Magazine

Pierre-Louis Tourneur, un Aixois défenseur des artisans sur RTL

Pierre-Louis TourneurSur son vélo, Pierre-Louis Tourneur a entamé un tour de France en 2018 à la rencontre des meilleurs artisans de l’Hexagone. Son périple l’a conduit à Marseille en juillet 2019 avec toujours le même objectif : « Rédiger un guide des artisans et producteurs, un guide qui serait une somme, la référence de toutes les spécialités classées par villes et par régions” expliquait-il au Grand Pastis l’été dernier. Au fil des semaines et des mois, la réputation de Pierre-Louis a grandi au point de proposer des chroniques quotidiennes sur RTL. Au plus fort du confinement et de la crise covid-19, ce fin observateur du paysage artisanal français suggère quelques pistes pour permettre aux artisans de sortir de l’épreuve la tête haute.

Le Covid-19, envisagé comme une opportunité
Depuis plusieurs mois, au gré de ses rencontres, Pierre-Louis ausculte et prend le pouls des artisans et des métiers de bouche. Selon lui, beaucoup de professionnels qui étaient très fragiles économiquement, à quelques mois de la retraite ou épuisés mentalement, ne se relèveront pas de la crise : – Je les estime entre 5 et 10%. Et leurs spécialités disparaîtront avec eux » se désole-t-il. « En revanche, il y a beaucoup d’artisans pour lesquels la crise a fait venir de nouveaux clients qui ont déserté les grandes surfaces. Ainsi à Nancy, il y a un boucher qui fait chaque jour son chiffre d’affaires du week-end et il y a plein d’autres exemples ailleurs », dit-il.

« Les métiers de bouche se sont adaptés à la crise en proposant de livrer à domicile et c’est une bonne chose car ça séduit de nouvelles générations de consommateurs. Ces jeunes resteront fidèles aux artisans si ces derniers maintiennent demain la livraison à domicile », poursuit Tourneur. En outre, c’est aussi une réponse aux tarifs des parkings en centres-villes et à l’interdiction de circulation qui handicapent le commerce de proximité.
Une grande solidarité s’est instaurée entre les producteurs et les artisans, « c’est flagrant chez les fromagers ou les cavistes qui deviennent des points de livraison des paniers paysan, dit Pierre-Louis : – L’intelligence de la grande distribution consiste à réunir toute l’offre au même endroit. Sur le même principe, les halles et marchés ont du succès mais il faut aller au-delà et penser global. Dans les halles un caviste doit proposer des vins locaux, français et du reste du monde. De même, il faut trouver également des cosmétiques locaux et bio. Le produit de qualité ne suffit plus, il faut aller au-delà des marchés de producteurs actuels ». En résumé : le client doit tout trouver sur un même site (cosmétique, boisson, alimentaire, traiteur, hygiène, droguerie) et le commerçant doit proposer un service de livraison. Qualité, proximité et service, les trois armes de l’artisanat pour tenir tête à la grande distribution.

Comment Pierre-Louis Tourneur a rejoint l’équipe de RTL

Pierre-Louis Tourneur
Pierre-Louis Tourneur et Yves Calvi

« C’est un boulanger de Besançon avec qui j’ai de très bons rapports qui a appelé RTL et les a alertés sur mon tour de France des artisans à vélo, ma volonté de promouvoir le made in France, nos spécialités et les savoir-faire, explique Pierre-Louis Tourneur. Je suis d’abord intervenu un matin à 4h45 pendant 6 minutes puis ils m’ont rappelé pour une seconde interview quelques semaines plus tard. En janvier 2019, je suis allé au siège de la station pour une émission de 16 minutes et ça a été une révélation, j’ai senti que j’étais là pour partager mes rencontres, faire valoir le travail artisanal et porter la parole du secteur » dit le chroniqueur de 27 ans qui vit toujours à Aix-en-Provence. « L’idée d’une chronique a fait son chemin jusqu’au 28 avril 2019. J’étais à Cassis, au pied du phare sur le port et il y avait un mistral de dingue. Julien Sellier m’a téléphoné pour me proposer une chronique »… D’abord programmé à 5h50, le rendez-vous de Pierre-Louis s’accompagnait d’interventions ponctuelles notamment aux côtés d’Yves Calvi mais la crise Covid-19 a bouleversé la grille, proposant à notre Aixois d’intervenir désormais à 5h50 et 9h10 chaque matin.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.