Magazine

Même avec des restaurants fermés, les chefs sur le front solidaire

Yohann de Kérimel, Anthony Germani, Kota et Jérémy Bigou

Vendredi soir, 27 novembre, le restaurant Un Petit Cabanon organisera une distribution de soupes et repas à l’initiative du chef Anthony Germani et de Yohann de Kérimel. Aux deux hommes s’associeront d’autres personnalités à l’instar de Jérémy Bigou et de toute l’équipe du restaurant Péron. “C’est Anthony Germani qui a eu l’idée de ce moment de partage, explique Yohann de Kérimel.  Anthony a assisté à une distribution alimentaire organisée par Jérôme Benoît dans ses restaurants, Chez Mémé et Il Capriolo, et il en est revenu bouleversé avec l’envie de faire quelque chose nous aussi”.
Dans la foulée, c’est toute l’équipe du restaurant Péron qui s’est jointe au mouvement et d’autres soutiens se sont déclarés : Martine Tardieu et ses paniers, le magasin Métro de La Valentine, l’équipementier professionnel Chomette (Jacques) et Ludivine (boulangerie éponyme boulevard Notre-Dame). “Nous nous sommes rapprochés de Gaston Mendy, de l’association Prendre un Enfant par la Main qui nous a expliqué la problématique liée au confinement et l’absence de bénévoles dans les rues au-delà de 21 heures”, explique Yohann de Kérimel.

“Même si ça donne le sourire à une seule personne, on aura réussi le truc”

Anthony Germani

“Nous sommes tous partants à l’idée de distribuer des repas à tout le monde” avance Anthony Germani. “Nous voulons réunir toutes les classes sociales, des petits employés, des cadres, des indépendants… Tout le monde a besoin d’unité, de recréer du lien social, complète Yohann de Kérimel. Clairement, toutes les opérations de solidarité, menées par Jérôme Benoît et Jérémy Bigou, avec l’équipe de Péron, qui distribuent des soupes et du pain, Michel Portos, les membres de Gourméditerranée et tant d’autres qui ne communiquent pas forcément, ce sont autant d’élans de solidarité qui font l’honneur de Marseille”.

“Parfois, lorsque je vois des gens tendre la main, je me mets à leur place car nous, les chefs, on ignore de quoi sera fait notre avenir… Personne n’est à l’abri et on peut basculer du jour au lendemain, c’est pourquoi il nous faut agir, reconnaît Jérémy Bigou qui poursuit : – Je ressens un excès de générosité en moi”. Vendredi soir, la petite équipe installera des tables devant Un Petit Cabanon pour une distribution sur place et l’association Prendre un Enfant par la Main entamera des maraudes pour distribuer des soupes aux gens dans la rue. “Ce n’est pas un one shot, prévient Yohann de Kérimel. Cette opération sera reconduite tout le mois de décembre et on essaiera d’inviter des personnalités pour faire du battage et faire parler”.
“On ne demande pas d’argent, prévient Bigou. On demande de l’investissement humain, on veut fédérer et unir”. L’appel est lancé, rejoignez le mouvement !

Un Petit Cabanon, 63, avenue Robert-Schuman, Marseille 2e arr. Contacts et infos au 07 82 37 38 70

Prendre un Enfant par la Main

Prendre un enfant par la main

L’association est présidée à Marseille par Gaston Mendy, “une montagne de gentillesse et de bienveillance”, souligne Yohann de Kérimel qui insiste pour citer Juliette et Nico, de la boîte de nuit “le Pablo”, Corentin, Nanou, France, Abdou, Patricia, Salima, Linda, Amy, Farah et bien d’autres. Leur dévouement est exemplaire à plus d’un titre. Des gens incroyables de générosité.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Abonnez-vous à notre newsletter

Vite lu

In memoriam.- Claude Criscuolo s’est éteint samedi 23 janvier dernier, à 79 ans, victime de la Covid-19. Cette figure de la nuit marseillaise était le fils de Vincent qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, avait fondé la pizzéria éponyme dans le quartier des Cinq Avenues à Marseille. Claude avait pris la succession de son père en 1977 transformant ce restaurant de quartier populaire en rendez-vous du Tout-Marseille où comédiens, chanteurs et politiques se pressaient. Les années 70 et 80 marqueront son heure de gloire, les stars de l’OM, Johnny Hallyday et autres chanteurs qui venaient de se produire sur scène, rejoignaient la pizzéria pour y dîner et festoyer jusqu’à très tôt le lendemain matin… Claude avait quitté le restaurant en 2003 pour se consacrer à bien d’autres passions. Linda, sa veuve, ses enfants Isabelle, Marie, Thomas et Stéphane ainsi que tous ses proches pleurent aujourd’hui la dernière “figure” de Marseille.

Terre Blanche annonce la nomination de Christophe Schmitt au poste de chef des cuisines.- Le Resort de Terre Blanche Hotel Spa Golf Resort 5 étoiles, a nommé Christophe Schmitt au poste de chef pour prendre les rênes des différents restaurants, dont Le Faventia, étoilé au guide Michelin (le guide rigolo qui décerne des étoiles aux restaurants fermés). Christophe Schmitt succèdera ainsi au Chef étoilé et meilleur ouvrier de France, Philippe Jourdin, qui prend sa retraite et dont il était le second, pour perpétuer une cuisine aux saveurs du Sud. Dans la continuité de cette philosophie qui allie tradition et touches innovantes, Christophe Schmitt proposera une cuisiné axée sur les meilleurs produits locaux rendant hommage au terroir. “C’est un honneur pour moi et un très grand défi de succéder à Philippe Jourdin. A Terre Blanche, ce Mof a marqué l’histoire de la gastronomie, et il m’a aussi beaucoup appris. C’est avec beaucoup d’émotion que je lui succède aujourd’hui, plus que jamais conscient des responsabilités qu’il me lègue” a déclaré Christophe Schmitt.