Magazine

Via Caritatis, les vins pleins de grâces des moines de Sainte-Madeleine du Barroux

« Ils travaillent pour la plus grande gloire de Dieu et cherchent à atteindre la perfection ». Aux confins du Vaucluse, arrimé au mont Ventoux avec les dentelles de Montmirail pour voisines, il y avait-là un prieuré consacré à Sainte Madeleine. Au côté de la petite chapelle, c’est désormais une abbaye qui attire les regards. Fondée à l’orée des années 1970, elle vit désormais au rythme des prières des moins bénédictins qui l’occupent et qui, pour certains, l’ont construite. Car ici, voilà 50 ans, il n’y avait rien. Seul un majestueux paysage de pins, chênes et autres terrasses plantées de vignes qui inspirèrent Dom Gérard, le père abbé fondateur de cette abbaye de style romano-provençal. « Le travail est une prière pour eux, raconte Gabriel Teissier, directeur du développement de Via Caritatis. L’abbaye jouit d’une très grande aura et les gens viennent y prier, écouter les chants, d’autres y séjournent en retraite… », poursuit-il.

Ora et labora

La prière et le labeur, la devise des moines du Barroux

La vie des moines est d’abord vouée à Dieu. Tous réveillés en pleine nuit, ils se retrouvent pour célébrer les matines à 3h30. Suit un temps de prière et de lecture individuelle puis arrive la journée, ponctuée par les laudes, prime, tierce, sexte, none, vêpres, complies, autant de moments de prières mêlés de travail. « Dès les premières heures, à peine arrivés au Barroux, les moines ont travaillé. Dom Gérard tenait à son ancrage paysan d’où sa volonté de cultiver ici la vigne, raconte Gabriel Teissier, un « non moine » et ex-diplomate, responsable du projet Via Caritatis. C’est aux moines qu’on doit les plus grands vignobles de France. Ce sont eux, aussi, qui ont mis au point toutes les techniques en vigueur dans la viticulture actuelle ».

“En Bourgogne, les moines avaient pour habitude de goûter la terre pour juger de la qualité des terroirs. Le visage de la France rurale et la beauté de nos paysages de 2020 ont été façonnés par les monastères”

Alors pour vivre en harmonie avec la nature, les moines ont choisi le vin, « honorant Dieu à travers le travail respectueux de la terre », poursuit Teissier qui précise : – Ils ont entamé une conversion du vignoble en bio en 2015 mais sont sortis volontairement du cahier des charges. D’abord parce que la communauté travaille au-delà des labels et ensuite parce qu’elle considère que l’agriculture biologique n’apporte pas toujours les meilleures solutions à leurs contraintes. Prenez par exemple le cas des vignes touchées par la flavescence dorée. Pour la contrer, le label AB prône l’usage de pyrèthre naturel, produit en Afrique dans des conditions discutables pour les hommes et la nature et qui est très peu sélectif, c’est-à-dire qu’il tue tous les insectes sur la parcelle. A l’inverse, il existe un produit de synthèse -donc non labellisé AB- mais qui est beaucoup plus sélectif et, à ce titre respecte mieux le vivant ».

Un moine est responsable du vignoble, il prend chacune de ses décisions après des heures et des heures de questionnements et de recherche d’informations afin que la production « soit en accord avec leur vision du monde… Et puis, tout leur travail revient, à la fin, au Créateur », explique Gabriel Teissier. En parcourant les vignes, certaines robes de bure bleu ou beige signalent des moines au travail. La robe noire est réservée aux célébrations dans l’église. Ces hommes ont renoncé à la possession et à la volonté, ils acceptent la tâche qui leur est allouée dans un esprit de dépouillement « mais tout ceci se fait en concertation, non sans avoir parlé et échangé au préalable » prévient le directeur du développement de Via Caritatis. De 6 à 7 moines travaillent les 10 hectares de vignes chaque jour auxquels s’ajoutent l’oliveraie. Lorsqu’arrivent les vendanges, c’est toute la communauté qui met la main à la pâte.

« Leur lent et patient travail du vignoble a révélé les exceptionnelles valeurs de ce terroir jusqu’ici négligées »

Gabriel Teissier

Les moines de Sainte-Madeleine du Barroux ont toujours refusé de presser le raisin au sein même de l’abbaye, préférant porter leurs baies chez les Vignerons de la Cave de Beaumont, « afin de garantir à la cave coopérative une activité économique supplémentaire ». Mais au fil des ans, ces mêmes moines ont constaté que les vignerons laïcs, voisins de leurs terres, ne vivaient pas de leur travail ou étaient trop mal rémunérés. Les religieux ont donc eu l’idée de créer Via Caritatis, une entité qui permettrait aux laïcs d’être justement rétribués pour leur travail. Désormais, les Bénédictins mettent l’intégralité de leurs raisins dans Via Caritatis et proposent aux vignerons d’y associer une partie de leur production. Les bénéfices des ventes sont reversés en proportion aux vignerons laïcs qui contribuent à cette entité et gagnent mieux leur vie. « Notre gamme compte Vox en blanc, rosé et rouge, Pax en rouge et Lux en blanc, rosé et rouge, énumère Teissier. La clef de voûte de cet ensemble est une cuvée 100% monastique toujours vendue avec les autres vins de la gamme car ces vins rares et précieux sont au service des autres vins Caritatis ».

