Mes recettes

Oranges sanguines (ou tout autre agrume) façon crémeux aux petits suisses

oranges sanguines
Préparation : 30 min / Repos : 1 nuitoranges sanguines

Votre marché pour 8-10 personnes : 200 g de biscuits sablés type palets bretons au beurre ; 100 g de beurre bio ; 3 oranges sanguines et un demi citron ; 150 g de sucre en poudre ; 15 petits suisses (900 g) ; 4 feuilles de gélatine (8 g).

On y va : faites fondre le beurre. Mixez finement les biscuits sablés, ajoutez le beurre et le zeste râpé d’une orange sanguine. Tassez cette préparation dans le fond d’un moule à fond amovible rond ou rectangulaire et placez au réfrigérateur. Mettez les feuilles de gélatine à tremper dans un grand bol d’eau froide. Versez le sucre dans un saladier, ajoutez le zeste râpé des 2 oranges restantes et malaxez à l’aide d’une cuillère pour bien imprégner le sucre de l’essence des zestes. Ajoutez les petits suisses et mélangez soigneusement. Pressez les 3 oranges et le demi-citron, versez le jus obtenu (environ 150 ml) dans une casserole et faites-le chauffer doucement. Dès qu’il fume,  mais sans être à l’ébullition, sortez la casserole du feu, ajoutez les feuilles de gélatine bien pressées entre vos doigts et mélangez pour les faire fondre. Laissez légèrement tiédir puis versez sur les petits suisses, fouettez délicatement pour homogénéiser le mélange et versez sur le fond de pâte. Placez au réfrigérateur et laissez prendre une nuit.

Truc de pro : au moment de servir, découpez des oranges sanguines en fines rondelles pour décorer les parts de crémeux. L’orange sanguine est très saisonnière, on n’en trouve qu’en janvier et février, donc l’hiver c’est le moment d’en profiter ! A défaut, vous pouvez réaliser cette recette avec des oranges à jus classiques voire des pamplemousses ou des mandarines de Corse.

Bonus : pour les puristes, voici la version cheesecake traditionnelle avec des flocons d’avoine en remplacement des palets bretons.

Photo Julie Mechali – Cniel

 

 

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à la newsletter

Marseille

Loury en vente. Il a 74 ans et a consacré 54 années de sa vie à la cuisine et à son restaurant. Loin de l’écume ambiante, Loury a incarné la lame de fond de la cuisine traditionnelle provençalo-marseillaise avec la soupe de poissons, la bouillabaisse et autres pieds-paquets. A regrets, le restaurant du 3, rue Fortia (1er arr.) a été mis en vente. Il est urgentissime d’aller y déjeuner ou dîner, pour ne rien regretter.
• Infos au 04 91 33 09 73

Farinette c’est fini. Quatorze mois plus tard, la boulangerie de Manon et Etienne Geney tire le rideau. « Nous avons vécu une année compliquée et la hausse globale des coûts, énergie et matières confondues, a fragilisé notre modèle économique, explique Etienne Geney. Nous n’avons pas voulu fragiliser la Maison Geney voisine et on a pensé qu’il valait mieux tout arrêter ». En dépit de cette annonce, l’équipe vient de terminer une série de tournages pour la « Meilleure boulangerie de France » (M6) et le couple Geney enfonce le clou : – On y a mis tout notre cœur, on n’a proposé que du bon pain, on a fait de gros progrès et on ne retire que du bien de cette expérience ». Toujours propriétaires du nom Farinette qu’ils ont déposé, les Geney attendent que « le temps passe » et promet : « On reviendra mais on ne sait pas quand ». Fermeture le 4 février 2023.

Marrou à Saint-Barnabé. Porté par le succès de ses implantations au Prado, à Castellane et à l’opéra, Marrou ouvre un espace traiteur-pâtisserie à l’entrée de la galerie Saint-Barnabé Village (95, rue Montaigne, 12e). Il sera possible de déjeuner sur place et de profiter du salon de thé à toute heure de la journée. Une terrasse et des places en salle sont annoncées. Les Marseillais de boboboom signeront la déco et le style de l’enseigne.

 

Suis-nous sur les réseaux