Magazine

Même avec des restaurants fermés, les chefs sur le front solidaire

Yohann de Kérimel, Anthony Germani, Kota et Jérémy Bigou

Vendredi soir, 27 novembre, le restaurant Un Petit Cabanon organisera une distribution de soupes et repas à l’initiative du chef Anthony Germani et de Yohann de Kérimel. Aux deux hommes s’associeront d’autres personnalités à l’instar de Jérémy Bigou et de toute l’équipe du restaurant Péron. “C’est Anthony Germani qui a eu l’idée de ce moment de partage, explique Yohann de Kérimel.  Anthony a assisté à une distribution alimentaire organisée par Jérôme Benoît dans ses restaurants, Chez Mémé et Il Capriolo, et il en est revenu bouleversé avec l’envie de faire quelque chose nous aussi”.
Dans la foulée, c’est toute l’équipe du restaurant Péron qui s’est jointe au mouvement et d’autres soutiens se sont déclarés : Martine Tardieu et ses paniers, le magasin Métro de La Valentine, l’équipementier professionnel Chomette (Jacques) et Ludivine (boulangerie éponyme boulevard Notre-Dame). “Nous nous sommes rapprochés de Gaston Mendy, de l’association Prendre un Enfant par la Main qui nous a expliqué la problématique liée au confinement et l’absence de bénévoles dans les rues au-delà de 21 heures”, explique Yohann de Kérimel.

“Même si ça donne le sourire à une seule personne, on aura réussi le truc”

Anthony Germani

“Nous sommes tous partants à l’idée de distribuer des repas à tout le monde” avance Anthony Germani. “Nous voulons réunir toutes les classes sociales, des petits employés, des cadres, des indépendants… Tout le monde a besoin d’unité, de recréer du lien social, complète Yohann de Kérimel. Clairement, toutes les opérations de solidarité, menées par Jérôme Benoît et Jérémy Bigou, avec l’équipe de Péron, qui distribuent des soupes et du pain, Michel Portos, les membres de Gourméditerranée et tant d’autres qui ne communiquent pas forcément, ce sont autant d’élans de solidarité qui font l’honneur de Marseille”.

“Parfois, lorsque je vois des gens tendre la main, je me mets à leur place car nous, les chefs, on ignore de quoi sera fait notre avenir… Personne n’est à l’abri et on peut basculer du jour au lendemain, c’est pourquoi il nous faut agir, reconnaît Jérémy Bigou qui poursuit : – Je ressens un excès de générosité en moi”. Vendredi soir, la petite équipe installera des tables devant Un Petit Cabanon pour une distribution sur place et l’association Prendre un Enfant par la Main entamera des maraudes pour distribuer des soupes aux gens dans la rue. “Ce n’est pas un one shot, prévient Yohann de Kérimel. Cette opération sera reconduite tout le mois de décembre et on essaiera d’inviter des personnalités pour faire du battage et faire parler”.
“On ne demande pas d’argent, prévient Bigou. On demande de l’investissement humain, on veut fédérer et unir”. L’appel est lancé, rejoignez le mouvement !

Un Petit Cabanon, 63, avenue Robert-Schuman, Marseille 2e arr. Contacts et infos au 07 82 37 38 70

Prendre un Enfant par la Main

Prendre un enfant par la main

L’association est présidée à Marseille par Gaston Mendy, “une montagne de gentillesse et de bienveillance”, souligne Yohann de Kérimel qui insiste pour citer Juliette et Nico, de la boîte de nuit “le Pablo”, Corentin, Nanou, France, Abdou, Patricia, Salima, Linda, Amy, Farah et bien d’autres. Leur dévouement est exemplaire à plus d’un titre. Des gens incroyables de générosité.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Vite lu

Les Grandes Tables à lire ! Les grandes Tables (réseau de restaurants à Marseille, Calais, Clermont-Ferrand) viennent d’éditer un livret titré 10+4. Ce 10+4 relate les trois dernières années  marseillaises d’aventures culinaires et artistiques qui s‘inscrivent dans la continuité de cette entreprise initiée en 2006 : raconter les cuisines dans leurs diversités et leurs actualités.
À Marseille à la Friche Belle-de-Mai, à La Criée Théâtre national et au Zef-scène nationale, à Calais au Channel-scène nationale et enfin à Clermont-Ferrand à La Comédie-scène nationale, les grandes Tables dialoguent avec les lieux culturels où elles sont installées et avec leurs territoires. Elles y conduisent des projets culinaires et y inscrivent la cuisine comme une discipline artistique à part entière, qui s’épanouit dans les conversations avec les autres arts. Ce 10+4 vous permettra tout à la fois de découvrir cette belle enseigne et tout ce que ses équipes ont fait toutes ces années avec la très modeste participation du Grand Pastis. A télécharger ici.

jeremy julien au Culti

Le Matière Brut investit le Culti C’est l’un des événements annoncés de l’été prochain : l’équipe du Matière Brut, conduite par Jérémy Julien, annonce son arrivée au sein même du bar-tabac du Roucas-Blanc (Marseille, 7e arr). Avec un vaste jardin, le Culti jouit d’un magnifique espace pour servir déjeuner et dîners dans une ambiance cool comme les aime Jérémy et en totale adéquation avec son répertoire culinaire. On vous en parle dès que la réouverture des restaurants (au moins des terrasses) sera effective.

Cassis, les volets rouges certifiés vert Arnaud et Cédric sont fiers et heureux d’annoncer le changement d’identité de leur maison : l’hôtel du Joli Bois devient l’hôtel les Volets Rouges – Cassis. Le duo a a profité de l’hiver pour se livrer à de nombreuses rénovations “afin de vous apporter toujours plus de confort, de quiétude dans notre bulle de nature au cœur du parc national des calanques, assurent-ils. Et d’ajouter : – Nous venons d’être certifiés par l’écolabel international Clef Verte, ce qui fait de nous le premier hôtel de Cassis à recevoir un écolabel”. Hôtel Les Volets Rouges – Cassis, D559 – route de la Gineste, 13260 Cassis ; infos au 04 42 01 02 68.