Vite lu

► Légion d’honneur promotion du 14-Juillet. Le Journal Officiel a publié cette semaine la promotion civile du 14 Juillet. 521 personnalités ont été choisies pour leur engagement « au service de l’intérêt général et du rayonnement de la France », des récipiendaires choisis par les ministres qui proposent leur liste au Conseil de l’ordre de la Légion d’honneur. Laquelle liste est finalement validée par le président de la République. Créée par l’empereur Napoléon 1er en 1802, cette décoration fait désormais partie de l’histoire nationale. Chaque promotion met notamment des personnalités de l’hôtellerie-restauration à l’honneur. Cette année, les chefs Alain Ducasse (naturalisé monégasque, ultime privilège fiscal) et Éric Frechon sont faits officiers. Au rang de chevalier, premier grade de la Légion d’honneur, figurent les chefs Paul Pairet et Michel Portos, Sandrine Bayle-Gosse (directrice de l’École des métiers du Gers), Monica Bragard, directrice générale de Bragard, Olivier Gourmelon, dirigeant de la société Kings of kitchen et Louis Privat, fondateur et propriétaire des Grands Buffets de Narbonne.

Var

Depuis 1998, les Vignerons Indépendants du Var et Art&Vin invitent chaque été des artistes ou des collectifs d’artistes à installer leurs œuvres ou à réaliser des performances dans des lieux emblématiques comme les caveaux, les chais, ou au milieu des vignes. Avec cette manifestation, les visiteurs sont conviés à découvrir, sous un angle inédit, une cinquantaine de domaines et châteaux de la Région Sud et en Corse. Où aller dans le Var ? Notre sélection…
• Château de Majoulière à Villecroze, au cœur des coteaux varois Fanny Dhondt s’est installée avec son frère pour vivre sa passion. Sommelière de formation, elle accueille la céramiste VOS (Mado Vandewoestyne) et Marec, artiste belge qui s’est fait connaître avec des dessins humoristiques piquants, qui font régulièrement la une de la presse.
• Le dom. des Féraud à Vidauban regroupe 50 ha, non loin du golfe de Saint-Tropez, c’est le petit paradis de Markus Conrad qui accueille Bernadette Van Baarsen, peintre attachée à la vibration des couleurs, au soleil brûlant de Provence et aux enchevêtrements des végétaux en géométries naturelles et artificielles.
• Le château Saint-Esprit, propriété de la famille Croce-Spinelli depuis 4 générations, est une bâtisse du XIIIe siècle ceinte de majestueux cyprès et de 12 ha de vignes. C’est ici que Rémi Colombet expose ses œuvres, « un dilettante » qui se sert de tous les moyens mis à sa disposition, comme la musique, la photo et les objets. Mises en scènes improvisées, portraits fugitifs, travail instinctif, l’artiste fait fi des contraintes techniques de la photographie.
Tous les domaines participants ici.

Suis-nous sur les réseaux

Sainte-Croix-du-Verdon

Marchés et foires locales.- Durant tout l’été, chaque semaine, la commune accueille plusieurs marchés offrant des produits locaux frais, d’artisanat et des spécialités culinaires.
• Marchés des producteurs : tous les mardis matin, du 2 juillet au 27 août sur l’ancienne aire des camping-cars dans le village.
• Marchés gourmands : les mardis soir 16 juillet et 13 août (18h30-22h30). Foodtrucks de cuisine du monde, bière artisanale de Riez, sur l’ancienne aire des camping-cars dans le village.
• Marchés artisanaux : les mardis soir 9, 23 juillet et les 6 et 20 août (18h30 – 22h30). Avec la présence de créateurs et artisans de la région Sud, rue du Cours.

