Art de vivre

Oups ! les lundis soir du Gaspard pour réchauffer l’hiver

Oups !

Les soirées Oups ! animeront les prochains mois du Gaspard, bar à cocktails de la place de la Corderie. Pensées pour être programmées le lundi soir, « un jour de la semaine particulièrement calme » estime son instigateur, ces nuitées puisent leur origine dans les fêtes que Gaspard a organisées l’été dernier. « Au plus ça va, au plus j’ai envie de moments de qualité avec du bon son, une good vibe, des cocktails et une proposition de petits plats satisfaisante, confesse Benjamin Colombani. Je me souviens de ce qu’on a fait cet été au château d’If, j’en avais les larmes aux yeux et j’ai vraiment envie de revivre ça ».

Ouverture du bal le lundi 15 novembre avec Numa Muller, le pote et voisin du restaurant Madame Jeanne. Le 6 décembre, on fêtera les 30 ans de Ben alors pour cette nuit anniversaire, il devrait y avoir du lourd ; le 13 décembre, place à Coquille restaurant de la place Thiatrs avec Julles et « son bon feeling » et Ferdinand de Alf ; le 20 décembre, pour le départ d’Enzo qui quitte l’équipe du Gaspard, Ben déménagera le bar au Montevideo pour profiter de l’exposition des photos d’Enzo et organiser une vente de ses tirages… « L’idée, c’est de faire vivre Gaspard en hiver comme on le fait en été », insiste Ben qui, plus que jamais, veut inviter « des potes, imaginer des collabs parce que c’est ce qui marche. On a tous les mêmes clients, on doit travailler main dans la main ».

De l’aveu même du mixologue, les « gens ont envie et besoin de se défouler et le cocktail propose une consommation facile, en baptisant le lundi soir Oups ! j’ai voulu interpeller les clients, qu’ils se disent : – Oups ! Il se passe quelque chose chez Gaspard' ». Autre ami de l’équipe du Gaspard, Eric Maillet, du restaurant Cédrat à la rue Breteuil, qui propose une offre food chaque soir, une parfaite illustration de l’esprit d’équipe qui anime Benjamin Colombani. « C’est l’avenir, il faut supprimer les frontières entre le solide et le liquide, on doit casser les codes ». Première soirée de cassage des codes, le 15 novembre.

Gaspard, 7, bd Notre-Dame, Marseille 6e arr. Infos soirées Oups ! au 06 88 23 86 66

 

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.