Mes recettes

Râbles fins à la vanille et au gingembre

râbles de lapin à la vanillePréparation : 10 min / Cuisson : 15 min

Votre marché pour 3-4 personnes : pour la marinade, il vous faut une gousse de vanille ; 1 petite échalote ; 1 cuil. à soupe de gingembre épluché et râpé ; 1 cuil. à café d’huile ; 15 cl de jus d’ananas ; le jus d’un citron et 5 cl de sauce soja. Ensuite, il vous faut 8 râbles de lapin tranchés fin ; 15 cl de bouillon ; du sel et du poivre ; quelques jolis petits légumes d’accompagnement et des feuilles de coriandre.

On y va : commencez par préparer la marinade. Fendez la gousse de vanille et grattez les graines. Pelez et émincez l’échalote. Épluchez et râpez le gingembre. Mélangez-les avec le reste des ingrédients de la marinade. Salez, poivrez et versez dans un sac alimentaire refermable. Ajoutez les râbles et laissez mariner pendant 1 h à température ambiante ou jusqu’à 12 h au froid. Égouttez soigneusement les râbles et épongez-les sur du papier absorbant. Faites chauffer l’huile dans un wok. Quand elle est chaude, faites-y sauter les râbles pendant 4 min sur toutes les faces.
Quand les râbles sont colorés, versez le bouillon et le reste de la marinade. Laissez réduire et mijoter pendant environ 5 à 10 min selon l’épaisseur de la viande. Vérifiez l’assaisonnement. Servez avec des légumes racines ou des mini-légumes et saupoudrez de coriandre ciselée.

Suggestion : pour conserver une belle forme aux râbles, maintenez les petites peaux avec des piques ou avec un tour de ficelle de cuisine.

Bonus : vous aimez les râbles de lapin ? Nous aussi ici et ici.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.