Magazine

Marc Fontanne, le jeune chef du Prieuré de Villeneuve-les-Avignon veut « faire briller l’étoile »

Dans la galaxie Charial, on connaît l’Oustau de Baumanière et ses « maisons « aux Baux-de-Provence. Ce que l’on sait moins, c’est que Jean-André Charial, entrepreneur à qui tout réussit, a aussi jeté son dévolu, voilà plus d’une dizaine d’années, sur le Prieuré de Villeneuve-les-Avignon, transformant cette belle maison en must du luxe local. Au Prieuré, les cuisiniers se sont succédé, et, lorsque Fabien Fage prend son envol pour The Marcel à Sète, c’est à Marc Fontanne que Jean-André Charial confie le piano de ce restaurant une étoile.
Fils de fromagers, petit dernier d’une fratrie très connue à Roanne, Marc Fontanne voue une passion de toujours pour la cuisine. Son parcours aligne les grandes maisons, de l’Auberge des Templiers à Anne-Sophie Pic à Valence, jusqu’aux rives azuréennes avec la Réserve de Beaulieu aux côtés du Mof Yannick Franques, auprès duquel il restera 10 ans.
Cette saison estivale au Prieuré a été importante dans la carrière de Marc pour qui c’était le « le premier poste de chef ». Fontanne souhaite se distinguer de son prédécesseur et assure : « Chaque chef a sa cuisine et cultive son identité mais mon but était que les habitués reviennent et c’est le cas » dit-il.  Marc Fontanne a honoré le cahier des charges d’une cuisine méditerranéenne tout en se focalisant sur 4 à 5 saveurs par plat « afin que le client ne se perde pas dans les assiettes ». En privilégiant les produits de la région « car je souhaite avant tout dynamiser l’économie locale » le jeune cuisinier, tout nouveau dans la région, assure qu’il lui « reste encore beaucoup de producteurs à rencontrer ». Du pain sur la planche…

Marc Fontanne

Votre principal trait de caractère ?
Je suis attentionné vis-à-vis des autres personnes.

Ce que vous appréciez le plus chez vos amis ?
Leur ouverture d’esprit.

Votre occupation préférée ?
La randonnée, ma dernière en date est la montée du Baou à Saint-Jeannet sur la Côte d’Azur.

Vos adresses préférées ?
Le Bristol à Paris, la Villa Madie à Cassis et le Belles Rives à Juan-les-Pins.

Votre plus grand rêve ?
Avoir une Porsche, c’est ma marque de voiture préférée.

Ce que vous aimeriez être ?
Moi-même.

Vos héros dans la vie réelle ?
Mon héros c’est Yannick Franques, mon chef avec qui j’ai travaillé pendant 10 ans. Il m’a appris beaucoup de choses.

Vos héros dans la fiction ?
« L’homme qui tombe à pic ».

Qu’est-ce qui vous passionne dans le métier de cuisinier ?
La transmission mais aussi la création d’un plat.

Un voyage qui vous a particulièrement inspiré ?
L’île Maurice pour sa culture en général et sa culture culinaire. Ce que j’ai préféré déguster sur l’île, c’est l’achard de légumes avec tout son tempérament et son intensité.

Ce que vous détestez par-dessus tout ?
Le mensonge.

Vos objectifs actuels ?
Mon objectif est de conserver l’étoile qui brille sur cette maison.

Un plat que vous aimez en particulier ?
L’entrée « tomate » du menu potager. Elle est composée d’une tomate noire de Crimée taillée en rectangle où, par-dessus, je dispose un tartare de tomates noires et tomates ananas assaisonné avec du basilic, des pignons de pin, du citron confit, de l’ail pickles et de l’olive taggiasche. Ensuite, je fais un bouillon de tomate ananas. Elle marine pendant 12 heures dans du vinaigre barolo, de l’huile d’olive, de l’échalote, de l’ail et basilic puis je récupère le jus et je fais une glace à la tomate. C’est très frais en période estivale et ça a du goût.

