Marseille

► Soirée raclette à Notre-Dame-de-la-Garde Pour contribuer au financement des gros travaux d’entretien de la basilique, le père Espinosa, recteur du sanctuaire, et l’équipe qui gère le Restaurant, ont eu l’idée d’organiser des dîners dont l’intégralité des bénéfices est reversée à l’entretien du site. Chaque soirée débute à 19h par une visite privée de la crypte et de la basilique suivie, à 20 heures, d’un apéritif, puis du dîner (50 € par personne). Pour répondre aux morsures du froid hivernal, une soirée raclette est organisée le jeudi 7 mars en partenariat avec la fromagerie La Meulerie. Le dîner fondant et délicieusement parfumé sera servi sur une seule et longue table unique. Bonne humeur garantie.
• Pour la soirée raclette du 7 mars, s’inscrire ici.

Suis-nous sur les réseaux

Solidarité

► Dîners Sans Fourchette Le concept des dîners Sans Fourchette a été développé au profit des personnes victimes de troubles de la mémoire, des victimes d’Alzheimer, de sclérose en plaques ou de Parkinson. Dans l’évolution de leur pathologie, beaucoup de malades ne parviennent plus à se servir de leurs couverts et en viennent au geste premier, celui qui consiste à pincer l’aliment entre le pouce et l’index pour le porter à la bouche. Les malades ont aussi le droit de se régaler, d’aller au restaurant, de sortir, de rencontrer l’autre et de partager leur joie ; avec ces dîners, c’est le restaurant qui doit s’adapter à eux. Participer aux Dîners Sans Fourchette c’est contribuer à faire vivre l’association Mémoire et Santé qui les organise… pour sortir de l’isolement.
• À Paris le mercredi 28 février école de Paris des métiers de la table et le 6 mars ; à Toulon au lycée Anne-Sophie Pic le mercredi 13 mars : à Marseille le mardi 19 mars au lycée hôtelier J.-P.-Passédat ; à Sisteron le jeudi 21 mars à l’école hôtelière et le mercredi 3 avril à Marseille au restaurant Le République.

Art de vivre

« Recettes immorales » à l’Astronef, voyage sonore et nourriture sur scène

"Recettes immorales" sera donné à l'Astronef le 23 février

La littérature et la poésie regorgent de textes sur les plaisirs de la grande bouffe, sur la volupté des vins, sur l’ambiguïté de l’art de la séduction et de sa relation à la bonne chère. Les expressions françaises et synonymes sont légion : on dévore, on avale, on grignote, ingurgite, on s’empiffre, boulotte, bouffe, on déjeune ou on dîne, on goûte, soupe, picore, on engloutit, on se nourrit avec délectation.
Se mettre à table implique une multitude de sous-entendus dans nos imaginaires secrets. Et c’est sur cette frontière floue que le duo formé par Brigitte Cirla et Sébastien Béranger fonde son spectacle. « Recettes Immorales » est une déviation des plaisirs de bouche, explique Sébastien Béranger, musicologue et performeur. Nous nous sommes basés, avec Brigitte Cirla, sur des poèmes, textes et pièces qui traitaient déjà du bien boire et manger avec, toujours, une idée de transgression ».

« C’était important de proposer un spectacle pour tout public, c’est un cinéma pour l’oreille »

Brigitte Cirla et Sébastien Béranger

« On parle plus du désir que de sa réalisation, la dimension poétique est partout », complète Brigitte Cirla. Cette dramatique sonore est un théâtre musical où la narration est portée par les transformations électroacoustiques. Ce spectacle musical en appelle au triptyque toujours suggéré mais jamais mis en œuvre du corps, de la sensualité et de la gastronomie. Vasquez  Montalban, Roland Topor, Charles Beaudelaire, Li Po (poète chinois de la dynastie Tang) ou Omar Khayam se voient enrôlés dans le spectacle, largement inspiré par des notes de dégustation de… whisky. Un gros travail d’électro acoustique a été mis en œuvre, appelant aux objets de la table qui produisent une « matière sonore », à l’instar du solo de canettes de bière ou du carillon de verres à vin joué à l’archet.

La nourriture, c’est trivial, pas théâtral

« La nourriture sur scène, c’est rare car elle est perçue par certains comme triviale, elle empêche la transfiguration, analyse Brigitte Cirla. De même, vous remarquerez que les odeurs sont toujours absentes au théâtre ». « Nous réfléchissons à la possibilité de partager un repas à la fin du spectacle, sur une recette de Montalban, note sébastien Béranger. Mais on ne peut pas jouer pendant que le public dîne car la force de partage et de convivialité du repas détournerait l’attention du public ».

Pensé comme un cinéma pour l’oreille, « Recettes Immorales » dure 50 minutes et a été construit comme un voyage, sorte de menu dont on ignorerait les plats. Attablés, Brigitte Cirla et Sébastien Béranger ont devant eux quelques couverts, des ustensiles de cuisine et des micros. La table est dressée, le déjeuner peut être servi. Le public se laisse haper par la poésie et le jeu statique des deux artistes l’invite à voyager. « Les spectateurs ne sont jamais désemparés et toujours curieux. Chacun s’attend à quelque chose et construit son attente »

« Recettes immorales », dramatique sonore pour voix et électronique live, le 23 février à 20h30. L’Astronef, 118, chemin de Mimet, Marseille 15e. Infos au 04 91 96 98 72. Tarif : 5,50 €.
Photo PlCalt

Les « Recettes immorales » chez vous

Recettes Immorales  est un spectacle portable ! Il peut être aussi mobile qu’une table de camping et on peut le partager avec une multitude de convives. Le dispositif scénique se veut léger pour être diffusé dans des lieux qui ne sont pas forcément spécialisés dans le spectacle vivant : dans les restaurants comme dans les églises, dans les bars et les jardins.

1 Comment

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Spectacle vu au Pic de l’Estaque. Navrée… mais nous sommes ressortis consternés mon ami et moi. L’électro-acoustique nous a bien fait souffrir, gâchant le plaisir des mots.