Magazine

Pierre-Louis Tourneur, un Aixois défenseur des artisans sur RTL

Pierre-Louis TourneurSur son vélo, Pierre-Louis Tourneur a entamé un tour de France en 2018 à la rencontre des meilleurs artisans de l’Hexagone. Son périple l’a conduit à Marseille en juillet 2019 avec toujours le même objectif : « Rédiger un guide des artisans et producteurs, un guide qui serait une somme, la référence de toutes les spécialités classées par villes et par régions” expliquait-il au Grand Pastis l’été dernier. Au fil des semaines et des mois, la réputation de Pierre-Louis a grandi au point de proposer des chroniques quotidiennes sur RTL. Au plus fort du confinement et de la crise covid-19, ce fin observateur du paysage artisanal français suggère quelques pistes pour permettre aux artisans de sortir de l’épreuve la tête haute.

Le Covid-19, envisagé comme une opportunité
Depuis plusieurs mois, au gré de ses rencontres, Pierre-Louis ausculte et prend le pouls des artisans et des métiers de bouche. Selon lui, beaucoup de professionnels qui étaient très fragiles économiquement, à quelques mois de la retraite ou épuisés mentalement, ne se relèveront pas de la crise : – Je les estime entre 5 et 10%. Et leurs spécialités disparaîtront avec eux » se désole-t-il. « En revanche, il y a beaucoup d’artisans pour lesquels la crise a fait venir de nouveaux clients qui ont déserté les grandes surfaces. Ainsi à Nancy, il y a un boucher qui fait chaque jour son chiffre d’affaires du week-end et il y a plein d’autres exemples ailleurs », dit-il.

« Les métiers de bouche se sont adaptés à la crise en proposant de livrer à domicile et c’est une bonne chose car ça séduit de nouvelles générations de consommateurs. Ces jeunes resteront fidèles aux artisans si ces derniers maintiennent demain la livraison à domicile », poursuit Tourneur. En outre, c’est aussi une réponse aux tarifs des parkings en centres-villes et à l’interdiction de circulation qui handicapent le commerce de proximité.
Une grande solidarité s’est instaurée entre les producteurs et les artisans, « c’est flagrant chez les fromagers ou les cavistes qui deviennent des points de livraison des paniers paysan, dit Pierre-Louis : – L’intelligence de la grande distribution consiste à réunir toute l’offre au même endroit. Sur le même principe, les halles et marchés ont du succès mais il faut aller au-delà et penser global. Dans les halles un caviste doit proposer des vins locaux, français et du reste du monde. De même, il faut trouver également des cosmétiques locaux et bio. Le produit de qualité ne suffit plus, il faut aller au-delà des marchés de producteurs actuels ». En résumé : le client doit tout trouver sur un même site (cosmétique, boisson, alimentaire, traiteur, hygiène, droguerie) et le commerçant doit proposer un service de livraison. Qualité, proximité et service, les trois armes de l’artisanat pour tenir tête à la grande distribution.

Comment Pierre-Louis Tourneur a rejoint l’équipe de RTL

Pierre-Louis Tourneur
Pierre-Louis Tourneur et Yves Calvi

« C’est un boulanger de Besançon avec qui j’ai de très bons rapports qui a appelé RTL et les a alertés sur mon tour de France des artisans à vélo, ma volonté de promouvoir le made in France, nos spécialités et les savoir-faire, explique Pierre-Louis Tourneur. Je suis d’abord intervenu un matin à 4h45 pendant 6 minutes puis ils m’ont rappelé pour une seconde interview quelques semaines plus tard. En janvier 2019, je suis allé au siège de la station pour une émission de 16 minutes et ça a été une révélation, j’ai senti que j’étais là pour partager mes rencontres, faire valoir le travail artisanal et porter la parole du secteur » dit le chroniqueur de 27 ans qui vit toujours à Aix-en-Provence. « L’idée d’une chronique a fait son chemin jusqu’au 28 avril 2019. J’étais à Cassis, au pied du phare sur le port et il y avait un mistral de dingue. Julien Sellier m’a téléphoné pour me proposer une chronique »… D’abord programmé à 5h50, le rendez-vous de Pierre-Louis s’accompagnait d’interventions ponctuelles notamment aux côtés d’Yves Calvi mais la crise Covid-19 a bouleversé la grille, proposant à notre Aixois d’intervenir désormais à 5h50 et 9h10 chaque matin.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.