Magazine

A l’heure du festival d’Avignon, les restaurateurs en ordre de bataille

Nous y sommes. Le festival d’Avignon commence ce 6 juillet et c’est parti pour trois semaines de folie. L’an passé la ville recensait près de 200 000 festivaliers, français et étrangers. Ainsi tous les commerçants et restaurateurs sont aux aguets pour cette 72e édition. Alors, que met en place la profession afin d’affronter cette période ?

festival d'AvignonFlairant la bonne aubaine commerciale, de nombreux commerçants ouvrent leur enseigne quelques semaines avant le mois de juillet avec tous les aléas que cela entraîne. A contrario, d’autres professionnels, avec pignon sur rue depuis plusieurs années à Avignon, connaissent les attentes des clients et savent s’organiser pour gérer cet afflux. La plupart des restaurateurs ont fait le choix d’ouvrir toute la semaine, à l’exemple de Christian Etienne, seuls les horaires varient en fonction des établissements. Pour exemple, Florent Pietravalle, chef de la Mirande, ouvre le restaurant midi et soir tandis que la chef d’Italie là-bas, Italia Palladino, opte pour une ouverture au crépuscule, « on commence le service plutôt vers 18h30 car on s’adapte aux festivaliers qui vont au spectacle à 20h. Puis on ferme plus tard vers 23h-minuit, pour les personnes qui souhaitent dîner après la représentation ». Il n’y a pas que les restaurants gastronomiques qui sont ouverts toute la semaine.
Si vous désirez manger sur le pouce, le coffee shop Milk, place des Corps Saints, sera lui aussi, ouvert 7/7j, non stop de 8h30 à 22h/minuit avec sa carte de salades, bagels et autres sundaes.
Que ce soit Florent Pietravalle (la Mirande), Italia Palladino ou Maxime et Tibaut Postiaux de Milk, ils ne transigent en aucun cas avec la qualité : « Ce n’est pas parce que c’est le festival que l’on va changer notre façon de faire, raconte Florent Pietravalle. On a trois menus, un menu spécial déjeuner du lundi au vendredi midi, puis midi et soir deux menus en cinq et sept plats sont proposés. Pour les clients pressés ils peuvent choisir à la carte ».

Le festivalier est pressé
De même pour Italie là-bas, la chef garde ses trois formules : « Menu panier, le menu écrin et le menu dégustation en cinq plats dédiés au citron ». Chez Milk, on s’attend à servir entre 300 et 600 personnes par jour, « et envoyer des bagels minute cela risque d’être compliqué, s’inquiète Maxime. Il faut toaster le pain en direct et cela prend trop de temps, il fallait alors trouver une alternative. On travaille donc avec un pain brioché qui se conserve mieux et plus besoin de le griller minute. Celui-ci se rapproche du pain bun et cela nous permet de le vendre tout en étant aussi bon ».
Maxime et Tibaut ont élaboré une carte plus petite et grâce aux précédents festivals, ils savent ce que veulent les clients : « Ils raffolent de salades et boissons fraîches ; le défi, c’est d’aller le plus vite possible car les festivaliers n’aiment guère attendre ». Loin de les bouder pendant le festival, la clientèle avignonnaise garde ses habitudes et même les touristes fidèles au festival reviennent car « ils savent que la qualité y est toujours » raconte Italia Palladino. A l’unanimité, les enseignes interrogées ont embauché du personnel afin de servir dans les meilleures conditions. L’élément le plus perturbant c’est l’afflux de clientèle bien supérieur à la moyenne annuelle ; « le plus dur, c’est l’afflux » résume Florent Pietravalle.

Marie Riera / photo M.R.

La Mirande, 4, place de l’Amirande, à Avignon ; infos au 04 90 14 20 20. Pendant le festival; 7/7j midi et soir.
Italie là-bas, 23, rue Bancasse, à Avignon ; infos au 04 86 81 62 27. Pendant le festival 7/7j le soir à partir de 18h30.
Milk, 26, place des Corps Saints, à Avignon; infos au 09 82 54 16 82. Pendant le festival 7/7j du lundi au jeudi 8h30-22h / du vendredi au dimanche  8h30-minuit.

A propos de l'auteur

Marie Riera

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Bon à savoir

 L’olive dans tous les sens ! La 3e édtion de la fête de la Gastronomie de Marseille se déroule le 22 septembre de 9h à 17h, à la découverte d’un des éléments fondateurs de la culture et de la gastronomie en Méditerranée.
De nombreux producteurs, des artisans, des cuisiniers, des auteurs… partageront leur passion pour l’olive. Des animations gratuites et ouvertes à tous permettront de découvrir les multiples bienfaits de ce fruit précieux et ses déclinaisons en cuisine, en littérature ou en cosmétique.
Les restaurateurs du quartier mettront aussi les petits plats dans les grands pour célébrer la gastronomie et mettre en avant leurs savoir-faire et accueil.

Matinées vendanges au domaine de Fontenille tous les vendredis, samedis et dimanches du 14 septembre au dimanche 07 octobre inclus ainsi que le lundi 8, mardi 9 et mercredi 10 octobre. Le domaine de Fontenille ouvre ses portes pour des matinées vendanges de 8h à 10h30, au programme : balade dans le vignoble, vendange d’un bout de parcelle, visite de cave avec dégustations des jus directement à la cuve, puis casse-croûte du vigneron dans les vignes. Sur réservation (45 € par personne et 15€ pour les enfants). Infos au 04 13 98 00 70 et 06 23 85 87 53.

A lire

wahid Le Best of Sylvestre Wahid Avec 2 étoiles à l’Oustau de Baumanière, 2 étoiles au Strato à Courchevel, 2 étoiles Chez Sylvestre Wahid à Paris… Sylvestre Wahid est à 43 ans une figure montante de la gastronomie française. Sa cuisine « sans sel, sans gras, sans sucres ajoutés » a fait son succès partout dans le monde. Homme de passion, il consacre son temps libre à cueillir des ingrédients sauvages et à cuisiner à quatre mains avec des chefs qui partagent sa vision du monde. Formé aux côtés de Thierry Marx et d’Alain Ducasse, le projet de Sylvestre Wahid vise à revisiter la cuisine traditionnelle française en donnant de la mémoire à l’éphémère. Ses plats signatures ? La variation autour de la betterave cuite en croûte de sel-brioche-foie gras et truffe noire, le caneton laqué aux épices-radicchio et croûte d’agrumes-poivre Sansho… Des plats au « goût simple et direct ».
Best of Sylvestre Wahid, chez Ducasse Ed., 116 pages, prix de vente : 14 €.