En direct du marché

Jérôme Cellier, une signature glacée

Jérôme Cellier

D’un été à l’autre, les enseignes de l’Escale Borély se succèdent. Initialement Maison de la Glace, cette échoppe a pris le nom des Glaciers marseillais et reste l’adresse de référence près de la Grande Roue pour déguster quelques sorbets entre amis. Ses propriétaires, Jérôme Cellier et Philippe Imbert, ont racheté l’établissement il y a bientôt trois ans. Le premier n’en est pas à ses premières armes dans la cuisine. Pâtissier de formation, on lui doit la création de “… sur le Gâteau”, à la rue Saint-Jacques, où il animait des ateliers de pâtisserie. Et puis il y a eu l’époque vauclusienne où, depuis Roussillon, le jeune artisan a inondé le Luberon de ses glaces délicieuses. Du gâteau à la glace, la reconversion coulait de source : “Ce que j’aime avec la glace, c’est que l’on peut tout faire, il n’y a aucune limite de création” reconnaît-il. En effet, les recettes étonnent à l’image de cette glace à la navette, qui donne l’impression de manger le fameux biscuit marseillais. Craquez également pour le sorbet ananas-menthe fraîche, surprenant et rafraîchissant. Pour Jérôme Cellier, une glace doit avant tout être savoureuse : “Quand je mange une glace à la mangue par exemple, je veux avoir la sensation de manger le fruit” assure-t-il avec conviction. Voilà pourquoi ses sorbets sont tous composés a minima de 50 % de fruits, afin de garantir un maximum de saveurs. Et la qualité des produits est une règle d’or pour l’ex-pâtissier. La vanille jerome cellier glaciers de marseilleprovient directement de Madagascar, les bananes, fruits de la passion et autres fruits exotiques sont achetés à la Réunion. “C’est notre différence par rapport à tous les autres glaciers du coin, ici nous fabriquons tout : crèmes glacées, sorbets et pâtisseries” avoue Cellier. Les restaurants n’ont pas tardé longtemps pour reconnaître la qualité des produits du glacier. Le Sportbeach voisin fait régulièrement appel à lui pour imaginer des sorbets alcoolisés. Plus récemment, Karine (ex-masterchef) lui a demandé une recette exclusive de sorbet au Cristal Liminana pour son Kabanon à boulettes (lire ici). Parmi les nouveautés de cette saison 2015, la glace à la pistache d’Iran fait des ravages à l’apéritif grâce à son étonnant mélange subtil sucré-salé. Quant à la glace au fiadone, il serait criminel de passer à côté…

Kévin Dachez (photo K.D.)

Les Glaciers marseillais, 138, avenue Pierre-Mendès-France, Marseille 8e ; 04 91 71 67 97
Cornets de 3 à 5 € ; format XXL,  12€. Le demi litre : 9€ ; milk-shake : 5€.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vite lu

Les vignerons d’Aix et de la Sainte-Victoire reçoivent le temps d’une soirée, dans leur domaine, dès 18h30, pour une visite accompagnée des vignes et du chais et, dès 20h, pour profiter d’un dîner assis servi in situ. Chaque repas sera préparé par un cuisinier (Edouard Loubet, Felipe Licandro, Yannis Lisseri, René Bergès et Éric Sapet) et les vignerons proposeront deux verres de dégustation pour accompagner le menu. Capacité d’accueil limitée à 30 personnes maximum pour respecter les consignes sanitaires et offrir le meilleur confort aux participants. Deux types de soirées sont  proposés : le panier pique-nique 35 €/personne et le dîner gastronomique 45 €/personne. Dates : 22 et 29 juillet, les 5, 12, 19 et 26 août. Infos complémentaires ici.

Art et vins à Trians (83) Chaque année, le domaine de Trians s’engage aux côtés des artistes en exposant leurs œuvres dans sa cave du XVIIIe siècle. Cette année, ce sont 6 artistes varois qui sont mis à l’honneur : Agnès Granier, Philippe Litou, Alain Farache, Geneviève Parizot et Mc Giletti. Exposition accessible à tous gratuitement, jusqu’à la fin août. Château Trians, chemin des Rudelles, 83136 Néoules ; infos au 04 94 04 08 22.

Fais mousser la 83 ! Château Saint-Maur, au cœur du golfe de Saint-Tropez en partenariat avec les Brasseurs de l’Esterel a imaginé cette bière comme un grand cru : fraîche, élégante et aromatique. Elevée 3 mois dans des barriques en chêne de vin blanc de Provence, elle est composée à 100% d’ingrédients naturels : des malts fabriqués à partir d’orge de printemps d’origine française et des houblons alsaciens, d’une belle finesse aromatique, à l’amertume très faible. Cet assemblage garantit un parfait équilibre entre puissance  aromatique et moelleux en bouche Au nez, notes de tête de vanille, puis arômes de porto blanc et de banane confite. En bouche, notes exotiques légèrement fumées et boisées. Très belle longueur. Légère et agréable sucrosité en fin de bouche. A découvrir chez votre caviste.