Dans les vignes, les observateurs attentifs apercevront de temps à autres des Bénédictines, un couvent s’étant construit à 1,5 km de Sainte-Madeleine voilà plus de 30 ans. « Les abbayes de moniales s’implantent souvent à proximité des abbayes de moines afin de faciliter les échanges et surtout pour faciliter la venue des prêtres qui y officient pour la messe ». Là encore, la ferme viticole des premiers jours a laissé place à un grand bâtiment ceint de vignes lui aussi. A différents moments de l’année, moines et moniales mettent leur travail en commun. Cependant, les sœurs vivent cloîtrées et rarissimes sont ceux qui leur ont parlé. Ora et labora répètent inlassablement ces ouvriers de Dieu qui magnifient la Création. Un travail qui aujourd’hui fait l’unanimité auprès des guides, critiques et autres œnologues qui louent l’exceptionnelle qualité des vins produits au Barroux. C’est Dieu qui doit être content…

Via Caritatis, découvrir et acheter les vins des moines

 
via caritatis

En cette période troublée par les périodes de confinement, la fermeture des restaurants et les incertitudes économiques, les moines du Barroux s’inquiètent de la baisse des ventes de leurs vins dont les bénéfices sont redistibués aux vignerons des communes du Barroux, Malaucène et Beaumont-du-Ventoux. Pour acheter les vins des moines et des paysans du Barroux, plusieurs options s’offrent à vous. 
 Vente directe à la boutique de l’abbaye, 1201, chemin des Rabassières, 84330 Le Barroux. Avant toute visite, téléphoner au 04 90 62 56 31 car la boutique est fermée aux heures des prières.
 Vente en ligne sur le site web de Via Caritatis (via-caritatis.com)
 Points de vente partout en France, en cliquant ici

1 Comment

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aix-en-Provence

Jean-Luc Le Formal n’est plus. 2002-2022, le  plus breton des chefs provençaux a mis 20 ans dans la cité du Roy René pour gravir tous les échelons de la notoriété. Las, ce samedi 3 décembre, le cœur de Jean-Luc Le Formal a décidé de siffler la fin de la partie. Au Grand Pastis qui lui avait demandé s’il avait des regrets, Le Formal avait répondu : – Je n’en ai pas. Il faut assumer ce qui a été fait car on ne peut plus revenir dessus ». Fort de sa devise, « Profiter du moment présent à 100%, vivre et partager sa passion », Jean-Luc Le Formal a vecu pleinement pour la cuisine avec une douleur et une incompréhension : le mutisme du guide rouge à son encontre. Généreux dans le verbe et en actes, solidaire et confraternel, Le Formal tire définitivment le rideau sur son restaurant de la rue Espariat. En ces journées pénibles, chacun pensera à Yvonne sa compagne ; une cérémonie sera célébrée à Aix, jeudi 8 décembre.
Son interview au Grand Pastis.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

L’Isle-sur-la-Sorgue

Œuf mayonnaise. Le concours du meilleur œuf mayo  du monde s’est tenu à Paris le 14 novembre dernier. Le vauclusien Jérémi Fontin est monté sur la deuxième marche du podium, porté par un œuf fermier bio de gros calibre, cuisson en 8 minutes, « dans de l’eau très salée pour garder un jaune orangé et onctueux » révèle le chef de l’Atelier du Jardin dans le quotidien La Provence. Le grand gagnant 2023 du concours créé par l’Association de sauvegarde de l’œuf mayonnaise (Asom) est la Grande Brasserie de Bastille, à Paris. Pour ceux qui le souhaitent, la recette œuf-mayo de Jérémi Fontin est proposée au restaurant à 8 € les quatre demi-œufs. L’Asom a été créée par feu le chroniqueur gastronomique et fondateur des Guides Lebey, Claude Lebey. Elle a été relancée en 2018 par quatre gastronomes avertis, soucieux de préserver et promouvoir ce monument de la cuisine bistrotière française.
• L’Atelier du Jardin, 34, avenue de l’Égalité,  84800, l’Isle-sur-la-Sorgue.

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter