En direct du marché

Avec Temps gourmand, le marché en mode numérique

Temps gourmandIls ont choisi un olivier pour symbole, signe qu’il faut du temps et de la patience pour édifier de grandes choses. Annabel et Stéphane ont donné vie à leur site de vente on line en novembre dernier, juste avant la période des festivités de fin d’année, avec l’envie de mettre les consommateurs en lien direct avec les producteurs. « La vente en ligne permet de limiter les intermédiaires, donc de proposer des produits en direct à des prix compétitifs, argumente Stéphane. C’est comme sur un marché traditionnel en version numérique cette fois ».

La sélection assurée par le binôme propose les classiques provençaux, des tapenades, des tartinables, des fromages et une exceptionnelle soupe de poissons produite par les pêcheurs des Goudes, « une soupe très dense, concentrée, avec des poissons de roche… Elle est incroyable », promet Stéphane par ailleurs passé maître ès-fumage du saumon.  Quelques stars de la région lyonnaise figurent aussi à l’appel, à l’image de Bernard Giroud : « Ses recettes sont nature, tout ce qu’il y a de plus traditionnel. L’intérêt des charcuteries de Bernard Giroud réside dans ce qu’il n’y a pas dedans. Il fait bon avec un bon cochon et sa liste d’ingrédients ne vas pas au bout de l’étiquette » rit le fondateur de Temps gourmand. Viande de mouton, charolaise, gratons, pâtés de tête, poissons fumés, escargots sauce tomate… Au-delà de cet inventaire gargantuesque, c’est une philosophie de vie qui se met en place : « Ce sont les producteurs eux-mêmes qui mutualisent les livraisons toujours afin de limiter les coûts », justifie Stéphane. Sur les marchés de la Friche-Belle-de-Mai à Marseille, sur les pentes de la Croix-Rousse à Lyon, un étal réunissant plusieurs producteurs à l’enseigne de Temps gourmand raconte cette nouvelle vision du commerce, plus proche, plus cool aussi. « Il y a beaucoup de cuisiniers qui, séduits par nos producteurs, commandent en direct chez nous. C’est un gage de qualité et un bel encouragement » analyse Stéphane. Avec une cinquantaine de références, le site ne compte pas s’arrêter là. On attend de voir la suite !

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

pub jeudi

Suis-nous sur les réseaux

Nécrologie

Jean-Paul Passédat n’est plus.- Le père du chef Gérald Passédat est décédé ce mercredi 10 août à l’âge de 88 ans, dans son sommeil, à son domicile de Marseille. Jean-Paul Passédat était le deuxième maillon d’une chaîne dont les premières attaches datent de 1917. Germain Passédat, père de Jean-Paul et grand-père de Gérald, est alors propriétaire d’un bar-tabac. Un matin, par hasard, une baronne entre dans le bar pour utiliser le téléphone et informer son notaire de la mise en vente de son bien arrimé à la roche blanche de l’anse de Maldormé. «Pas la peine de chercher, je vous l’achète», aurait lancé Germain Passédat. La saga familiale s’écrit ensuite avec la création d’un restaurant qui aura la mer et les îles du Frioul pour décor. La villa Corinthe est débaptisée et devient Le Petit Nice pour attirer une clientèle huppée, la ville des Alpes-Maritimes étant alors très à la mode. Germain s’installe avec sa femme, Lucie, cantatrice et muse des frères Lumière, les inventeurs du cinématographe, dont des photos ornent les murs du restaurant. Des célébrités comme Pagnol ou Fernandel hantent les lieux qui, à la mort de Germain, sont repris par son fils Jean-Paul. Chanteur d’opéra, il tourne le dos à sa carrière pour se consacrer à la gastronomie avec sa femme Albertine. Il transforme le Petit Nice en hôtel de standing, creuse une piscine d’eau de mer, et gagne une étoile au Michelin en 1977 puis une seconde en 1981. À l’aube du nouveau millénaire, son fils unique Gérald Passédat revient dans le giron familial et décroche sa 3e étoile en 2008 avec une cuisine radicalement différente de celle de son père. Jean-Paul, lui, continuera à vivre au Petit Nice dans lequel il avait un appartement.