achète», aurait lancé Germain Passédat. La saga familiale s’écrit ensuite avec la création d’un restaurant qui aura la mer et les îles du Frioul pour décor. La villa Corinthe est débaptisée et devient Le Petit Nice pour attirer une clientèle huppée, la ville des Alpes-Maritimes étant alors très à la mode. Germain s’installe avec sa femme, Lucie, cantatrice et muse des frères Lumière, les inventeurs du cinématographe, dont des photos ornent les murs du restaurant. Des célébrités comme Pagnol ou Fernandel hantent les lieux qui, à la mort de Germain, sont repris par son fils Jean-Paul. Chanteur d’opéra, il tourne le dos à sa carrière pour se consacrer à la gastronomie avec sa femme Albertine. Il transforme le Petit Nice en hôtel de standing, creuse une piscine d’eau de mer, et gagne une étoile au Michelin en 1977 puis une seconde en 1981. À l’aube du nouveau millénaire, son fils unique Gérald Passédat revient dans le giron familial et décroche sa 3e étoile en 2008 avec une cuisine radicalement différente de celle de son père. Jean-Paul, lui, continuera à vivre au Petit Nice dans lequel il avait un appartement.