Marseille

► Soirée raclette à Notre-Dame-de-la-Garde Pour contribuer au financement des gros travaux d’entretien de la basilique, le père Espinosa, recteur du sanctuaire, et l’équipe qui gère le Restaurant, ont eu l’idée d’organiser des dîners dont l’intégralité des bénéfices est reversée à l’entretien du site. Chaque soirée débute à 19h par une visite privée de la crypte et de la basilique suivie, à 20 heures, d’un apéritif, puis du dîner (50 € par personne). Pour répondre aux morsures du froid hivernal, une soirée raclette est organisée le jeudi 7 mars en partenariat avec la fromagerie La Meulerie. Le dîner fondant et délicieusement parfumé sera servi sur une seule et longue table unique. Bonne humeur garantie.
• Pour la soirée raclette du 7 mars, s’inscrire ici.

Suis-nous sur les réseaux

Solidarité

► Dîners Sans Fourchette Le concept des dîners Sans Fourchette a été développé au profit des personnes victimes de troubles de la mémoire, des victimes d’Alzheimer, de sclérose en plaques ou de Parkinson. Dans l’évolution de leur pathologie, beaucoup de malades ne parviennent plus à se servir de leurs couverts et en viennent au geste premier, celui qui consiste à pincer l’aliment entre le pouce et l’index pour le porter à la bouche. Les malades ont aussi le droit de se régaler, d’aller au restaurant, de sortir, de rencontrer l’autre et de partager leur joie ; avec ces dîners, c’est le restaurant qui doit s’adapter à eux. Participer aux Dîners Sans Fourchette c’est contribuer à faire vivre l’association Mémoire et Santé qui les organise… pour sortir de l’isolement.
• À Paris le mercredi 28 février école de Paris des métiers de la table et le 6 mars ; à Toulon au lycée Anne-Sophie Pic le mercredi 13 mars : à Marseille le mardi 19 mars au lycée hôtelier J.-P.-Passédat ; à Sisteron le jeudi 21 mars à l’école hôtelière et le mercredi 3 avril à Marseille au restaurant Le République.

Magazine

Le Lapin blanc, une table à suivre de très très près

Une équipe de femmes dans le monde de la gastronomie, ça ne court pas les rues. Chez le Lapin blanc à Avignon c’est une réalité depuis tout juste un mois. A l’origine de ce projet : Mélanie Bonnemer et la chef Amélie Nogier. Toute douce, presque fragile en apparence, cette dernière a dû redoubler d’efforts pour s’imposer dans un monde majoritairement viril. « Être une femme c’est une force » raconte-t-elle. Son ancien chef, Florent Pietravalle, lui avoue même un jour : – Au début, je ne voulais pas de femme en cuisine et maintenant je ne prends que des filles à ton poste » .

Amélie Nogier le Lapin blancChez Le Lapin le Blanc, en référence à Lewis Carroll et son fantasmatique « Alice au pays des merveilles », tout est fait maison : des pâtes à la poêlée de légumes, jusqu’au gravlax de saumon. Amélie Nogier aime autant cuisiner les pâtes que la viande et surtout la caille : – En été, les clients en mangent peu alors j’attends l’hiver » se raisonne-t-elle. Pour ce qui est des pâtes elle tient à les concocter elle-même pour qu’en salle « on dise que c’est fait maison. On passe environ deux kilos de pâtes par jour, c’est énorme. Les gnocchis sont simples et bons lorsqu’ils sont accompagnés des petits légumes que je vais chercher chez Adam, à  la ceinture verte à Avignon ». Pour Amélie, le lien avec les fournisseurs est primordial : « Appréhender le produit dans son état naturel cela me fait rêver et les échanges avec les producteurs m’aident à imaginer de nouvelles recettes ». Amélie et Mélanie ont élaboré une carte concise car tous les plats sont cuisinés le jour même, au gré des arrivages.

« Le dimanche, c’est spécial »
Petit à petit, lorsque les touristes laisseront place aux autochtones, elle élaborera une cuisine « plus complexe, originale et moderne » avec des assiettes à partager comme des tapas étonnantes et déstructurées. Tout cela dans une atmosphère conviviale et entourée d’expositions de photos. La salle compte une trentaine de couverts et dix mange-debout en terrasse. Après le festival d’Avignon, « le dimanche midi on élaborera un brunch et le soir nous proposerons quelque chose de diffèrent. On ne sait pas encore quoi, mais ce sera spécial car le dimanche est un jour spécial ». La cuisine d’Amélie Nogier est accessible. Elle y tient car lorsqu’elle travaillait dans des établissements de standing ses proches ne pouvaient y réserver par manque de moyens. Un regret vite balayé car depuis qu’elle a ouvert le Lapin blanc, la famille est venue « déjeuner deux fois ; je tiens à ce que les clients mangent bien et que ce soit abordable ».

Marie Riera ; photo M.R.

Le Lapin blanc, 101 rue Bonneterie à Avignon. Infos au 04 90 01 71 70. Fermé le mercredi.

De Ducasse à Pietravalle

A 21 ans, Amélie cuisinait déjà pour le Bistrot du Port à Porto Vecchio en Corse. Son cursus professionnel compte de nombreux restaurants gastronomiques parmi lesquels Christian Etienne et Bruno d’Angelis (hôtel de l’Europe) à Avignon. De la Trattoria d’Alain Ducasse à Monaco, elle raconte : – Lorsque je suis arrivée on était 30 commis ; à la fin de mon contrat, j’étais chef de partie. Sur trente nous n’avons été que deux à gagner des galons ». Sans oublier Florent Pietravalle avec qui elle est restée 2 ans à la Mirande.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.