Marseille

► Soirée raclette à Notre-Dame-de-la-Garde Pour contribuer au financement des gros travaux d’entretien de la basilique, le père Espinosa, recteur du sanctuaire, et l’équipe qui gère le Restaurant, ont eu l’idée d’organiser des dîners dont l’intégralité des bénéfices est reversée à l’entretien du site. Chaque soirée débute à 19h par une visite privée de la crypte et de la basilique suivie, à 20 heures, d’un apéritif, puis du dîner (50 € par personne). Pour répondre aux morsures du froid hivernal, une soirée raclette est organisée le jeudi 7 mars en partenariat avec la fromagerie La Meulerie. Le dîner fondant et délicieusement parfumé sera servi sur une seule et longue table unique. Bonne humeur garantie.
• Pour la soirée raclette du 7 mars, s’inscrire ici.

Suis-nous sur les réseaux

Solidarité

► Dîners Sans Fourchette Le concept des dîners Sans Fourchette a été développé au profit des personnes victimes de troubles de la mémoire, des victimes d’Alzheimer, de sclérose en plaques ou de Parkinson. Dans l’évolution de leur pathologie, beaucoup de malades ne parviennent plus à se servir de leurs couverts et en viennent au geste premier, celui qui consiste à pincer l’aliment entre le pouce et l’index pour le porter à la bouche. Les malades ont aussi le droit de se régaler, d’aller au restaurant, de sortir, de rencontrer l’autre et de partager leur joie ; avec ces dîners, c’est le restaurant qui doit s’adapter à eux. Participer aux Dîners Sans Fourchette c’est contribuer à faire vivre l’association Mémoire et Santé qui les organise… pour sortir de l’isolement.
• À Paris le mercredi 28 février école de Paris des métiers de la table et le 6 mars ; à Toulon au lycée Anne-Sophie Pic le mercredi 13 mars : à Marseille le mardi 19 mars au lycée hôtelier J.-P.-Passédat ; à Sisteron le jeudi 21 mars à l’école hôtelière et le mercredi 3 avril à Marseille au restaurant Le République.

Magazine

Mélodie Taisne signera en septembre la vente de l’Opéra Zoizo

L'Opéra Zoizo et Mélodie Taisne, une image qui appartient au passé

« Il est temps pour nous de tirer notre révérence. C’était une idée folle, ça aura été fou. D’une ancienne maison close on a fait un Zoizo flambant. De la food, comme on dit pour être cool, de la super bonne food. » C’est avec quelques lignes émouvantes que Mélodie Taisne a annoncé la vente de son restaurant, l’Opéra Zoizo, ouvert voilà 4 ans, rue Beauvau. « J’ai vécu une super expérience mais je vous avoue franchement, je suis fatiguée » explique la jeune maman d’Emile, 8 mois au compteur. En avril dernier, un duo de jeunes entrepreneurs avait proposé à Mélodie de racheter l’Opéra Zoizo « mais j’ai alors dit non. Et dans la foulée, mon chef est parti, ça a été le coup de trop car je ne me voyais pas tenir la barre sans lui. J’y ai vu le signe qu’il fallait céder et partir. J’espère que les gens garderont une belle image »...

La restauratrice porte un regard fatigué sur un milieu qu’elle a abordé, il y a quelques années, pensant qu’il était constitué de gens bienveillants : – Je ne veux pas que ce que je dis soit récupéré politiquement, mais je trouve le climat social pesant, les émeutes m’ont porté encore un coup trop violent. Peut-être y a-t-il trop de restaurants ? D’un côté, cette profusion de l’offre c’est bien pour la ville mais moi, je regarde arriver de grands groupes avec lesquels on ne peut pas se mesurer… Ça aussi ça me mine ».

« La restauration, c’est devenu un univers de dingues »

Mélodie Taisne

Un état de fatigue qui contraste avec le palmarès de la jeune femme qui a été portée par la sphère médiatique, référencée au Fooding et au guide rouge mais ça n’a pas suffi… « J’aime les belles et bonnes choses, je ne connaissais pas ce monde de la restauration et encore moins celui des notes, de l’Instagram, des étoiles… C’est très très dur ce mode de consommation des restaurants ». Quand certains ne pensent qu’à accueillir une présentatrice météo de Canal+ ou d’autres tombent dans les pommes parce qu’un couturier s’est selfisé dans leur resto, Mélodie, elle, ne pensait qu’aux assiettes.

« Des comportements de neurochirurgiens qui sauvent des vies »

« J’ai eu dela chance de bosser avec 3 chefs de talent mais je vois d’autres cuisiniers qui ont des comportements de neurochirurgiens qui sauvent des vies, je vois des restaurateurs qui se prennent pour les sauveurs du monde… Des chefs, serveurs et restaurateurs qui ont oublié que nous ne faisons que servir à manger, il faut se calmer ! ». Mélodie parle avec beaucoup de douceur, elle a les larmes aux yeux et sa voix tremble. « J’ai plein de regrets, mais ça a été trop dur », dit elle.
« Merci à tous d’avoir été là. Ceux qui ont fait à manger, ont servi, ont mangé, ont ri, ont rentré la terrasse, n’ont rien fait mais ont souri.C’était si dur mais grâce à vous c’était fou. Venez fêter avec nous l’envol de Zoizo, le 2 septembre, all day long. Vous assisterez en direct à la remise de la flamme du Zoizo aux nouveaux, et ça promet, je vous promets ». Quand un restaurant fait l’unanimité pendant 4 ans, on n’a aucun regret. On a la joie de passer à autre chose surtout au moment où on le décide soi-même. Mélodie Taisne a réussi même son départ… La classe.

Photo Instagram Bureau APO

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.