Votre devise ?
Force et honneur.

Le Prieuré, 7, place du Chapitre à Villeneuve-lès-Avignon ; infos au 04 90 15 90 15.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Portugal à Marseille. Dans le cadre de la saison croisée France-Portugal de l’Institut français, les grandes Tables ICI vous proposent de (re)découvrir la cuisine portugaise avec deux événements : le grand Marché Bacalhau! et un dîner barbecue le lendemain sur le toit perché de la Friche.
☻ Bacalhau ! Le grand Marché du Portugal adopte les couleurs du Portugal : sélection de vins et spiritueux portugais, les fameuses pasteis de nata, les céramiques typiques et produits d’épiceries fines. Les cheffes Rosario Pinheiro et Jenifer Abrantes mettent à l’honneur la morue en plusieurs déclinaisons, Romain Chartrain (de Azul concept store) proposera des grands classiques de la cuisine portugaise, et Sonia Isidro servira une assiette végétarienne.
• Lundi 4 juillet de 16h à 22 heures à la Friche Belle-de-Mai
­☻ Le lendemain, 5 juillet, participez au grand dîner-barbecue pour 450 personnes ! 80 tables partagées et une vingtaine de barbecues géants seront montés pour cette soirée sur le toit-terrasse de la Friche. Gigantesque. La carte sera élaborée par Rosario Pinheiro, Jenifer Abrantes, Sonia Isidro, Sergio Vaz, Romain Chartrain (de Azul concept store) et Julien Reynouard pour la carte des vins. Le menu sera composé d’une salada de bacalhau com grão de bico, Chips de pele de bacalhau, salada de pimento assado, Pão com chouriço, Frango Assado com piri piri, Arroz Doce, Pudim et Línguas de bacalhau.
• Réservations impératives en cliquant ici.

Du gin en Bib. Le gin de la Distillerie de Camargue, le fameux Bigourdan, est désormais disponible en bag-in-box 3 litres. Et pourquoi un Bib ? Parce que c’est pratique, plus léger, plus facile à stocker, à expédier. C’est écologique, le carton ça se recycle plus facilement que le verre. C’est économique : la preuve : 68 € le litre en bouteille et 185 € le Bib 3 litres. Enfin, protégé de la lumière et de l’oxygène il est moins soumis aux effets de l’oxydation. Et c’est pour qui ? Pour les professionnels de la restauration, du bar, de la nuit, de l’événementiel. Les mariés de l’été, les fêtards, les peinards, les fidèles, les marins à quai, les alpins au chalet, les baigneurs sur le sable.
Dégustation et vente à la Distillerie de Camargue, 12, rue Frédéric-Mistral à Arles. Infos au 06 85 03 71 05.

Street Food festival, le bilan. Le SFF a fait le plein de festivaliers, de bons produits et de bonnes ondes sur l’esplanade de la Major, le week-end des 17, 18 et 19 juin à Marseille.  25 000 personnes sont venues goûter au meilleur des spécialités locales proposées par quelque 50 issus des quatre coins du département : 32 propositions culinaires sucrées ou salées, sourcées avec soin parmi les producteurs  locaux, 8 domaines viticoles, 7 brasseurs, 2 torréfacteurs. Le chef Pierre Reboul était également présent pour un cooking-show des plus étonnants et fidèle à son image, avec une cuisine singulière, énergique et généreuse.

Mazzia au 50 Best Les organisateurs du World’s 50 best restaurants ont annoncé ce 14 juin l’entrée du chef marseillais Alexandre Mazzia dans le fameux classement des 50 Best. C’est lors d’un repas servi ches Heston Blumenthal à Londres qu’AM a reçu le One to watch award, à savoir le trophée de « l’établissement à suivre ». Ces Oscars de la gastronomie sont décernés tous les ans par la revue britannique Restaurant qui a l’humilité de récompenser les meilleures tables du monde.